J'ai quitté ce monde et je suis revenu transformé
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 l'ouroboros [Sous chef de la résistance]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ouroboros
.::. Sous chef de la Résistance .::.
.::. Sous chef de la Résistance .::.
avatar

Nombre de messages : 40
[P]arti : résistant
[F]onction : sous chef de la résistance
[S]tatut : pauvre
Date d'inscription : 04/07/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de:
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: l'ouroboros [Sous chef de la résistance]   Mer 4 Juil - 21:51

I. Renseignements généraux


[†] Nom : Porfirio Diaz
[†] Prénom : Alejandro Luis Miguel
[†] Surnom : Ouroboros
[†] Âge : ving huit hivers
[†] Race : humain
[†] Lieu de naissance : au Mexique à Cancùn
[†] Parti : la résistance, pardi!
[†] Statut : sous chef de la resistance
[†] Fonction : pauvre
[†] Sentiments vis à vis des jumeaux et vampires: Certains sont à éradiquer, d'autres à garder...

II. Descriptions



[†] Description physique : Ce qui marque tout de suite sont ses cheveux blancs, aux reflets dragées, fins et solides comme des fils de soie, volant à la plus minime brise, taillés inégalement se confondant avec la pâleur lunatique de son long visage aux traits fins. Ses sourcils fins sont placés au dessus de deux yeux vairons légèrement bridés. Cela ne se voit que très peu, et tant mieux pour lui. il peut ainsi mieux se mouvoir dans la foule des inconnus. Quand on s'approche plus près, on peut mieux les détailler. L'un est d'un cérulé hypnotisant, passant au berlin dans l'ombre tandis que l'autre est une émeraude tintée d'or. Un regard exquis, magnifique, fait des couleurs les plus belle que la palette de la nature puisse faire. On s'y noie souvent, leur profondeur étant inimaginable. Rares sont les personnes qui le soutiennent longtemps, ce regard malicieux, si vivant. Si captivant. Le tout est légèrement relevé par de longs cils noirs, ne rendant plus qu'accrocheur ce regard sombre mais riche en couleurs. Continuons sur un nez long et droit, parsemés de quelques tâches de rousseur enfantines presque transparentes. Sa bouche, deux lèvres fines exquises au coin légèrement tombants lui donnant un air le plus souvent boudeur s'ouvrent sur de petites dents d'une blancheur éclatante, et lorsque retentit son rire cristallin, un sourire charmant apparaît sur ses lèvres, creusant deux fossettes, hautes placées sur ses joues, ne le rendant que plus charmant.
Mais le visage ne fait pas tout, le corps est lui aussi important. Sa tête est supportée par un cou fin mais néanmoins masculin, aussi gracile que celui d'un cygne. Il n'est peut être pas très grand, un mètre quatre vingt tout au plus, mais se rattrape par la finesse de ses muscles nerveux, bien dessinés. Musclé mais pas trop, ses muscles roulent en beauté sous sa peau d'albâtre, inaltérée. Ses membres sont longs et ses gestes gracieux, comme ceux d'une danseuse, touche de féminité utile et surprenante chez l'ouroboros. Son dos, naturellement cambré à l'extrême se termine en une chute de reins qui fait bien des envieux. Sa colonne vertébrale ressort fortement, marque d'un passé douloureux. Une de ses hanches est légèrement fêlée, lui conférant une démarche boiteuse, fragile.
Côté vestimentaire, l'ouroboros est un véritable caméléon. Pour mieux se fondre dans la masse, quand il sort, l'individu enfile un long manteau noir muni d'une capuche qu'il rabat sur son visage. Mais dans le cadre privé, ses tenues se révèlent être quasiment toutes de blanc. Souvent des hauts amples, glissant de ses épaules osseuses, dévoilant une partie de son dos le plus souvent, comme un kimono de geisha. Les bas ne sont pas en reste. Eux aussi longs, cachant ses pieds, laissant parfois dépasser une pointe osée chaussée de geta ou alors nue, l'ouroboros préférant marcher pieds nus, que le froid fende la pierre ou que la chaleur chauffe le roc.
Il lui arrive aussi, pour infiltrer certains lieux, de se déguiser. Son corps svelte et son visage androgyne lui permettent de se faire passer aussi bien pour une fille ou pour un homme. Sa voix le lui permet. Grave et sensuelle à son état normal, il peut la faire monter de quelques octaves pour en faire une parfaite voix de femme.

[†] Description caractérielle : L'ouroboros sait parler, changer de langage selon les personnes. il attire par son magnétisme et son calme impressionnant, sa facilité à s'exprimer. Aussi droit et rigide que la justice, rien ne peut l'ébranler. Enfin, c'est ce que l'on croit au premier abord. Froid, distant, beau parleur, inaccessible, c'est la couverture. L'ouroboros est un homme, a des sentiments, des qualités, des vices.
Commençons par les bons côtés. Il sait écouter, et ses conseils sont toujours d'or. Loin d'être une pipelette, son silence est aussi respecté que ses paroles. Cet homme n'aime pas trop s'afficher en public, aussi ne parle-t-il jamais de lui mais plutôt de ses idées, et ne se prend jamais en exemple. Aussi, personne ne connaît vraiment son passé. Mystérieux, toujours dans l'ombre à tirer les ficelles, l'ouroboros a un sens de la stratégie inouïe, que ce soit en combat ou en politique.
Les défauts, il ne faut pas les oublier. Il est fier. Très fier, même arrogant. Il se montre aussi souvent lâche, et caractériel. Son humeur change aussi vite que le sens du vent, et les colères ne sont pas rares avec lui, même si l'ouroboros sait se contenir.
Quoi qu'il en soit, c'est un être en or. Son point faible sont les jeunes femmes. Matérialiste au possible, la beauté est pour lui essentielle, aussi fait il attention à son physique et aux gens qui l'entourent. L'ouroboros n'est pas le genre à sauter ou a crier quand il est joyeux. Faire naître un sourire sur ses lèvres est déjà beaucoup. Le faire rire, casser la pellicule de glace qui l'enveloppe est encore mieux. La peur ne lui est pas inconnue. Loin de là. C'est son carburant. Très instinctif aussi l'individu ne se lance pas dans des plans qui ne sentent pas bon et ne se lie pas aux personnes qu'il ne peut pas saccer. En privé, il se montre très affectif et attentionné.

[†] Histoire : Le Mexique, terre brûlée, tannée par le soleil. C'est ici que naquit Alejandro. Fils de paysans ni trop pauvres pour ne pas manger à leur faim ni trop riche pour se faire remarquer. L'enfant éblouissait par sa joie et son intelligence. Son adolescence fut calme. Le jeune homme à la peau mate et aux cheveux noirs était aimé de tous, et le rendait bien. Serviable, tout le monde aimait l'avoir dans ses connaissances. Tout allait bien. Jusqu'au jour où les terres de ses parents furent vendues. Ils voulaient aller s'installer aux Etats Unis. Parait que là bas, on trouvera un meilleur boulot. On gagnera plus. Faux. Son père finit technicien de grande surface dans un magasin et sa mère ne trouva pas de boulot. Aussi ne gagnaient il presque rien. Alejandro, qui avait jusque là toujours mangé à sa faim, se retrouva à parfois sauter quelques repas. Ce fut le déclic. Alejandro commença par voler à l'étalage, puis ce fut vol à main armée, blessures...
A quinze ans, on l'envoya en maison de redressement.

À la maison de correction, on lui piquait sa viande dans son assiette. Son dessert aussi. Mais un jour, il a enfoncé sa fourchette dans la main de son voisin. On ne lui a plus piqué sa viande. La solitude lui avait appris qu’il pouvait mordre. Puis Luis Miguel s’est enfui. C’était quasiment un miracle. Et le miracle ne dura pas longtemps. Il fut rattrapé quatre mois après sa désertion.
Pour casser son envie de rébellion, on l’obligeait à ramasser des papiers dans un stade de foot et, lorsque il avait fini, une voiture rejetait les papiers encore. Alejandro était gardé par deux bergers allemands très méchants qui lui cassaient les oreilles avec leurs aboiements perpétuels. Ils bavaient. L’adolescent n’avait qu’une obsession : retrouver sa liberté perdue. Le midi, il mettait sa viande dans ses poches et distribuait la viande aux chiens le soir. C’est grâce à cette ruse qu’Alejandro put de nouveau s’échapper, avec la ferme intention de ne plus se refaire mettre en cage.

La rue n’est pourtant pas un lieu pour vivre alors que l’on a seize ans. Alejandro devint violent, commença à toucher à n’importe quoi, tomba entre les mains des proxénètes, s’échappa de l’emprise de son mac, devint homme à tout faire. Repassage, garde d’enfants, mais le plus souvent, castagne. Ce fut à ses vingt et un ans qu’il fut repris par la société. Une trop grande quantité de drogue, et le jeune homme fit une overdose, en plein dans la rue. Ce fut l’un des passants qui appela l’hôpital. Il s’en sortit, mais fut directement envoyé en cure de désintoxication. Ce fut trois mois d’horreur. Trois mois à être de nouveau enfermé. Puis vlan, relâché. Seul. Sans aucune aide.
Alejandro ne savait plus quoi faire. Il choisit donc la fin la plus facile: suicide. Il se fit renverser par une voiture. On aurait pu croire à une fin, mais non. C’était un renouveau. On le nomma l'ouroboros. L'alliance entre deux principes opposés comme la naissance et la mort. La renaissance. Le phénix qui renaît de ses cendres. Ce fut aussi trois mois sans conscience. Une éternité à être dépendant d'une machine, de médecins. Sa peau se décolora, passant du brou à l'albâtre. Ses cheveux partirent du noir pour devenir blanc, passant d'un extrême à l'autre. Fesant naître en lui une nouvelle beauté.

Puis un matin, il se réveilla. Et devint comme fou. Peut être la déception de n'être pas mort. Tuant tout ce qui se trouvait sur son passage. Massacrant homme, femmes, enfants. Sachant ce qu'il encourait, ayant été dégoûté d'être refusé même par la mort, sans attendre, l'ouroboros se dirigea vers le port, embarqua frauduleusement à bord d'un bateau et parti pour une destination inconnue... Qui fut son plus grand malheur. L’île des vampires. L'individu s'échappa, se retrouva de nouveau de la rue. Entra dans la résistance, et son sens de l'oration le fit vite monter. Sa voix chantante soulevait les foules, réunissait le monde. Il devint vite sous chef de la résistance, mais bien sûr, l'ouroboros vise plus haut...

III. Dans la vie courante


[†] Style de combat : Malgré son apparence plutôt frêle, l'ouroboros est muni d'une force de taureau, doublée d'une souplesse digne d'un félin, d'une vivacité extrême, d'esprit comme de corps et d'une agilité inhumaine. Il est donc fait pour le combat corps à corps. Mais méfiez vous: partout l'homme cache des armes, poisons. Fieffé combattant, un bâton de sucette peut devenir pour lui une arme. Même une vieille chaussette. Méfiance quand vous le croisez, donc... Il maîtrise aussi tout types d'armes à feu et son sang froid fait de lui un tueur qui ne doute jamais.

[†] Relations : Aucune pour le moment

[†] Signes particuliers : Boite légèrement, se montrer rarement en plein jour. Un ouroboros tatoué à l'encre rouge sur le dessous de l'avant bras droit.

IV. En plus


Quelque chose en plus? Vous découvrirez bien au fur et à mesure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amélia
.::. Gardien .::.
.::. Gardien .::.
avatar

Nombre de messages : 841
[P]arti : Aucun
[F]onction : Espionne
[S]tatut : Noble / Gardien
Date d'inscription : 19/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de:
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 6eme génération
MessageSujet: Re: l'ouroboros [Sous chef de la résistance]   Mer 4 Juil - 22:28

Et bien, j'aime beaucoup ton histoire c'est original, l'apparition de l'ouroboros, (au début je me suis dit tiens yen a un qui lit trop les full metal alchimist mais nan, est c'est grandiose, j'ame beaucoup ta description ^^)

Bienvenue aprmi nous fiche acceptée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
l'ouroboros [Sous chef de la résistance]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LEVI - « Les fous ce sont ceux qui acceptent de vivre comme du bétails » Felinae, sous-chef
» « Bats-toi. Si tu perds tu meurs, si tu gagne tu vis. » — Erudite's lament. Felinae, sous-chef
» Haiti-Vodou; Un chef suprême pour le voudou est élu
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires :: Résistants et indépendants-
Sauter vers: