J'ai quitté ce monde et je suis revenu transformé
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sauren Loarwenn [Vampire esclave de Maya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sauren Loarwenn
.::. Vampire esclave .::.
.::. Vampire esclave .::.
avatar

Nombre de messages : 412
Age : 28
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : [E] de Djynn Alemiel
[S]tatut : Vampire
Date d'inscription : 20/02/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [E] de Djynn Alemiel
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 7eme génération
MessageSujet: Sauren Loarwenn [Vampire esclave de Maya]   Sam 24 Fév - 15:12

I. Renseignements généraux
[†] Nom : Loarwenn
[†] Prénom : Sauren
[†] Surnom : Velvet
[†] Âge : 74 ans
[†] Âge apparent : Une vingtaine d'années
[†]X - Génération : 11ème génération
[†]X - Lignée : Rociélite
[†] Race : Vampire
[†] Lieu de naissance : France
[†] Parti : Loyaliste
[†] Statut : Vampire des bas quartiers
[†] Fonction : Serviteur de Kamilla Leszcynsky
[†] Sentiments vis à vis des humains: "Ils dirigent les territoires brumeux de ce monde, ils devaient être respectable... Mais aujourd'hui ils ne sont plus que l'ombre d'eux même. Cela dit, certains méritent notre attention..."

II. Descriptions
[†] Description physique : Comment? Si Sauren est bel homme? Cela dépend de vos goûts... Du haut de ses un mètre quatre vingt environ, Sauren à un physique qui passe presque inaperçu, un physique banal, bien que la banalité passe par la normalité... Qui elle, dépend des personnes... Toujours habillé correctement, l'homme ou plutôt le vampire, aime se parer de noir. Peut-être pour rappeler qu'il n'est qu'une ombre dans ce palais, sauf si les nobles en décident autrement. Quoi qu'il en soit, il considère que l'élégance doit être de mise chaque jours de sa misérable existence, et trouve cette absence de couleur très élégante. Mais il lui arrive aussi de porter d'autre teinte selon des circonstances. Bien qu'il n'est pas les moyens, ni l'envie de porter les accoutrements hors de prix et exhibition des nobles, il aime l'image que ceux ci donne. Le vampire qu'est Sauren affectionne plus que tout autre accoutrement les chemises à col ouvert. Ne demandez pas pourquoi, lui même ne saurait sans doute pas répondre... Quand il sort des salles chauffés du palais pour s'aventurer dans le sinistre monde qui l'entoure, Sauren recouvre son enveloppe charnelle d'un manteau de cocher couleur d'ébène, qui lui donne une allure plus imposante, inquiétante même...
"Cet enfant à un visage d'ange." Sauren possède un visage aux traits doux et angélique... du moins selon les dires des personnes qu'il a côtoyé. Des cheveux bruns, aux reflets de feu sous la lumière, des yeux vert émeraude, et des lèvres désirable... semblant appartenir à un être vivant. Voila en quelques mots le visage du jeune vampire.
Son enveloppe charnelle maintenant... Son corps, plutôt bien formé, semble à première vu frêle et fragile, mais il n'en es rien. Sauren a une musculature finement dessiné, pas trop voyant, mais juste ce qu’il faut à un homme. Dans un regard général, le corps du vampire est élancé, agile. Il a une peau aux semblants de douceur, mais blanchit avec les années et la mort.

[†] Description caractérielle : Comment qualifié l'esprit d'une personne aussi versatile que Sauren? Enfin…Essayons de faire une ébauche du vampire. D'une nature généralement calme et réservée, le jeune être vampirique n'est pas très locace, pourtant, il aime manier le verbe et le mot. Le verbe et le mot... C'est un des jeux favoris des nobles pour dissimuler leurs idées, ou bien pour impressionner la galerie. La galerie... Parlons en justement. Alors que ses origines sont nobles, Sauren n'a jamais aimé être le centre d'attention, cela le met mal à l'aise, et l'agace. En vérité, le vampire préfère souvent passer inaperçu, mais pas non plus au point de sembler transparent comme un spectre. Passons à ses centres d'intérets... Comme les vampires de sa lignée, Le vampire qu'est devenu Sauren se passionne pour l'art... Musique, théatre, peinture, mais aussi l'art de la guerre, l'art de la mort. Il joue du violon à ces heures perdues, mais n'estime pas assez ses talents pour en faire profiter les autres. Tout cela est bien beau, mais ne vous imaginez pas que le vampire ici présenté est un être parfait, aux talents dignes des maîtres... Car ce n'est pas du tout le cas. De par son humeur assez lunatique, certaines personnes préfèrent l'éviter, ne sachant comment valser avec lui...En effet, Sauren n'est pas un ange... loin de là. En effet, le vampire est un être froid avec une légère pointe de sadisme, il peux se montrer également violent... non pas physiquement, mais avec les mots... Car il n'est pas sans savoir que les mots blessent plus que la lame salvatrice s'abattant sur un corps sans défense. Mais mettons cela au point... Violent ne veux pas dire énervé. Effectivement, l'être de la nuit est un adepte de la torture glacé, faire craquer son adversaire par une indifférence exagérée... Paradoxalement, Sauren éprouve un malin plaisir à faire tomber une personne visée par ses paroles... Mais par respect, ou bien par soucis d'étique, le vampire ne pratiquera pas ce genre de "pratique" sur un être qui ne lui a rien fait, ou sur un être plus influent que lui. Il n'est pas idiot au point de compromettre sa place en s'attaquant à un gibier plus gros que lui. Froid devant le monde extérieur, le jeune vampire se révèle être une "créature" douce comme les caresses de la mort, compatisente. Mais malheureusement pour lui, ce n'est pas un grand patient : il déteste attendre indéfiniment l'arrivée improbable d'une personne ou d'un évènement, par exemple. De même, c'est un homme de peu de foi : il ne croit en rien d'abstrait pour lui, comme un dieu ou une valeur morale. Cela ne veux pas dire qu'il n'a pas de valeurs morales, juste que, tout comme saint Thomas, il n'acceptera pas de croire sans avoir vu une preuve. Un des traits qui le caractérise depuis son arrivé sur l'île est l'amertume... une profonde amertume d'avoir perdu la fortune familiale et d'être réduit à ce rang d'homme à tout faire, mais il finit par se résigner à l'idée de ce qu'il est devenu socialement... Sauren est un être qui réfléchit trop pour être franc... Il a tendance à ce poser trop de question, existencielle ou non. Dernier point : Sauren n'a pas une grande estime de sa personne! Pour résumer, Sauren est un être complexe qui tisse ses apparences en fonction de ses interlocuteurs. Nous n'en dirons pas plus de peur de mettre à nu cet être vampirique devant vos yeux et vos esprits.

[†] Histoire : A suivre

III. Dans la vie courante
[†] Style de combat : Sauren pratique l'art noble du combat assez rarement depuis son arrivée en Islande. Son arme de prédilection reste le sabre japonais... Le "katana", qu'il a appris à manier lors d'un voyage, et qu'il manie depuis avec excellence. Mais il a apprit aussi à se battre selon les règles européennes : l'escrime. Il est relativement bon dans cette dernière discipline, mais ne cherche pas à l'améliorer.
[†] Relations : Ses relations avec les habitants du palais se limite généralement à quelques courbettes, des preuves de respects et c'est tout. Étant un "serviteur", il ne dispose pas du niveau social suffisant pour que l'on daigne s'intéresser à sa personne. Seul sa maîtresse semble avoir une relations particulière avec le vampire.
[†] Signes particuliers :

IV. En plus


Dernière édition par le Sam 24 Fév - 19:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://devil-is-angel.skyblog.com/
Sauren Loarwenn
.::. Vampire esclave .::.
.::. Vampire esclave .::.
avatar

Nombre de messages : 412
Age : 28
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : [E] de Djynn Alemiel
[S]tatut : Vampire
Date d'inscription : 20/02/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [E] de Djynn Alemiel
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 7eme génération
MessageSujet: Re: Sauren Loarwenn [Vampire esclave de Maya]   Sam 24 Fév - 15:30

[†] Histoire :

Ans 2092


C'est par une nuit de Septembre, dans les brume de la Bretagne, que naquit l'être qui allait se nommer Sauren. L'atmosphère était pesante dans la salle. La chaleur étouffait presque les insignifiants êtres se trouvant là. Mais tout d'abord, plaçons le décor... Imaginez une grande pièce aux murs de couleur rouge bordeaux. Des portraits divers, et d'anciennes tapisseries ornaient ces même murs. La pièce était illuminée par une seule chose : Le feu qui se trouvait dans le sein de la grande cheminée. Le mobilier qui comblait le sombre vide de la pièce témoignait d'une richesse : En effet, ces meubles étaient d'une très grande beauté esthétique, et étaient composés de bois rare, ou considéré comme noble. Ces meubles, de couleurs d'ébènes, avaient des reflets d'Enfers à cause des flammes qui faisaient danser les ombres. A quelques mètres du mobilier se trouvait un tapis jonchait négligeament le sol entre deux divans, situé face à la cheminée.

Une vieil femme était là, vêtu d'un espèce de tablier blanc, à s'occuper d'une malheureuse dame allongée sur le divan, en sueur... Arrêtons nous sur cette jeune femme. Elle semblait avoir un plus de trente ans, sa chevelure brune lui tombait sur le visage, qui était éclairé par ses magnifiques pupilles d'un vert émeraude... Mais la sueur et l'effort intense crispaient sa figure et son corps secoué de violent spasmes. Cette dame se nommait Nuada. Elle était d'origine modeste mais s'en était sorti dans sa médiocre existence par ses études en droit et l'emploi d'avocate qu'elle avait décroché il y a de cela quatre ans. Derrière la porte de la salle attendait un homme, bien habillé, le visage inquiet. Lui, c'était le mari... Monsieur De Loarwenn. Il était homme d'affaire, et voyageait beaucoup de par le monde. Crâne dégarni, le visage ovale... Cet homme attendait et faisait les cent pas dans le couloir, contemplant de temps en temps les portraits de ses nobles ancêtres. Oui, car il faut préciser que Mr De Loarwenn descend d'une des familles nobles de Bretagne. Tout deux attendait un heureux évènements... Mais plus concrètement, ils attendaient le cri d'un enfant respirant l'air souillé par la poussière accumulée au fil des années. Mais aucun cri, aucun braillement vint... l'enfant qui venait de naître semblait amorphe, comme endormit. La sage femme, se rendant compte qu'il y avait un problème, pris le bébé languissant d'un geste brusque des bras de sa mère et le transporta jusqu'à la table la plus proche... Là, elle s'activa pour sauver l'insignifiante vie du nourrissons. Après quelques gestes désespérés, le hurlement tant attendu se fit entendre... Déchirant le silence des êtres habitants le manoir, couvrant le craquement du bois lentement consumé par les langues de feu, le nouveau né annonçait son arrivée sur ce monde indifférent...


Le jeune Sauren passa une enfance bercée par la passion dévorante de son géniteur pour l'histoire et la mythologie. Ainsi, l'enfant connaissait les bases religieuses des antiques civilisations... Mais son début d'existence était aussi réglée par l'école, les devoirs, et l'éducation que tentait de lui donner son père... Oui, car la noblesse devait avoir une certaine tenue devant le monde extérieur, il leur fallait être des modèles, à qui rien ne pouvait être reproché... Cette vision des choses déplaisait au garçon car pour lui, le noble était avant tout un homme, et tout le monde sait que l'Homme ne peux être parfait... Mais son père ne l'entendait pas de cette oreille, et lui répliquait que la noblesse française avait déjà assez souffert lors de la révolution qui avait abouti au remplacement de la royauté par un empire. Voila le problème... Monsieur De Loarwenn vivait dans le lointain passé de sa lignée et de ses congénères... La noblesse n'avait plus sa place dans ce pays, et Monsieur De Loarwenn ne voulait pas l'admettre Mais c'était le propre de tout être humain de vivre dans le passé, plutôt que de regarder le présent et ces méfaits. Enfin bref...

Ans 2109 > 2112


C'est à sa dix septième année que la vie du jeune homme commença à changer. Son noble de père, féru d'histoire et d'archéologie voulait explorer les mystères de la société japonaise. Préparant ce voyage de plusieurs mois avec soin, il lui vint l'idée d'emmener son rejeton avec lui... Pour lui faire voir les merveilles du passé. Quand Sauren appris cela, il fut impatient de traverser le continent pour se rendre sur cet île au milles merveilles, se rendre dans ce lointain pays au senteurs exotiques. Mais le jeune être naïf fut déçu dès son arrivé... Ce pays qui lui avait procuré de doux rêves s'était révéler être un pays où la misère était maîtresse... Toutes les rues étaient jonché de détritus, les odeurs pestilentielles des égouts refoulaient et atteignaient les délicates narines de Sauren, désenchanté de ce voyage. Pendant que son géniteur partait admirer les merveilles impériales, Sauren restait à l'hôtel, flemmardant et s'ennuyant, jusqu'au jour où il vit par une des fenêtres de sa miteuse chambre, un groupe de jeune asiatique en kimono... Vous savez, cette accoutrement de tissus que les japonais affectionne tant. Piquant sa curiosité en son centre, le jeune homme décida de suivre cet étrange groupe. Celui ci le conduisit à son insu jusqu'à un bâtiment d'une beauté éclatante. Un éclat de lumière dans les brumeuses ténèbres de la ville... Une tour blanche haute de plusieurs mètres s'imposait au regard des passants. N'osant pas suivre le groupe à l'intérieur de l'édifice, le jeune Sauren resta à la porte, essayant de regarder l'activité pratiquée en ce lieu. Il vit avec étonnement un homme... un vieil homme grotesque qui exécutait des mouvements avec une agilité incroyable pour son âge. Subjugué par cette pratique qui s'offrait à ces pauvres yeux, Sauren décida, après quelques jours d'hésitation, d'aller parler avec le vieillard pour qu'il lui apprenne le maniement du katana... Oui, car il s’agissait en effet de l'apprentissage du combat. Pourtant, le vieil homme était septique... Ce garçon n'était pas d'ici... Pourquoi lui apprendre les traditions des ancêtres? L'humanité est souvent avare quand il s’agit de partager ses futiles connaissances... Mais il accepta, en émettant quelques réserves. Enthousiasmer par la réponse positive du maître, Sauren assista pendant plusieurs mois à tout les cours... Matin et soir. Il développait une capacité d'adaptation en combat qui laissait perplexe le maître.

Les mois passèrent et une routine s'était installée chez les De Loarwenn... Jusqu'au jour où les autorités locales arrêtèrent Monsieur De Loarwenn... Pour meurtre et pillage. Sauren n'y croyait pas... Il devait avoir une erreur... Son père toujours si droit devant lui, non, il ne pouvait pas être un pillard... Pourtant les preuves étaient là : un cadavre de garde impérial, des objets de grandes valeurs, et un sac... La tentation... Il avait fini par céder à la tentation qu'il combattait depuis toujours, et il serait exécuté pour ses actes ignobles. C'était la première fois que le jeune homme était confronté à une difficulté, à la mort. Ce cadavre devant lui commençait à ce décomposer de l'intérieur, une odeur de putréfaction se dégageait des orifices du défunt. Le jeune homme fût rapatrié vers la France, où sa mère était supposé l'attendre. Mais il en était tout autre à son arrivée : Sauren trouva une demeure vide, le temps avait installé ses marques, et la poussière et la vermine s'était emparé des lieux. Avançant lentement dans le dédale de couloir du manoir, Sauren n'en revenait pas... Pourquoi n'y avait-il personne? Où était sa mère? L'innocence qu'avait préservé jusqu'ici l'enfant était en train de s'envoler... Il était alors âgée de tout juste vingt ans...

Mercredi 28 Septembre 2112 - tard dans la soirée -


*Le salon... Oui... C'est là bas que je trouverais quelque chose...*

Le jeune homme s'avança alors vers la porte entre ouverte du salon où il avait vu le jour... Une présence... Il y avait quelqu'un là. Poussant la porte d'une main tremblante, Sauren avança lentement dans la pièce poussiéreuse. Des fleurs flétries se trouvait sur un meuble... Flétri comme toutes les choses qui restait dans le manoir. La pièce avait pris un sérieux coup de vieux, les lampes pendaient du bout de leur fil, la poussière avait fait de ce lieux son territoire, et la vermine aussi à première vue... Sur la table où il avait été, des années avant, réanimé, se trouvait une coupe pleine de fruits... Rongés de l'intérieur par les parasites qu'étaient les vers. D'un coup d’œil, le jeune garçon regarda autour de lui, cherchant un corps, quelqu'un... Mais rien. Mais c'est au moment où il commençait à desserrer la mâchoire qu'une voix se fit entendre :

-"Bonsoir jeune maître des lieux... Cela fait si longtemps que je vous attendais"

Sauren se retourna d'un sursaut. Cette voix inconnue provenait du divan. Elle était douce et envoûtante, une voix de femme. Le jeune homme avait peur... Pourtant, ce n'était qu'une femme, elle voulait peut-être seulement lui parler...

-"Qui êtes vous?" il se saisit d'un chandelier et la menaça avec "Et comment êtes vous entrée ici?"

La jeune femme se leva et fit face au jeune homme. Elle n'avait pas l'air inquiétée par la menace que représentait Sauren. Celui ci se rendit compte que ce n'était pas avec ce maudit chandelier qu'il pourrait s'imposer... Mais son regard se posa pour la première fois sur la femme. Les rayons de la lune éclairait à présent le visage de l'inconnue... Elle était sublime mais froide... Sa peau semblait avoir pâlit avec les années, sans pour autant perdre sa beauté. S'avançant d'une démarche féline vers son interlocuteur, la femme lui rétorqua que son identité n'avait aucune importante... Pour le moment en tout cas. Sauren ne savait plus quoi penser... A ce qu'il voyait, sa mère s'était enfuit avec la fortune de son père... ce qui laissait le jeune homme dans une misère extrême. Et il y avait cette femme... Cette femme qui semblait tout savoir de lui, cette femme dont le regard argenté vous glaçait le sang, mais vous excitait au plus haut point en même temps... Que faire? Que dire? Que penser? Le jeune Sauren était perdu... Et cette fille d'Eve semblait l'avoir compris. Elle s'avança d'avantage, Sauren recula, mais tomba dos au mur. Il était coincé, à la merci d'une femme aux desseins douteux. Alors que le damoiseau se préparait à recevoir des volées de coups en resserrant ses bras contre son frêle corps, la femme lui tendit sa main...

-"Venez, je veux juste parler avec vous..."

Abasourdit, Sauren posa sa main dans celle de cette femme, après avoir abandonné à la poussière le chandelier... Sa peau était aussi douce que la soie, mais aussi froide que le souffle rauque d'un vent d'hiver. Ne pouvant réprimander quelques tremblements, le jeune peureux se laissa guider jusqu'au divan par cette inconnue. Il se méfiait... Une femme qui s'était introduise chez lui pour lui parler... Cela n'était pas vraiment typique. Une fois tout deux assis, la jeune femme entrepris d'allumer un feu dans la poussiéreuse cheminée qui n'avait pas du voir un être vivant depuis un certain temps... Déplaçant des masses de poussière en soulevant les bûches, une quinte de toux se fit entendre... Sauren, ayant comme oublié la situation insolite dans laquelle il se trouvait, se leva, pris la bûche et alluma un feu. Regardant les flammes danser frénétiquement, la jeune femme avait l'air satisfaite.

-"Excusez moi, mais puis renouveler ma demande... Qui êtes vous? Et pourquoi vous êtes vous introduite chez moi pour... me parler!" demanda Sauren en allant se rasseoir dans le divan, à l'extrémité opposée de son interlocutrice...

-"Tu ne perd pas le Nord toi! Bon d'accord... Je me nomme Christelle."

Elle semblait refuser d'énoncer les raison qui l'avait poussée à entrer dans cette demeure... Sauren allait devoir ruser si il voulait savoir.

-"Enchanté Dame Christelle, je me nomme..."

-"...Sauren..." l'interrompit elle

Encore une surprise... Elle savait comment ce prénommait le jeune garçon alors que c'était la première fois que ces deux êtres se rencontraient... Étrange. Mais l'esprit légèrement tourmenté du jeune homme avait trouvé une explication rationnelle : Si elle était là depuis si longtemps, comme elle le prétendait, elle avait du voir son nom gravé sur la porte de sa chambre... Ou même sur les chroniques journalières que son père avait longtemps tenu. Mais cela voulait dire qu'elle avait explorer ce manoir jusqu'en ses sombres recoins... Ne pouvant pas cacher sa surprise, le jeune Sauren lui répondit.

-"Oui, en effet... Mais comment connaissez vous mon nom?"

Là s'engagea une longue conversation, dans laquelle Christelle lui expliqua qu'étant fils d'une famille noble, il ne passait point inaperçu sur les anciennes terres de ses ancêtres. Et être fils d'une famille noble ruiné, qui plus est... ce fut le premier choc pour Sauren... Il était ruiné, pauvre! Non, ce n'était pas possible... Pas maintenant... Sa mère avait fuit le domicile familiale, son père s'était sûrement fait exécuter par les autorité nippones... Non, pas maintenant! L'esprit du frêle Sauren devint pendant un moment chaotique. Oubliant que Christelle était là, il se mit a contempler ces flammes qui le narguait de ses yeux embués. Comment était ce possible? Comment en était on arrivé là? Alors, jugeant bon de continuer, elle lui expliqua tout sur cette famille si parfaite aux yeux de Sauren, mais qui, en réalité, était loin d'être parfaite. La discussion durait, et après le choc des révélations sur sa pitoyable famille, le jeune homme parla de chose et d'autre avec son interlocutrice... Alors que les deux êtres semblaient partager leurs connaissances en matière d'histoire, un coq se fit entendre dans le village voisin. Rien d'anormal, sauf que à ce bruit, Christelle regarda le ciel d'un rapide coup d’œil et s'agitait dans tout les sens, comme paniquée...

-"Le soleil se lève..."

-"Oui, n'est il pas magnifique?" répondit Sauren dans sa contemplation de l'astre solaire

-"Je te laisse jeune homme! Cette nuit fut très intéressante... Bye!" dit elle en se faufilant dans l'ombre jusqu'à la cave

Le jeune homme ne put rien dire que cette Christelle avait déjà disparut dans l'horizon encore ténébreux qui se profilait devant. Sauren ne pouvait s'empêcher de ce poser des questions... Cette nuit avait été forte intéressante, mais pourquoi une personne s'introduirait chez vous pour parler d'art, du sens de la vie et d'autre chose? cela n'avait aucun sens... Le noble destitué passa sa journée à faire un peu de ménage dans les pièces du manoir délabré qu'il était sensible de fréquenter. Il alla aussi voir son notaire, pour s'informer sur la situation de sa famille... Mais Christelle semblait avoir prit possession de son esprit, tellement que le soir venu, il attendit dans le salon sa venu... Mais rien. Les jours qui suivirent, le jeune homme essaya de se renseigner sur cette femme qui avait fait irruption dans sa médiocre et décadente vie, mais il ne trouva rien de bien intéressant, rien qui aurait pu l'informer de ce qu'était en réalité la jeune dame blanche comme un linceul...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://devil-is-angel.skyblog.com/
Sauren Loarwenn
.::. Vampire esclave .::.
.::. Vampire esclave .::.
avatar

Nombre de messages : 412
Age : 28
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : [E] de Djynn Alemiel
[S]tatut : Vampire
Date d'inscription : 20/02/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [E] de Djynn Alemiel
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 7eme génération
MessageSujet: Re: Sauren Loarwenn [Vampire esclave de Maya]   Sam 24 Fév - 15:30


Quelques temps plus tard - soir -


Sauren se tenait , comme à son habitude, devant le feu qui se consumait dans la cheminée, attendant l'improbable arrivée de cette femme nommée Christelle, compagnon d'une nuit... Cela faisait plus d'une semaine qu'elle n'avait pas donnée de signe de vie... Et a vrai dire, Sauren savait que dans la logique des choses, elle n'avait pas à le faire... Elle était sans doute une jeune femme qui n'avait pas de quoi se loger cette nuit là, et, trouvant ce piteux manoir, elle avait voulu y passer la nuit, avant de repartir le lendemain matin... Oui, ça devait être cela... Avec une pointe de déception, le jeune homme prit un livre qui traînait sur les tables de la pièce et commença à le feuilleter. Tournant les pages comme la vie tourne les années, le jeune homme s'ennuyait de cette femme... Toutes ses tentatives pour la retrouver avaient été vaines. Jetant négligeament le livre devant lui, Sauren prit la décision de ne plus attendre plus, et d'aller ce coucher. De légères cernes commençait à apparaître sous les yeux émeraude du jeune homme, preuve de sa fatigue. Le jeune Sauren se leva du divan, et se dirigea lentement, déçu, vers sa petite chambre, où un sommeil sans angoisse, sans peur l'attendait. Mais voici qu'il se retrouva nez à nez avec cette femme longtemps attendu. Elle était toujours aussi belle que dans les souvenirs dispersé dans le chaos d'un esprit. Ses cheveux étaient légèrement ébouriffés, pas étonnant avec le vent qu'il y avait à l'extérieur.

-"Bonsoir!" dit-elle d'une voix enjoué "Ah... j'arrive trop tard?"

-"Non, non, pas du tout...venez par ici..."

Le jeune homme la conduisit vers le divan, et servit un verre de vin, cette douce boisson rougeâtre qui rend tout les contact plus facile... ou plus difficile. Il s'assit aux cotés de son invitée, et commença à l'observer... Au bout d'un moment, celle ci démarra une conversation étonnante : le sens de la vie et de la mort... Quel sens à la vie sans la mort? Vivre éternellement était le rêve de chaque homme.

-"Crois tu que pouvoir vivre et voir passer les années, les siècles sans que cela t'affectes est plaisant?" demanda alors Christelle...

-"La vie perd son sens si la mort disparaît... Vivre, c'est pour inévitablement mourir ensuite..."

-"Et si tu avais l'occasion de vivre dans la mort?"

Le jeune homme resta regarder son interlocutrice... Drôle de question qu'elle avait posée. Vivre dans la mort n'était q'une métaphore sans doute... On ne pouvait pas vivre dans quelque chose qui se représentait par un néant infini... Mais pourtant, Sauren lui répondit qu'il le ferait. Il débattirent pendant de longues heures sur ce sujet pour le moins philosophique et en arrivèrent à parler de Vampires... Ces créatures qui avaient peupler l'Islande... Être de la nuit, créature du diable, malade mentaux, il existait beaucoup de qualificatif pour eux. Christelle semblait connaître beaucoup de chose sur eux, cela était presque effrayant. Elle lui apprit le système politique mit en place, avec les jumeaux à la tête de cet "État". Sauren était tout simplement fasciné par tout cela, sa curiosité grandissait et sa soif d'en apprendre plus sur les êtres déchus qui avaient peuplé les mythes de toutes les époques n'était jamais apaisée. Christelle avait du remarquer cette soif insatiable de connaissance car une pointe d'amusement se lisait dans son regard exquis.

-"Je t'observe depuis un moment Sauren... Je t'aime bien. Voudrais tu m'accompagner? partager mon éternelle solitude?"

Le jeune garçon, ne réalisant pas que la demande impliquait autre chose qu'un soutien mental, acquiesça, lui disant qu'il l'accompagnerais tant qu'il lui serait permis de vivre. C'est alors que la vie de Sauren prit fin, pour recommencer tel un phénix qui meurt et qui renaît de ses cendres... Christelle s'approcha lentement du jeune homme, l'enlaça comme on enlace un amant, et lui posa un baiser sur les lèvres...

-"Mais..." bredouilla Sauren, surprit

-"Chut... Accroche toi à moi, agrippe moi, et quand tu verras la faucheuse, ne panique pas, reste avec moi..."

Sans avoir eut le temps de comprendre, Sauren senti une douleur aigu sur son cou... Le jeune femme qu'était Christelle lui avait percé la gorge! Paniquant d'abord, le jeune homme chercha à se libérer de l'étreinte de la femme, mais il fut vite trop faible pour se débattre, son sang le quittait, son cœur accélérait le rythme pour subvenir aux demandes de ce corps engourdi. Sauren se rappela des paroles de la jeune femme, qui s'était révélée être une vampire, s'accrocher... Ne pas la lâcher... Ayant perdu tout ses repères, le jeune homme agonisant ne pouvait plus qu'essayer d'obéir... Son cœur battait à lui rompre la poitrine, il était maintenant quasiment vide de tout liquide vital. Tout les souvenirs du jeune Sauren défilaient devant ses yeux, il se sentait engourdi, comme si il tombait dans un vide sans fin... Et ce fut la résurrection : un sang nouveau, un sang plus fort vint irriguer les canaux de son corps. Il vivait... mais la douleur s'intensifiait... Christelle sembla le serrer encore plus contre elle, comme pour le protéger du mal qui le ronge de l'intérieur, en lui murmurant que ce n'était que provisoire... ça allait passer... Sauren devenait une de ces créatures qui l'avaient tant fascinées...

Jusqu'à aujourd'hui...


Remit de cette douloureuse transformation, Sauren et Christelle étaient maintenant deux êtres semblables... Ils passaient leurs nuits à discuter, à philosopher sur le devenir du monde et autre sujet passionnant... Elle apprit à l'infant comment se nourrir, comment chasser, et les restrictions que sa condition lui imposait. Tout ce passait relativement bien jusqu'à ce que Sauren décide d'aller en Islande, rencontrer d'autre de son espèce... Là, Christelle refusa net de s'aventurer hors du territoire français, et ne voulait pas donner d'explication... A partir de ce jour fatidique, les relations entre les deux vampires devinrent plus tendu... plus distante. Mais Sauren voulait plus que tout aller tenter sa chance là bas, aussi infime soit elle... Alors il parti, non sans regret d'avoir du laisser cette femme qui lui avait donné tellement plus qu'il n'en méritait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://devil-is-angel.skyblog.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sauren Loarwenn [Vampire esclave de Maya]   Dim 25 Fév - 2:33

Bienvenue sur VampireS !

Ton histoire est très originale et très interessante. Longue également, c'est bien, mais pas pour une flemmarde comme moi (^^) je rigole.

Alors mon petit vampire, prêt pour un post ensemble? Kamilla est impatiente de te rencontrer...
Revenir en haut Aller en bas
Liliane Van Sogenfaur
.::. Jumelle du théâtre .::.
.::. Jumelle du théâtre .::.
avatar

Nombre de messages : 1054
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Reine Folle
[S]tatut : Royal
Date d'inscription : 08/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de:
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 1ere génération
MessageSujet: Re: Sauren Loarwenn [Vampire esclave de Maya]   Dim 25 Fév - 14:26

Fiche validée ! ^^

_________________
Rentre ! C'est le moment où la lune réveille
Le vampire blafard sur sa couche vermeille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas de Valombre
.::. Vampire Baron .::.
MODÉRATEUR
.::. Vampire Baron .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 1430
Age : 33
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Baron
[S]tatut : Infant de Scylla-Sire d'Iris
Date d'inscription : 20/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Cassandra
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème
MessageSujet: Re: Sauren Loarwenn [Vampire esclave de Maya]   Dim 25 Fév - 14:33

Kamilla étant de 11e génération, je vois mal son esclave être plus puissant... Je te mets donc, la même Wink

_________________
En moi amour et souffrance sont inséparables
Et elles se plaisent ensemble
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sauren Loarwenn
.::. Vampire esclave .::.
.::. Vampire esclave .::.
avatar

Nombre de messages : 412
Age : 28
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : [E] de Djynn Alemiel
[S]tatut : Vampire
Date d'inscription : 20/02/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [E] de Djynn Alemiel
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 7eme génération
MessageSujet: Re: Sauren Loarwenn [Vampire esclave de Maya]   Dim 25 Fév - 16:49

Merci à vous Mes seigneurs.

Dame Kamilla, je suis à votre disposition
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://devil-is-angel.skyblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sauren Loarwenn [Vampire esclave de Maya]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sauren Loarwenn [Vampire esclave de Maya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» ? Présentation de Maya Whiteflow ? [Validée]
» Mariage des soldats Maya II et nain32
» Cherche bannière vampire counts (Fantasy)
» - 04. Guide du Petit Vampire et du Petit Lycan.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires :: Rociélites-
Sauter vers: