J'ai quitté ce monde et je suis revenu transformé
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chambre de Samantha {toile arachnéenne}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Samantha Duval
.::. Gardien .::.
MODÉRATEUR
.::. Gardien .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 1081
Age : 29
[P]arti : Pris?
[F]onction : Assassin
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 02/07/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: {M} de Eléonor
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 6ème génération
MessageSujet: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Ven 16 Nov - 21:05

=> Lac {Nikolaï}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï
.::. Sylphide Perturbée .::.
MODÉRATEUR
.::. Sylphide Perturbée .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 763
[P]arti : Rociel
[F]onction : Pianiste angélique
[S]tatut : Défunt
Date d'inscription : 19/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Chérubin de Rociel Van Sogenfaur
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Sam 17 Nov - 1:11

[Pardon, c'est médiocre >< mais là je manque d'inspiration]


La pluie battante était devenue orage, et de fait la grande majorité des nobles et esclaves s'étaient repliés à l'intérieur. Le palais n'était qu'effervescence, l'atmosphère électrique échauffant les vampires et causant quelques regrettables incidents entre gentilhommes ("ce n'est quand même pas ma faute si votre esclave favorite a glissé sur mes crocs!") tandis que les domestiques arpentaient tous les bâtiments pour éponger les flaques d'eau, anéantir les traces boueuses et discrètement faire disparaître les taches de sang. Autant dire que pour une fois, l'esclave royal passait presque inaperçu.

Presque, parce qu'avec ses cheveux mouillés par endroit et électrisés ailleurs, ses bottes boueuses, son manteau ruisselant, son corps frémissant, ses lèvres bleuies par le froid, et surtout son visage pâle et hébété, il donnait la nette impression de descendre d'un grand huit particulièrement violent. Sans oublier qu'il escortait la silhouette de cuir d'une gardienne arachnide particulièrement réputée pour la facilité avec laquelle elle charcutait les traîtres... et les humains imprudents. Alors si la catin du roi errait aux côtés de Samantha Duval, on préférait baisser les yeux et continuer à récurer son plancher; il serait toujours temps d'insulter cet attardé de Russe quand il serait loin des griffes de ses protecteurs.

A ce sujet, Nikolaï aurait bien rit s'il avait su qu'on le disait collé aux basques de l'arachne pour sa sécurité. Sa sécurité... Elle lui avait reproché de sortir seul, elle avait prétendu qu'il était stupide, inconscient. Inconscient. Et prendre un virage à moto à une vitesse quasi supérieure à celle du son, par temps d'orage et avec un hémophile en selle, c'était de la prudence, peut-être?!

Bon, d'accord, il exagérait. Il ne pouvait pas vraiment savoir à quelle vitesse ils roulaient, étant donné qu'il avait fermé les yeux du début à la fin. Mais il en savait néanmoins assez pour comprendre que le fait qu'il fût malade n'avait aucune importance: défaut de coagulation ou pas, si la miss Duval avait manqué à sa réputation de polite d'élite, même un expert en puzzle n'aurait pas su différentier le haut du bas.


"Je vous en prie..."

Enfin la porte de la gardienne. Il avait cru ne jamais y arriver tant poser un pied devant l'autre lui coûtait - ses jambes tremblaient tant en descendant de la moto qu'il avait failli s'effondrer sur les graviers de l'allée, sans oublier ses bras qui lui faisaient mal à force d'avoir enserré la taille de l'immortelle. Il ouvrit la porte à l'immortelle, la laissa passer devant, puis s'engagea à sa suite avant de refermer le battant avec l'harmonie qu'apporte une longue habitude. Puis il se retourna, cherchant visiblement un endroit où:
- déposer son pauvre livre maltraité
- se planter au garde à vous sans que la chape gelée qui lui servait de manteau ne détrempât le sol autant qu'il imbibait son pull et sa chemise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Samantha Duval
.::. Gardien .::.
MODÉRATEUR
.::. Gardien .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 1081
Age : 29
[P]arti : Pris?
[F]onction : Assassin
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 02/07/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: {M} de Eléonor
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 6ème génération
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Sam 17 Nov - 13:01

(Pas de probleme cher ami)

La jolie blonde n'avait aucunement fait attention à l'agitation ambiante. Des regards craintifs, des bruits de frottements, des eclats de voix...Tout ceci est d'un tel commun qu'elle n'y pretait guere plus d'importance qu'à une mouche qui volette. Elle gravit les escaliers qui menait aux étages superieurs d'un pas lent, mais decidé. La pluie était sans cesse une raison aux chamailleries des nobles, une façon de permettre de se distraire.

Il arrivèrent aux étages supperieurs. Il fit ce que tout autre aurait fait et entra à sa suite dans les appartements de la jeune femme.
Alors qu'il restait immobile et meticuleux de ne rien tâchait Samantha s'exprima :

"Allons Nikolaï, entrez, ne soyez pas si craintif, enfin! et surtout debarassez vous de cette loque detrempée avant que vous n'attrapiez froid et que ce soit une nouvelle raison pour sa majesté de pester contre le temps lui-même"

Le feu crépitait joyesement dans la cheminée repandant dans toute la pièce une chaleur non négligeable, que bien entendu, l'immortelle ne ressentait pas.

"Enlevez don votre manteau et vos chaussures et mettez les près du feu, ainsi, ils seront secs quand vous repartirez..."

La belle disparut derriere un paravent pour changer sa tenue, aux abris des regards même si elle savait qu'elle ne risquait aucun regard perver de son invité actuel. Mais elle ne voulait qu'il soit mal à l'aise.

"Asseyez vous Nikolaï, Angel nettoiera s'il y a des traces au sol, je ne sais pas ou elle est d'ailleurs celle la, elle vous plaierait je pense, elle a eu le meme teint livide que vous lorsque je lui ai montré l'engin qui allait nous ramener à la maison."

Sortant de derriere le paravent, en short noir et en debardeur aux allures provoquantes, la vampire releva ses boucles blondes, degageant ainsi son cou nacré, avant de s'assoir dans un des fauteuils.

"Alors dites moi, vous avez aimez le petit tour en moto? Soyez franc..."

Un sourire illuminait le visage de porcelaine de Samantha. Les sensations qui decoulait d'une virée à moto était sans égales.

"Si ca vous a fait peur, je crains que decidement, pour le sujet qui nous occupe, il faudra vous cantonner aux lectures barbantes et rasoires..."

Cette dernière remarque la fit s'exclaffer, puis elle se leva et s'approcha d'un service à café qui patienté sagement sur la table. Elle versa une tasse puis fit demi-tour et posa cette dernière sur la table devant Nikolaï.

"Bien aprésent Nikolaï, ecoutez moi, si vous pensez qu'il vous faut retourner a la bibliothèque pour renforcer vos recherches alors soit, mais je vous en prit faites-vous accompagner par un gardien, je tenterai au maximum d'être celui là."

Le ton grave de la belle trahissait aisément l'importance de ce qu'elle venait de lui dire.

"Avez vous parlez de cela a quelqu'un d'autre?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï
.::. Sylphide Perturbée .::.
MODÉRATEUR
.::. Sylphide Perturbée .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 763
[P]arti : Rociel
[F]onction : Pianiste angélique
[S]tatut : Défunt
Date d'inscription : 19/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Chérubin de Rociel Van Sogenfaur
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Sam 17 Nov - 15:49

L'étiquette complexe de la Cour était paradoxalement conçue pour simplifier les rapports entre vampires, entre humains, entre tous. Ainsi la règle de base: les mortels étaient systématiquement inférieurs aux éternels. Mais le jeu des rangs et des convenances générait parfois des anomalies, et ainsi Nika se trouvait promu à un rang qui le mettait pratiquement au niveau des serviteurs vampires. Il valait même plus qu'un vampire des rues - mais entre nous, qu'est-ce qui vaut moins qu'un vampire des rues?... Ah si, une goule, peut-être. Etat de fait auquel le jeune pianiste pensait de plus en plus souvent depuis qu'il buvait le sang de Rociel - certes, le roi lui en prenait tellement avant de lui faire ce don que le résultat devait être négligeable. Mais pas tout à fait inexistant, vu la manière dont s'améliorait l'état de l'hémophile.

Mais trève d'élucubrations vaines. Pour l'instant, Nikolaï n'étant pas tant préoccupé par l'idée de devenir une goule que par le problème de dignité qui se posait à lui. Il était humain. Domestique, de surcroît. Dans la chambre d'une noble, qu'il devait donc traiter avec une déférence tout particulière. Mais d'un autre côté, dans la hiérarchie des serviteurs, il était sur le plus haut échelon, valet du roi et du roi seul, indigne de servir un vampire de sang plus dilué. Et facteur non négligeable, il était là en tant qu'invité-sous-fifre-souffre-douleur, pas en tant qu'esclave. Alors que devait-il faire? Dans quel mesure devait-il se préoccuper de la température du thé, de la vivacité du foyer? Dans le doute, le jeune Russe décida donc de ne rien faire et de se contenter d'obéir aux rares ordres de Samantha - au moins limitait-il ainsi les risques de froisser la venimeuse blonde.

Il optempéra donc, et pendant que la dame allait se changer (derrière un paravent, ce dont il ne devait jamais lui être assez reconnaissant) il choisit un petit guéridon pas trop éloigné de la cheminée pour y déposer son livre avec une délicatesse amoureuse. Le vieil ouvrage avait pas mal souffert du bain forcé initié par l'arachne, et sa couverture en garderait à jamais les séquelles, mais pour autant que Nikolaï puisse en juger, le texte était à peu près intact. Soulagé par ce constat, le musicien se défit de ses bottes boueuses et de son manteau détrempé, qu'il entreposa comme convenu sur la parterre près du feu. Puis il profita des quelques secondes "d'absence" de la vampire pour s'approcher du foyer, goûtant avec délice à cette chaleur presque féroce qui transperçait le tissu humide de ses vêtements. C'était sûrement un peu tard pour ne pas prendre froid, mais au moins n'aurait-il droit qu'à un rhume au lieu d'une pneumonie. Il exposa brièvement ses doigts gourds aux flammes (les réchauffer trop vite lui faisait toujours un mal de chien), avant de choisir la chaise la moins riche de la pièce pour suivre les directives de Samantha: l'idée d'obliger une autre esclave à nettoyer les taches qu'il aurait laissées derrière-lui le dérangeait profondément, alors autant ne pas gâcher le revêtement d'un beau fauteuil.

On notera juste qu'il oubliait complètement que, les trois quarts du temps, c'était bien un autre humain qui passait derrière-lui pour entretenir sa chambre et les appartements royaux: un valet n'est pas coutumier des tâches ménagères autres que l'entretien de la penderie.


"Si j'ai aimé... je... je ne saurais dire..."

L'humain joignit les mains entre ses genoux, n'observant la vampire que par de fugitifs coups d'oeil. S'il avait été franc, il aurait dit non. Mais aussi angélique qu'il fût, même Nikolaï ne pouvait pas se départir d'un minimum d'orgueil masculin, et les piques régulières que l'arachne comme tant d'autres portaient à son courage commençaient tout doucement à l'agacer. Il préféra donc un diplomatique compromis à l'honnêteté pure et dure.

"C'était assez... impressionnant. C'était la première fois qu'on me proposait un tel moyen de transport, et je dois avouer que... disons que si la vitesse avait été un peu moindre, j'aurais trouvé ce trajet prenant et agréable."

C'est vrai quoi, ces vampires et leur manie d'aller vite... Même Rociel oubliait parfois que lorsqu'il se mettait à courir dans le couloir, son dévoué angelot, aussi amoureux qu'il fût, aurait eu toutes les peines du monde à le suivre même avec un entraînement digne d'un champion olympique.

Sans doute à la vue de sa mine déconfite et de son teint toujours trop pâle, la gardienne s'autorisa un bref éclat de rire. Nikolaï décida qu'il contenait un peu plus d'amusement que de moquerie, et il parvint donc à adresser un petit sourire à la dame. Sourire promptement balayé par la tournure que la conversation prit ensuite: avec toutes ces émotions, il avait presque oublié ce pourquoi Samantha lui était tombée dessus.


"Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de retourner à la bibliothèque... pas dans l'immédiat, du moins. Ce livre contient de très nombreux contes, tous plus ou moins en lien avec les forces du Mal, il y a donc fort à parier que j'y retrouverai la trace de cette fameuse arme. D'ailleurs, si vous me pensez capable d'exécuter plus que cette tâche de recherche, je me soumettrai à vos ordres avec joie."

Traduction: d'accord je ne suis pas le courage incarné, mais bon quand même hein...

"Et non, je n'ai parlé de ce livre à personne: vous êtes la première personne que je croise depuis ma sortie de la bibliothèque."

Il s'interrompit une seconde, puis ajouta avec une grimace amère:

"En réalité, nul habitant de ce palais ne sait que je m'intéresse aux fleurs de neige. J'ai bien croisé un humain à la bibliothèque, mais il n'est pas serviteur ici, et je doute qu'il ait compris l'intérêt que je portais à ces vieux contes."

Le jeune homme s'accorda une autre pause. Il n'était pas certain de ce qu'il pouvait demander à la vampire, mais après tout, au point où il en était... dans le pire des cas, ce ne serait pas une moquerie supplémentaire qui le tuerait. Il releva donc la tête, ignorant avec un soin tout particulier les longues jambes fuselées qui s'échappaient du short de la tueuse, pour lui dire avec un sérieux consommé:

"Si vous le pouvez, madame, je serais très honoré que vous me décriviez un peu mieux les circonstances dans lesquelles le baron Hecatryiel et le sieur Fatali ont été tués, ou au moins comment et dans quel... état on les a retrouvé. Peut-être qu'ainsi je serais en meilleure mesure de vous dire si je me trompe sur toute la ligne, ou bien si ces fleurs et ces meurtres ont vraiment un lien avec les lames de feu."

Et soudain, une idée lui vint, choc incommensurable: et si Samantha avait souhaité acquérir son aide non pas pour régler cette affaire, mais au contraire, pour qu'il n'en parle à personne d'autre? Et si la gardienne elle-même était impliquée?

Heureusement que Nika était déjà bien pâle, sinon son trouble se serait vu sur son visage. Il serra ses mains l'une contre l'autre, s'efforçant de rester calme et impassible. Non, ce n'était pas logique. Si la vampire avait voulu le faire disparaître, elle l'aurait tué et balancé dans le lac avec son livre au lieu de le ramener au palais. Mais peut-être avait-elle besoin de lui. Peut-être savait-il quelque chose qu'elle ignorait, peut-être voulait-elle le mettre en confiance pour mieux l'utiliser contre Rociel. Peut-être...

Avec un vertige, le candide musicien se rendit compte que tant que son roi était concerné, il ne pouvait faire confiance à personne d'autre que les jumeaux eux-mêmes. Personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Scylla
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 252
Age : 34
[P]arti : Chaos, gouffre et tenèbres
[F]onction : Chut...
[S]tatut : Vampire Noble. Sire de Nicolas de Valombre.
Date d'inscription : 15/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Juska Hermanni Viljami
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 2ème Génération
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Sam 17 Nov - 16:45

( Je me permet xD)

Ombre endeuillée d'une folie trépassée...Je marche sans réel but, juste savoir, juste découvrir ce palais abritant le nid de mes douleurs et de mes haines. La puanteur de l'immondice vogue a mes narines qui se plissent doucement. Lieu honni, detestable, et pourtant, pourtant j'erre dans ses entrailles. Entrelacé a mes doigts, les perles de mon Chatiment scintillent avec un éclat terni aux lumières faibles, il chuchote, murmure, juste pour moi, juste pour mes oreilles. Je l'écoute, je ne devrais pas, mais je l'écoute tout de même. Son chant de pestilence, sa malédiction, ma gorge se serre sous son étreinte, et je me prends a la savourer avec delectation.

Il me rappelle, il me rappelle ce que je suis, ce que je cache derrière l'immensité transparante de mon regard. Que lit on au fond de mes prunelles trop claires ? Un miroir me répondrait, un miroir se briserait sous mes coups pour oser me placer en face d'un reflet que je hais.

Une image, un cauchemar, les restes d'une vie putride. Mon regard effleure et perce les méandres de ce labyrinthe. Palais érigé à la gloire, à la puissance, sacrilège, péché d'orgueil. Celui là même qui fit de moi ce que je suis. Orgueil, Colère...Je plaide coupable et plus encore ! Mon âme vibre avec colère, immense et froide, un serpent qui ronge, qui déguste avec lenteur les miettes d'une raison vacillante. Toujours j'oscille, lumière, tenèbre, marcher tel un funambule sur le faible fil de l'immortalité.

Le Chatiment bruisse avec sournoiserie alors que je tends la main, alors que mes doigts prisonniers touche ce mur, mur teinté de tapisserie, de soie, il entonne son murmure, audible, ce chant qui annonce ma venue, cette mélodie qui résonne comme une alerte lorsque Scylla se mets en marche. Son cortège d'horreur, son voile de cris atroces. Il hurle sa mise en garde pour celui qui sait l'entendre, malheur au pauvre fou qui se bouche les oreilles. Je marche, j'avance et la rage rampe dans mes veines, remplaçant ce sang impur et mort. Cette plaie béante qui s'ouvre a chaque pas arrache des gémissements a mon esprit, il hurle fort, trop fort et pourtant, personne ne l'entends, sourds, sourds, ils le sont tous ! Moi, moi , j'écoute et j'entends, ces voix, ces voix sorties de l'ombre. Ces silhouettes caressées un instant par la glace de mes yeux. Petites choses qui s'étendent entre les bras d'une soit disante monarchie. Injure que cette utopie ! Chatiment frémit contre ma peau, imprégne ses souffrances au creux de la chair pâle...La porte s'ouvre, elle vole, peut elle m'arrêter ? Espoir d'un bien pâle rempart de bois, aucun obstacle devant mes pas, aucune convention, aucune politesse.

-Vulgarité et innocence flétrie réunies. Quel curieux mélange.


Je susure, doucement, une voix à peine audible. Rédemption. Pardon.


Dernière édition par le Dim 18 Nov - 2:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samantha Duval
.::. Gardien .::.
MODÉRATEUR
.::. Gardien .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 1081
Age : 29
[P]arti : Pris?
[F]onction : Assassin
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 02/07/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: {M} de Eléonor
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 6ème génération
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Sam 17 Nov - 21:05

{chui deg, j'avais bien commencé mon post et tout à été effacé -_-'}

Sam se cala mieu dans son siège et sortit son fume cigarette, y planta une nouvelle tige de tabac qu'elle alluma. Elle souffla plusieurs bouffée avant de reprendre:

"Vous savez Niklaï, rien ne sert de faire de la moto si on aime pas la vitesse, il suffit alors de prendre la voiture, mais la sensation de vent était si grisante, vous ne trouvez pas?"

Lorsqu'il lui parla a nouveau des meurtres, le regard emeraude de la vampire sonda le jeune homme de maniere deroutante, puis, elle s'exclaffa:

"Pour ce qui est du premier meurtre, je ne saurais trop quoi vous dire, pour etre tout à fait honnete, je ne connais que ce qu'on l'en raconte, bruits de couloirs, ragots, et la version light officielle servie à tout le monde pour calmer les esprits echauffés. Mais concretement, je ne saurai eclairer votre lanterne la dessus...Par contre pour le sieur Fatali, je serai beaucoup plus utile ..."

A nouveau, Sam laissa planer le silence, temperer uniquement par le bruit de la fumée qu'elle soufflait hors de sa gorge pour faire monter la curiosité de son interlocuteur.

"A dire vrai, c'est arrivé à l'un des moments les plus innoportuns de tous. J'avais retrouvé cette espece de garce dans la salle d'escrime. Après diverses altercations, nous voila enfin en position de nous battre, histoire de lui faire definitivement fermer son caquet, trop souvent utilisé, mais c'est que cettee idiote c'est, non pas se battre mais se defendre. Alors que nous echangions nos coups rapides, nous avons pu vaguement entendre un bruit de liquide, mais j'ai pensais qu'elle transpirait enormément, ce qui a eut un effet assez ecoeurant. Puis le même bruit. Les gouttes étaient de sangs et formait une espece de fleur, je ne l'ai pas très bien vue, puisqu'ensuite, le corps est tombé... J'ai rarement vu une telle barbarie, personnellement, que je tue quelqu'un, j'essais d'etre le plus propre possible, mais là, les os ressortaient et la chaire était lacérées de partout. Pour quelqu'un qui n'a pas l'habitude, ca l'aurait rendu malade...Et ensuite, la tête a suivie et est tombé juste après...Elle n'avait bizarrement subie aucun delabrement comme le reste du corps. Enfin, le corps à commencé à pourrir, comme s'il avait été laissé au soleil. Voilà tout ce que je puis vous dire..."

La blonde haussa les epaules.

"Je pense que..."

La belle n'eut pas le temps de finir sa phrase que la porte s'ouvrit à la volée, laissant apparaitre une silhouette inconnue.
Mais dejà, la gardienne qui jusqu'alors s'était mise en veille, était debout. Elle tenait dans la main une araignée noire aux scabrures grenat qui formait le pommeau d'une épée, dont les pattes se rassemblaient dans un enlassement donnant nessance a la poignée. La garde, elle, était formée d'une sculpture en agrent de tiges epineuses entrelacées s'achevant par l'eclosion d'une rose à chaque extremité. La lame brillait au ondulation du feu qui crepitait dans la cheminée.
Sans qu'il est pu s'en rendre compte, Sam tira Nikolaï, qui roula par terre derriere elle. Apresent, elle faisait face, en garde , a l'intrus inconnu qui les avait interromp.

" Nikolaï, derriere moi."

Ses yeux brillaient d'un eclat nouveau que le russe n'avait pu encore apercevoir.

"Il vaut mieux un tel melange qu'être desesperement seule comme vous semblez l'être. Qui etes vous et que faites vous chez moi?"

Son ton était tranchant et decidé. Son visage, figé semblait capter tous les mouvements de sa future adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï
.::. Sylphide Perturbée .::.
MODÉRATEUR
.::. Sylphide Perturbée .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 763
[P]arti : Rociel
[F]onction : Pianiste angélique
[S]tatut : Défunt
Date d'inscription : 19/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Chérubin de Rociel Van Sogenfaur
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Dim 18 Nov - 3:36

Il écoutait le compte-rendu de Samantha, et son accès de méfiance refluait. Au lieu de rester en éveil, il se laissait amadouer, fasciner, comme un petit garçon à qui l'on raconte une histoire qui fait peur. Même si la gardienne aurait fait un piètre conteur pour enfant, à ainsi introduire le meurtre par sa rixe avec "cette garce" - en d'autres circonstances, Nikolaï aurait peut-être souri: l'araignée était fidèle à elle-même. Jusque dans sa description du cadavre, d'ailleurs. Heureusement, le jeune pianiste manquait de références pour se représenter les atrocités dépeintes.

"Vous dites qu'on l'a décapité, et pourtant le corps n'est pas tombé en cendres..."

La noble haussa les épaules, et Nika décida qu'il avait besoin de la croire, au moins le temps d'acquérir une base de réflexion. Quelque chose dans cette mise en scène dérangeait profondément le jeune Russe. La théorie de l'ère de terreur semblait confirmée: on ne voulait pas seulement tuer, on voulait faire peur. Mais d'un autre côté, une telle sauvagerie, une telle haine dans l'assassinat...Sans compter que les vampires disparaissaient quelque temps avant qu'on retrouve leur cadavre: pour qu'on les torture, peut-être? A ce stade, c'était plus qu'une envie d'effrayer la Cour. C'était un brasier, une folie furieuse, une perversité sans bornes. Un mortel aurait pu éprouver semblable rage, mais la mettre en pratique avec une telle violence, sur des créatures aussi puissantes?...

Quelque chose n'allait pas.

Et pas seulement dans l'affaire des meurtres, non. Quelque chose n'allait pas en cet instant précis, dans cet endroit précis. Quelque chose qui ressemblait au tonnerre, là dehors. Quelque chose qui refroidissait sa chair et hérissait les cheveux sur sa nuque.

Problème.

Et puis, comme souvent lorsque les vampires agissaient, le monde perdit tout sens pour Nikolaï. Vacarme qui déchire, échardes qui volent, tornade qui ravage. Une poigne sur son bras, et soudain la stupeur devint douleur, naturelle appréhension du contact, viscéral refus de la violence - ne me touchez pas si brutalement, je vous en prie ne... Oh non, elle ne le touchait pas. Elle serrait, le tirait, lui faisait perdre l'équilibre. Il trébucha et roula au sol, et comme d'habitude ça faisait mal. N'importe qui se serait cogné le coude en tombant, n'importe qui se serait tordu la cheville, mais cela n'aurait pas été grave. Pour Nikolaï, ça l'était. Le pianiste ne cria même pas. Mais à travers sa stupeur et sa frayeur, il parvint tout de même à éprouver de la consternation: s'il avait du mal à imaginer d'affreuses tortures, il n'en avait aucun pour visualiser le sang qui giclait hors de ses veines rompues, le sang qui noyait sa chair, se déversait dans ses articulations. Et ces veines qui ne se refermaient pas. Et tout ce rouge, ce rouge sous sa peau, entre ses os. Ce rouge qui faisait mal, encore et toujours. Dans son coude, en plus; comment pourrait-il jouer dans les prochains jours avec un coude tuméfié?

Puis il sentit l'être qui venait d'entrer dans la chambre. Il ne la vit pas, il la sentit. Et son hémophilie n'eut plus aucune importance.

Engourdi d'angoisse, le jeune homme se releva tant bien que mal, boitillant, une main enserrant son bras meurtri. Mais les hématomes naissants ne le faisaient pas assez souffrir pour qu'il puisse ignorer cette figure aux yeux clairs, splendide, terrifiante dans sa folie, qui se dressait à l'entrée des appartements de Samantha. Oh, elle n'était pas non plus négligeable, l'araignée et son dard; ses prunelles étincelaient d'une colère froide qui aurait liquefié n'importe quel mortel, n'importe quel traître. Mais cette femme, cette ahurissante figure mythique qui se dressait devant eux avec un chapelet pour toute arme... Nikolaï côtoyait Rociel depuis trop longtemps, il goûtait à l'ambroisie de son sang depuis de trop nombreux mois pour se tromper. La gardienne était une combattante exceptionnelle, une lilianite de surcroît, conçue pour déchirer et vaincre. Mais cette inconnue...


"Attention. Ma dame, faites attention..."

A peine un murmure, alors qu'il aurait voulu crier, hurler le pouvoir qu'il ressentait par chaque pore de sa peau, le danger qui s'affichait devant ses yeux écarquillés. Il reculait vers le mur, assommé par une aura si violente et passionnée, troublé par l'émotion lointaine que ces iris translucides évoquaient en lui - en ce que Rociel avait déversé en lui. Il y avait un peu du jumeau du chant dans ce regard, un peu de l'ire du roi qui l'avait maudit, si longtemps auparavant, lorsque le pianiste avait osé se détourner de son amour. La fureur d'un démon, qui pour une raison inconnue avait choisi cette pièce pour déverser son courroux. Un démon qui n'aurait aucun mal à balayer la gardienne si celle-ci le sous-estimait, un démon qui peut-être verrait l'étrange éclat pas tout à fait mortel qui brillait un fond des iris bleu ciel du jeune Russe, un démon qui voudrait anéantir cette insulte faite à sa propre nature.

Il s'était trompé. Nul besoin d'être un humain pour générer une telle haine à l'égard des vampires. L'assassin était forcément un immortel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Scylla
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 252
Age : 34
[P]arti : Chaos, gouffre et tenèbres
[F]onction : Chut...
[S]tatut : Vampire Noble. Sire de Nicolas de Valombre.
Date d'inscription : 15/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Juska Hermanni Viljami
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 2ème Génération
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Dim 18 Nov - 11:51

Peur... Je sens la peur, je m'en inspire, m'en delecte. L'azur glacé de mon regard se pose sur ce frêle bouclier. Petite flammèche blonde qui se dresse en vengeresse de papier. Je suis les lignes de son visage, effleure les courbes de ses lèvres, affronte l'autorité de ses yeux. Pauvre héroïne, que cherche-t-elle a prouver ? Mes iris tombent sur cette arme, ce trait d'acier dans lequel se reflète le brasier chaleureux. Mais la chaleur a désertée les lieux, elle a laissé la place au gel, à la glace mortuaire d'un palais macabre. Petite chose rampante que cet emblème enchassé dans la garde de l'épée. Futile allégorie d'un insecte. Orgueilleuse avariée.

Chatiment siffle et, fend l'air telle une lame de tenèbre, il enroule ses lamentations autour de l'acier, l'étreint, amoureusement, sensuellement. Mais derrière sa tendresse se cache la dureté, alors il applique la punition et obeis a la maitresse que je suis. Tant de puissance dans de si frêles doigts, je suis des yeux la valse de la lame dans les airs alors que mon Chapelet, ramène, tel un monstre soumis, l'affront qui m'a été fait.

Mes mains recueillent au creux de leurs paumes cette offence glacée, je baisse les yeux sur la lame argentée. Elle est belle et terrifiante, finement ciselée, ornée d'apparats futils et flatteurs. J'en caresse le tranchant, doux, si doux, coupant comme ma haine.

Je relève mes prunelles de glace sur ce visage d'albâtre qui vocifère, puis elles glissent sur cet homme qu'elle tente de protéger. D'aileurs, quelle protection ? En ont ils besoin ? Peut être, peut être...

Mes pas sont lents, lascifs, j'approche avec cette retenue qu'on les nonnes devant le blasphème, mon ombre se découpe et couvre celle de l'égarée. Je me penche, effleure ses lèvres d'un index éffilé.

-Chut. Ne défie pas Scylla au risque de la voir t'arracher les pattes, une par une avec une avidité vorace.

Je suis la lignes de mon menton, mon visage prend cette expression songeuse, absente comme lorsque je rêve.

-Scylla est mon nom, qu'importe la raison de mon intrusion, tu n'es nul part chez toi ici...Personne ne l'est.

Je me désinterresse subitement de cette petite femme, cette petite chose qui prends pour étendard une araignée. Je tiens la bride, je tire sur le mord d'un monstre a plusieurs têtes, affamé et irradiant de dévastation. Le bleu pur de mes yeux se repose une nouvelle fois sur cet humain. Il m'intrigue, éveil ma curiosité, c'est une sensation diffuse, un relent délicat. Les feux gelés de mes iris balayent les traits fins, scrute cette silhouette délicate. Je sais. Oh oui, je sais. Il est blessé, je sens son sang courir hors de leur chemin, imprégner ses chairs pour en souiller la pâleur.

-Pauvre petit humain, tu n'es pas fait pour la violence et la haine.


Pur, il semble si pur.

-Quel est ton nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samantha Duval
.::. Gardien .::.
MODÉRATEUR
.::. Gardien .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 1081
Age : 29
[P]arti : Pris?
[F]onction : Assassin
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 02/07/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: {M} de Eléonor
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 6ème génération
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Dim 18 Nov - 15:11

Samantha observait l'intruse qui s'avançait dans la lumière, revelant ainsi enfin son identité.Ses yeux et ses traits n'étaient pas sans rappeler ce du jumeau du chant. Elle était si bizarre, c'en était presqu'effrayant. Lorsqu'elle s'approcha de Sam, la belle n'eut pas d'abord pas de mouvement de recul, fascinée de curisosité, mais lorsque le contact de son indexe vint effleurée les lèvres purpurine de la jolie blonde, ses instincts de survie avait reprit le dessus et deja, sa la reprenait sa place innitiale.

Tout cela n'avait aucun sans pour la realiste qu'elle était, elle avait toujours eu cette tendance à ne rien comprendre à ce que racontait les enfants de Rociel. Cette fois ci ne differait des autres.
Son regard emeraude scruta avec avidité la vampire au Chapelet.Quel curieux melange...

Scylla, aucune conotation ne lui rappelait quoi que ce soit à ce propos. Peur. Non Samantha ne ressentait plus la peur, elle ne la ressentait plus depuis longtemps, cette peur qui ecrase l'estomac et vous rend muet. Peur, qui vous glace le sens et vous plonge dans une nuit sans fond. Peur avec ses doux aspects lorsqu'on la vaincue.

Alors que sa garde était tombée sous le coup du chapelet, Samantha sortit la petite dague qu'elle portait toujours cachée.L'etrangère changea brusquement la direction de son attention vers Nikolaï. Sam jeta un rapide coup d'oeil, et s'aperçu de l'horreur de la situation. Quelle idiote elle avait été, sa colère au gout amer avait occulté son sens instinctif et elle n'avait pas sentit cette odeur de sang, celle là même si particulière.

"Merde..."

Quelle idiote, avait-elle oublié que le jeune protégé de Rociel était hémophile, et que tout choc provoqué chez lui une explosion de sang. Sam sentit son coeur se serrait et ses palpitation s'accelererent. Depuis combien de temps n'avait-elle pas mangé, et cet appel à la consommation, s'en était trop...

La blonde ferma les yeux dans une rapidité innedite. Elle avait été entrainée pour ca, et n'avait jamais failli, enfin, elle releva la tête pour faire face à ouveau a Scylla.

"Si tu tiens à pouvoir encore etréner ta croix defraichie, je te deconseille cherie d'y toucher. Ou je te jure que tu le regretteras."

Samantha savait que l'autre était plus forte qu'elle, mais elle avait un solide entrainement derriere et même si elle en mourrait, elle blesserait l'intruse, non mortellement, car elle en était sure c'est elle qui perdrait la vie, mais assez pour permettre à Nikolaï de rester en vie.

Elle saisit un de ses linge blanc macculé et en marche arriere s'approcha de Nikolaï sans baisser sa garde.Elle lui tendit le linge pour eponger sa blessure.Puis elle susura :

"Faites moi plaisir pour une fois, ne faites rien d'idiot et tachez de rester en vie, que je ne meurs pas pour rien..."

Puis comme a son habitude, elle ironisa la situation en lui lançant un rapide clin d'oeil.

Peur, ça fait longtemps que tout sentiments apparentés l'avait quittée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï
.::. Sylphide Perturbée .::.
MODÉRATEUR
.::. Sylphide Perturbée .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 763
[P]arti : Rociel
[F]onction : Pianiste angélique
[S]tatut : Défunt
Date d'inscription : 19/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Chérubin de Rociel Van Sogenfaur
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Sam 24 Nov - 21:44

La peur. Etrange ennemie: toujours on la fuit, on la renie, on l'ignore. Pourtant elle reste là, s'accroche à chaque doute, chaque drame, se fond dans l'esprit de tout être sain. On en a honte. Mais tout comme la mort fait partie de la vie, il ne pourrait y avoir de courage sans peur. Affronter un brasier quand on ne craint pas les brûlures, c'est de l'inconscience, pas du courage; et l'inconscience fait le lit des catastrophes.

Ainsi Nikolaï s'efforçait-il d'être courageux, alors que l'araignée optait pour une flamboyante inconscience.

Il avait reculé jusqu'au mur, le fragile jeune homme, lorsque les deux vampires s'étaient rendues compte qu'il saignait. Même si aucune perle rouge n'était venue souiller la surface de sa peau, ce qui l'aurait sans doute perdu, leur regard à toutes deux s'en trouva brièvement illuminé, et Nikolaï dut rassembler toute sa maîtrise de soi pour ne pas se mettre à hurler tans la convoitise s'était faite palpable dans l'air de la pièce. Jusqu'à ce que la gardienne se domine. Jusqu'à ce que le regard de l'intruse s'opacifie quelque peu, trahissant sa soudaine réflexion. L'horreur du musicien se trouva alors évincée au profit d'un doute de plus en plus désagréable: cette fascinante immortelle lui rappelait bien trop Rociel pour qu'il s'agisse d'une simple coïncidence. Son verbe, mais surtout ses yeux, ces lacs translucides qui semblaient fouiller son âme jusqu'à ses tréfonds, chercher les faiblesses, dévoiler les secrets... ces yeux de prisonnier des Muses... ces yeux qui dansaient dangereusement près de la démence... Elle lui demanda son nom, Nikolaï se sentit pâlir. Non. A la différence de celles du roi aimé, ces prunelles ne dansaient plus: cela faisait longtemps qu'elles s'étaient laissées entraîner dans les draps de la Folie.


"Nikolaï, ma dame. Je... me nomme Nikolaï."

Hypnotisé comme par un serpent aussi magnifique que venimeux, le pianiste avait croassé sa réponse avec un tel accent qu'elle en devenait presque incompréhensible. Son cerveau semblait tourner au ralenti, subjugué qu'il était par une telle puissance, un tel éclat, une telle menace. Il n'en fut que plus effrayé par le murmure de l'araignée, à un point tel qu'il faillit ne pas saisir le linge frais qu'elle lui tendait. Comme dit, il ne saignait pas de manière ouverte, mais vu la tournure que prenaient les choses, cela risquait de lui arriver sous peu; autant avoir un pansement sous la main, même si Nika doutait de parvenir à s'enfuir si la situation devenait assez grave pour qu'on le blessât. Mais de là à renier cette femme qui se moquait de lui, qui le voyait comme un simple pantin dans les mains de Rociel, et qui pourtant semblait prête à sacrifier sa vie pour sauver la sienne... Fugitif éclat de colère et de douleur dans une âme en friche: ah non, ça n'allait pas recommencer! Il ne voulait plus semer la mort autour de lui, il ne voulait plus qu'on l'épargne pour sa faiblesse tout en décimant tous ceux qu'il connaissait. Il ne voulait plus qu'on le tienne à l'égard à cause de cette saloperie d'hémophilie mille fois maudite.

Alors il fit "quelque chose d'idiot": il échangea avec Samantha un bref regard qu'il espérait éloquent ("par pitié, laissez-moi une chance avant de lui sauter à la gorge"), puis il chercha à conserver l'attention de la dénommée Scylla. Il replongea dans ses yeux de cristal, en espérant de toutes ses forces qu'il ne s'y noierait pas.


"Dame Scylla... Je ne suis sans doute pas assez fort pour affronter la violence. Mais peut-être, aussi humble et futile que je sois, puis-je faire quelque chose pour l'éviter."

Il déglutit avec peine, dans le vain espoir de ramener à lui un peu de cette présence d'esprit qui lui semblait aspirée, vampirisée par ces diaboliques iris délavés. Il était dangereux de parler des jumeaux à quelqu'un dont on ignorait s'il était loyaliste ou non. Mais Nikolaï était certain qu'avec une telle aura, le sang de l'étrange Scylla ne pouvait découler que de celui de Rociel, et ce de manière très directe.

"Peut-être puis-je atténuer votre colère, ou vous suggérer une oreille qui saurait la comprendre. Peut-être, en tant que valet royal, pourrais-je vous guider jusqu'à sa Majesté Rociel."

Aveuglé par l'adoration que lui-même vouait au jumeau du chant, le jeune homme en négligeait le mauvais pressentiment que lui hurlait chaque goutte de sang vampirique qui courait dans ses veines. Il en oubliait qu'on pouvait haïr le roi au moins autant qu'il l'aimait, et ce même avec son héritage dans le corps. Le sang ne faisait pas l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Scylla
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 252
Age : 34
[P]arti : Chaos, gouffre et tenèbres
[F]onction : Chut...
[S]tatut : Vampire Noble. Sire de Nicolas de Valombre.
Date d'inscription : 15/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Juska Hermanni Viljami
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 2ème Génération
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Sam 1 Déc - 20:53

Ce sang...Ce sang corrompu, il coule , souille les chairs, j'entends sa plainte. Ambroisie, nectar, il m'appelle doucement, sensuellement, mais je suis trop puissante pour me laisser aller a ses charmes. La bête est repue, plus tard, elle satisfera sa gourmandise.

-Pur...

Je lève une main, vais je le toucher ? Lui qui porte dans ses iris l'éclat propre a mon Sire, je la vois cette étincelle souveraine, folle, suave. Elle danse dans les orbes bleus, elle me nargue. Ma main se suspends dans l'air, Châtiment vibre, ronronne. Petit ange, tu ne subira pas ma colère.

Ma main dévie et se lève dans un geste agacé, mon Murmure s'élève, chant doucereux aux oreilles de cette petite combattante inconsciente, mélodie entêtante qui se mêle a l'Obsession. J'attise son tourment. Elle ne sait pas, ignorante de ce qu'elle provoque. Murmure, chuchotement, je vais lui apprendre :


-Chut...N'as tu pas entendu ? N'as tu pas compris ? Ta Soif, je la sens, elle rampe a travers chaque pore de ta peau froide, elle tord ton esprit, aiguise ta langue dans cette attente savoureuse qui précède l'âcreté métallique du sang sur tes lèvres. Petite hypocrite qui protège ce qu'elle rêve de déguster.

Je ne la regarde pas, je ne la scrute pas, mais je sais, je connais les tourments qui l'envahissent. Douce torture auxquelles je la soumets, elle a défié, elle a défié, je ne peux ignorer l'insulte. Alors elle va connaître la douleur d'un affrontement éternel. Sa Soif attisée opposée à l'Intouchable. Supplice pour avoir osé défier ce qu'elle ne peut comprendre dans son petit esprit étriqué. Je garde les yeux fixés sur cet humain, cet homme qui reflète un peu de la douceur de Rociel. Il m'offre son nom, un nom qui sonne comme une musique à mes oreilles. Il est marqué de mon Sire, estampillé de son sang impur. Mon coeur vibre, mon âme se recroqueville. Est il un nouveau jouet ? Est il marionnette tout comme je l'ai été ? Le dragon vorace de la jalousie siffle, mais Michel n'est jamais loin, il fouette et fait taire cet aiguillon. Qu'importe ce qu'il est...Il semble si pur...

Il parle de peur, comme si il la connaissait telle une amante, comme si il l'enlaçait nuit après nuit au coeur de ce château des horreurs. La peur que je lui inspire, elle émane de lui avec tant de force que j'en souris. Lentement, mes lèvres s'incurvent, ondulent. Sa blondeur scintille à la lumière blafarde, les gouffres de saphir qui ornent son visage fin brillent d'une lueur inquiète. Il a peur, il a peur et il fait bien, contrairement à cette enfant qui défie ce qu'elle ne peut vaincre. Il invoque un nom, une ombre éclatante, brûlante qui a laissé mon âme a vif. Des brûlures immortelles. Je devine, oui, je devine ce qu'il tait...


-Rociel...

Répétais je trop douce, trop tendre alors qu'il parle de colère

-Ma colère...Que sais tu de ma colère ? Crois tu la connaître aussi bien que celle qui ravage Rociel parfois ? Pense tu qu'il serait a même de la dompter ? Peut être en est il l'essence, peut être en serait il le baume apaisant. N'invoque pas ce nom a la légère avec moi...Nikolaï. Ma colère est a l'image de mon nom, un monstre a douze tête qui dévore tout sur son passage, par haine, par passion, par envie...

Ma phrase s'est achevée sur un murmure languissant. Un souffle à peine expiré mais mon regard lui, irradie, flamboie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samantha Duval
.::. Gardien .::.
MODÉRATEUR
.::. Gardien .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 1081
Age : 29
[P]arti : Pris?
[F]onction : Assassin
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 02/07/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: {M} de Eléonor
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 6ème génération
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Ven 7 Déc - 11:11

La jolie blonde ferma les yeux de plus belle. Il était incontestable que celle qui se tenait en face d'elle était plus agée, plus forte, bien que Samantha soit surement la plus determinée...Oh, bien sur elle ne relacherai pas en cas de conflit, elle protègerait le jeune hemophile qui se tenait derriere elle, même si pour ca, elle devait s'y donner la mort. Pourtant, le petit entretien tournait en une forme assez peu commune et les mots de Scylla a l'encontre de la blonde resonnèrent dans la tête de cette dernière.

La faim...Oui elle avait été pendant longtemps le point faible de la belle, car dans ses moments là, plus rien ne compte si ce n'est le sang d'un proie potentiel. Seulement voilà, Sam ne pouvait decidement pas se resoudre à ce que quelque chose regisse sa vie. Pendant sa longévité humaine, elle avait sans cesse était sous le joug de quelqu'un, ou de quelque chose s'il l'on pense par exemple à l'heroïne qu'elle absorbé sans cesse. Lorsque sa transformation eu lieu, et qu'elle s'était retrouvé à nouveau confronté à une soumission materiel tel que l'était le sang, la vampire, alors jeune, avait decidé de se prouver à elle même et aux autres que le sang ne serait plus une dependance mais plutot une necessité nutritive. Pendant des années, sous le coup d'oeil alarmé de son Sire, elle avait chassé toute folie que provoquer la sang sur ses instinct l'ayant remplacer par un self controle hors du commun. Cependant, toute chose avait ses limites, et certaines fois, la belle avait bien du mal à assumer ses nouvelles resolutions.

Bref, cette petite rencontre entre les trois n'aurait pas affoler outre mesure Samantha, si elle avait bu cette nuit. Malheureusement, le jeune russe s'était presenté, roulant dans la boue avant que la jeune femme n'ait chassé et si tout à l'heure cela avait peu d'importance, apresent, la faim qui tiraillait la belle prenait toute sa valeur. L'autre erreur qu'avait provoquait cette rencontre impromptue avec le jeune protégé royal, c'était que la belle n'était plus tout à fait au top de sa forme, le combat s'il avait lieu lieu serait deja desavantageux, mais en prenant en compte la faiblesse qu'avait engendré sa faim, c'était presque du sucide. Pourtant, Sam le savait bien, elle ne laisserait pas Nikolaï tombé...Son esprit reste avant tout celui d'un gardienne, et s'il arrivait quelque chose au jeune homme, alors fatalement l'equilibre de l'île en serait affecté et les consequences en seraient desastreuses...

Les mèches bouclées de la blonde prenaient des reflet dorés et cuivrés, reflet du feu qui crepitait encore dans la cheminée...Angel...La vampire espera de tout coeur que cette dernière n'aurait pas la mauvaise idée de rentrée maintenant...Samantha ferma les yeux une fraction de secondes avant de les rouvrir presque aussitot et d'observer avec attention Scylla. D'une voix douce, presque un murmure, que peu de ce monde connaissaient encore chez la belle aux cheveux d'or, elle dit:

"Que voulez-vous Scylla? Pourquoi vous etes vous introduite chez moi?"

Le vert de ses yeux continua de transpercer le regard de la vampire qui se trouvait face à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 252
Age : 34
[P]arti : Chaos, gouffre et tenèbres
[F]onction : Chut...
[S]tatut : Vampire Noble. Sire de Nicolas de Valombre.
Date d'inscription : 15/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Juska Hermanni Viljami
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 2ème Génération
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Jeu 10 Jan - 9:34


-Je vous l'ai dit, enfant sourde. Personne n'est chez lui ici.

Cette fois, je dois la regarder, cette fois, je plante les rayons gelés de mes yeux trop clair directement dans l'emeraude. Lorsque l'azur affronte l'océan...Petite inconsciente, fillette bancale qui espère vaincre...Martyr annoncé qui rêve de gloire dans le sacrifice. Nulles saintes en ce palais, puisque Dieu la deserté.

-Je n'ai nul besoin de raison...Le parfum, la senteur...La sonate ethérée d'une voix, le souvenir sec d'une image...Un regard suffit, mais ce sont là des mots dont tu ne comprendra pas le sens. Ton Sang porte l'empreinte de Liliane, face noire d'un ange, tu ne connais que destruction et séduction. Ignorante.

Qu'importe les raisons, je suis la marée qui va et viens, je suis ce souffle d'air qui soulève, pour un instant, la flamboyante chevelure d'une douce au coeur pur, je suis la flèche qui pénètre cette poitrine innocente, je suis le jour, je suis la nuit. Je suis équilibre précaire...Mon regard devient aiguille, mes paupières se ferment à demi, ne laissant qu'un reflet de glace filtrer. Un feu brulant de gel qui scrute...Bondir, arracher des lambeaux de cette chair blanche...Tentante est l'idée, attirant est l'avant goût du sang sur mes lèvres. Par égard pour un chérubin, petite araignée, tu vivra encore cette nuit. Je me redresse soudain, écrasant de ma présence teintée de rage le silence de cette pièce.

-Pourquoi le protège tu ? Ton coeur mort frémirait il dans ta poitrine décharné ? Ou espère tu une parole bienfaitrice d'un Monarque factice ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samantha Duval
.::. Gardien .::.
MODÉRATEUR
.::. Gardien .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 1081
Age : 29
[P]arti : Pris?
[F]onction : Assassin
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 02/07/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: {M} de Eléonor
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 6ème génération
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Jeu 10 Jan - 23:15

Les paroles fusent, violentes, blessantes, acérées comme des couteaux. Elles traversent la gardienne qui est touchée, comme une giffle, un souffle glacé, ce regard, cette haine, ce malheur...Se petit-il qu'une telle rencoeur existe...Araignée triste, on te blesse dans ton orgueil, on te rapelle ta condition a jamais ancrée dans une poitrine vide, le froid de l'Island n'est rien comparé à ses yeux, remplis de rage...Les mots n'ont de sens que pour le fou...La blonde ne les entend plus il glisse...Pourquoi...?

Araignée du soir espoir...

L'Arachnée maudite subit le baiser froid d'une mort qui ne vient pas...Pas de redemption pour toi...Enfant sourde, sourde aux malheurs que tu parsemais sur ton passage, sourde de la mort dont tu dois te nourrir, prix elevé pour ta non vie...

Araignée du soir espoir...

Il y a bien longtemps que le tien t'as deserté, enfant sourde. Tu tournes, tu le maudit ce sang au gout de vie, tu ne l'aimes pas ton remod cheri, tu l'entretiens et te dis forte de tes enseignements...C'est cela l'espoir de ta vie, petite enfant sourde?

Araignée du soir, espoir...

Et après quel espoir cours-tu, toi enfant abandonnée, laissée seule si jeune, tu as gouté à la solitude bien trop tot...Tu aurais pu mourir mais lui en avait decidé autrement...Arachnée Endeuillée, il t'a transformé, petite chose froide, à la peau d'albatre.Ta repentance, tu peux la rever, tu peux l'esperer...L'espoir fait vivre, mais il y a longtemps que l'un comme l'autre t'ont quitté...

Araignée du matin, chagrin...

Comme elle te manque cette aurore, mais ta nuit éternelle ne le supporte plus...Le matin, avec ses rayons orangés t'apportent depuis bien longtemps malheur et douleur...Chagrin, elle est loin la lumiere de ta vie; tu ne vis plus que pour l'obscurité de ta nuit sans fin, ta non mort...

Parfums, odeurs, senteurs...
Le tabac froid et l'opium tout juste aspiré...Tes dernieres effluves. Dieu t'a-til tant rejettée? Qu'es-tu bête sanglante, que fais-tu à notre petit insecte, petite araignée qui cherche la redemption, la paix dans sa sordide inhumanité...Et voila que tu lui demande pourquoi? Pourquoi...

Le bleu de tes prunelle brule plus que l'astre du jour, il font souffrir, il transperce et illumine tout les secrets enfouis...Vas-t-en...Vas-t-en...Vas-t-en...

La machoire de la blonde se serre, elle ne flechit pas, elle tient bon, et soutient ce regard d'azur. Qu'importe le passé. L'assassin sait. L'assassin c'est tout ce qui compte. La Veuve Noire se resaisit, se redresse...

Araignée du matin, chagrin...Qui la tue, n'en a plus...

"L'ange dechue a laissé en moi plus qu'une pale emprunte...L'ignorance n'est-ce pas ce qui nous protège...Et toi, d'ou viens-tu...La voix d'un ange qui a depuis bien longtemps perdu ses ailes...Calme et enigme, mystification, qui es-tu sinon l'enfant de Rociel..."

Calme...Concentration...Chant mystique, conscience altérée, qui es-tu, beauté monstrueuse...

"Il y a bien longtemps que mon coeur à cesser de battre...Et je n'ai que faire d'une parole Salvatrice des Jumeaux..."

Redemption Salvatrice...Baiser d'un ange dechu...N'a d'effet sur l'araignée deja partie...

Araignée du soir espoir, qui la tue, n'en a plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï
.::. Sylphide Perturbée .::.
MODÉRATEUR
.::. Sylphide Perturbée .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 763
[P]arti : Rociel
[F]onction : Pianiste angélique
[S]tatut : Défunt
Date d'inscription : 19/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Chérubin de Rociel Van Sogenfaur
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   Ven 18 Jan - 21:11

Lutter, lutter encore et toujours contre ce doute, cette angoisse. Pas contre la peur, non - la peur, c'était quelque chose de franc et brûlant, une émotion qui parcourait ses muscles et non ses nerfs, une vaste bête fauve qui se prélassait dans son ventre et sa poitrine oppressée. C'était ce qui le mordait à chaque fois qu'il pensait à cet assassin qui peut-être en voulait à Rociel, ce qui le griffait de ses ongles empoisonnés lorsqu'il imaginait ce rosaire se serrer autour de sa gorge, ce sourire dément se refermer sur sa chair. La peur, il la connaissait. A défaut de la vaincre, il savait la dompter.

Le doute en question était plus pernicieux, saurien assoupi qui guettait la moindre erreur, le moindre faux pas, crocodile de marigot aux yeux seuls dévoilés par l'eau boueuse, qui attend, attend, attend. L'incandescente immortelle voulait quelque chose, quelque chose dont elle-même ignorait la nature. Peut-être qu'elle partirait sans l'obtenir. Ou peut-être pas. Fallait-il se risquer à deviner, esquisser une proposition? Nikolaï avait déjà essayé. Scylla lui avait répondu, avec le souffle chaud et les yeux mi-clos d'un merveilleux dragon vautré sur son tas d'or, un dragon qui attend la réponse à l'énigme posée, et qui se délecte d'avance de l'inévitable échec de l'aventurier qui a osé poser les yeux sur lui. "Rociel". Et quelle violence, quelle menace il y avait eu dans son délicat murmure.

Rociel. Monarque factice. Et, le jeune Russe le comprenait à présent, bien après l'Arachne: sire maudit à l'engeance démentielle. Il entendit pourtant autre chose dans les quelques venimeuses paroles de l'hydre, mais sur le moment il n'y prêta pas attention, trop troublé qu'il était de comprendre à qui il faisait face. Elle l'avait regardé dans les yeux, et elle avait su, il sentait qu'elle avait tout su, et que cela lui causait autant de douleur que d'indifférence. Ils se reflétaient l'un l'autre. Rociel, doux prince par trop rêveur, qu'as-tu fait, qu'as-tu créé derrière ces prunelles translucides? Quel prodige, quel monstre as-tu lâché sur Terre en mêlant ton sang noir aux vives émotions d'une artiste?

Et si ton ange t'avait dit oui, aurais-tu fait de lui semblable brasier?

Oui, il comprenait à présent, le candide jeune homme, et soudain le doute disparaissait, et le dangereux reptile sortait des eaux stagnantes: elle attaquait l'araignée, cette fantastique créature nocturne, elle lui arrachait les pattes et la torturait de ses paroles, comme si l'indulgence qu'elle avait pour un innocent musicien ne pouvait exister sans la cruauté de toutes ces insultes. Toujours ce tiraillement, le bien, le mal. C'était une rociélite, pas une lilianite, et si sa Folie mordait, elle savait visiblement diriger ses assauts contre ceux qui pouvaient s'en défendre.

Il y avait un peu de Rociel dans cette enveloppe déchirée. Et presque malgré lui, alors que dans le même temps il était horrifié de voir Samantha croûler sous toutes ces remises en question, Nikolaï ne put s'empêcher d'éprouver de la compassion pour Scylla.

Et alors, il se souvint du mot qui avait frappé son oreille lorsque l'infante de Rociel avait parlé. Un mot, une formule magique, un pouvoir que lui, simple esclave hémophile, il détenait. Un pouvoir que peut-être il pouvait exploiter, pour (ironie suprême) les sauver toutes les deux - car il y avait un peu de Rociel dans cette enveloppe déchirée.


"Dame Scylla..."

Il avait peur, encore et toujours - sa vie au palais était faite de peurs. Mais d'un seul coup, cela se voyait moins. Pardon Samantha, j'espère que cela vous aidera.

Elle avait parlé de sonate.

"Je suis pianiste, ma dame. Et même si je n'ai pas la prétention de rivaliser avec les membres de la Cour en matière de musique, même si je ne saurais envisager votre tourment et encore moins l'apaiser... je me permets tout de même de vous offrir mes services, ce soir. Si vous désirez vous sentir un peu mieux accueillie dans cet endroit où personne n'est chez lui."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chambre de Samantha {toile arachnéenne}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chambre de Samantha {toile arachnéenne}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chambre de Samantha Carter
» Du nouveau sur la toile--L'autreTV.com
» [HRP] Partenariat Avec Heraldique Européenne
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires :: Coursive de l'Aube :: Chambre de Samantha Duval-
Sauter vers: