J'ai quitté ce monde et je suis revenu transformé
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Grim World

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amélia
.::. Gardien .::.
.::. Gardien .::.
avatar

Nombre de messages : 841
[P]arti : Aucun
[F]onction : Espionne
[S]tatut : Noble / Gardien
Date d'inscription : 19/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de:
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 6eme génération
MessageSujet: Grim World   Sam 3 Fév - 23:02

Pub pour VampireS:http://grimworld.darkbb.com/9580-Hors-du-temps-Hors-Jeu-9580-c3/La-pub-f11/VampireS-p19.htm#19



Chérissez la nuit, mais maudissez le jour...



En 1866, Jack Petroni, un archéologue américain ambitieux accostait sur les rives européennes. Son objectif: atteindre le plus rapidement la Transilvanie pour rejoindre les ruines d'Ashaka. Un chantier fabuleux selon les livres et les rumeurs. Petroni entra dans les terres glaciales au bout de deux semaines de voyage avec un temps exécrable, plus il s'approchait des ruines plus les tempêtes de neige se répétaient.

Les notes de Petroni révèlent avec une précision impressionante l'état des lieux. Les ruines couvertes de neiges étaient parfaitement conservées. Des collones massives de pierre de taille ornées de décorations étranges se succédaient. Parmi les ornements se trouvaient des formes géométriques on observaient des arabesques mélées à des sceaux revenant régulièrement formés de têtes de chauves-souris. Pertoni avait reporté nombreux croquis des pièces les plus impressionantes. parmi elle, le portique qui semblait être l'ancienne entrée d'un immense chateau. Les livres racontaient que Vlad Tepes lui même avait séjourner peu avant sa fuite.

Le prêtre qui accompagnait l'expédition jurait ressentir une présence maléfique en ces ruines, mais Pertoni, plus absorbé par l'interet historique, n'écouta pas les paroles de l'homme de foi. Il poursuivait ardemment ses recherches. Après un mois d'étude des ruines externes, Pertoni avait établit un plan qui reconstituait une partie de chateau. D'après ses constatations, il était persuadé de trouver des ruines sous la terre, des sous-sols encore intacts. Toute l'équipe s'activa à creuser autour des vestiges. La boue s'infiltrait partout, dans les vêtements et les bottes rendant les fouilles pénibles. Les mètres de terre s'accumulaient et toujours aucun moyen de prouver cette hypothèse. La rudesse de la météo croissait de jour en jour et les rations de nourriture commençaient à se faire rares. Les maladies s'installèrent alors sans difficultés et les hommes de l'expédition tombèrent les uns après les autres. Pertoni envoya un rapport à son gouvernement, demandant l'envoi d'une nouvelle équipe. On ne répondit jamais à ce rapport, presonne ne vint. Mais l'avait on seulement reçu?

L'archéologue fut alors le dernier rescapé avec l'homme d'église. Alors que le prêtre cherchait son chapelet qui lui avait échapé des doigts à cause du froid, il découvrit une trappe. Pertoni accourut à ses cris et fou de joie il repartit aussitôt pour revenir chargé de tout son matériel de fouille. Il ouvrit la trappe en bois le plus délicatemment possible après l'avoir dégagée des ronces, de la terre et des mauvaises herbes en tout genre. Une bouffée de moisissure amplit les poumons des deux hommes dés qu'ils pénétrèrent dans le boyau. La structure des sous-sols était intacte. Emmerveillé petroni avança, une torche à la main, ses doigts frolant les murs gelés alors que le prêtre multipliait les signes de croix. L'architecture souterraine semblait totalement différente de celle de l'extérieur, les murs de terre étaient envellopés de glace, et rares étaient les pierres qui jonchaient le sol. Le boyau était maintenu par des pilliers de pierres donnant à celui-ci l'aspect d'un couloir de temple. Après avoir déambuler dans le boyau principal ils arrivèrent dans une pièce gigantesque. Un vol de chauve souris fonça vers eux pour rejoindre l'extérieur. Le prêtre légèrement surpris recula violemment et trébucha. Ses mains se coupèrent au contact de ronces et de vieux pics de fer. Petroni ne l'avait pas attendu et contemplait la structure architecturale. Des mètres et des mètres de dalles sculptés, dont une centrale entourées par quatres pilliers. Quarantes tombeaux se succédaient dans deux rangées séparées par une large allées centrale. Le prêtre rejoignit l'archéologue en trotinant, les mians ensanglantées. L'odeur acre du sang se répandit alors lentement dans les boyaux pour remonter à la surface et s'évaporé dans l'air glacial. Mais c'était sans compter qu'à quelques mètres de là des loups attirés par les cadavres des ex membres de l'expédition ressentirent l'appétissante odeur d'un sang frais. Une cible tout prête pour eux, ils se mirent alors en chasse.

Durant ce temps Petroni découvrait les inscriptions au sol de la dalle centrale. Un cercle gravée dans la pierre, frappé de gravures en slave. L'archéologue commença à traduire avec difficultés. en effet les caractères étaient écrit avec une calligraphie étrange et semblait il très ancienne.

Citation :
Citation:
Ci-git le souverrain des Dulticlane
Eodo Dulticlane
Mort en 1433


Petroni nota la traduction ç la va vite sur son carnet avant que le souffle rauque des loups ne rebondissent sur les parois du "temple mortuaire" souterrain. Le prêtre s'affola et secoua Petroni qui cherchait à traduire les inscriptions sur les quatres colonnes encerclant la tombe. les yeux de Petroni eurent seulement le temps de lire "La renaissance est le sang". Le temps de réagir et de se cacher derrière l'un des tombeaux, les loups entraierent dans la salle. Le prêtre pleurnichait en priant dans son coin trop mal caché par la pierre, ses blessures le trahissait. Les loups s'approchèrent à petits pas et le prêtre commença à courir vers le centre de la salle. Mais en moins de temps qu'il ne faut le dire, les loups sautaient au cou du prêtre et le dévorèrent laissant les os et quelques rares bouts de chaire. Rassasiés les membres de la meute quittèrent les lieux promptement pour rejoindre l'air frais de l'extérieur. Le sang du pauvre homme d'église infiltrait les interstices du sol pour s'enfoncer sous terre. Petroni accourut regardant rapidement avec dégout le cadavre de son ancien "compagnon" et se remit à la traduction des pilliers. Il chercha la ligne où ses yeux s'étaient accrochés aux mot "la renaissance est le sang". Après un bon moment il la retrouva et remonta au début de la phrase. Il lut à haute voix:

Citation :
Citation:
Le sang est la clef, le sang est le souffle, le sang est la vie. La rennaissance est le sang. Mes frères chérissez la lune, baignez vous dans le sang et remonter à la surface, notre suprématie ne dépend que du sang.


Un courant d'air traversa la salle, Petroni frissona mais pas par ce vent glacial, il frissonait en lisant ces lignes inquiétantes. Quelle civilisation serait à prête à vénérer le sang ainsi? il n'eut pas le temps de se poser la question, la pierre tombale proche de ses pieds pivota lentement de quelques degrés à peine suivit ensuite d'un déclic. L'archéologue recula, les yeux écarquillés. Pendant sa lecture le sang du prêtre avait fait son bonhomme de chemin et avait atteint la peau du cadavre. Oui la peau. Le cadavre était parfaitement conservé, la peau, les os, les muscles, tout était intact et ceci grâse aux fréquentes tempêtes de neige qui faisait de ces souterrains un endroit très glacé, une sorte de grand frigidaire à cadavre, une morgue des temps anciens. Le sang coulait sur le visage de l'homme entérré en dessous. Les lèvres de notre cher Eodo goutèrent enfin au sang, un sang impur et de mauvais gout, mais peu importe se sang redonnait force à son corps et son esprit longtemps endormi dans un recoin de son corps revint à lui lentement mais surement. Lorsque sa force lui revint et qu'il prit conscience qu'il était à nouveau en vie il leva les yeux vers le haut, écoutant les paroles de cet homme qui lisait les pilliers. Encore de la chaire fraiche, bien assez pour reveillez les quarantes survivants. Il observa alors le mécanisme qui fermait sa pierre tombale, un mécanisme fait pour être ouvert de l'intérieur et non de l'extérieur. il l'enclencha et la pierre qui l'enfermait pivota jusqu'au déclic qui signalait sa libération proche.

Petroni reculait toujours alors que la pierre se souleva violemment, Eodo en dessous. Le vampire, car aucune autre créature ne vouait un culte si particulier au sang, fixa durement l'homme avant qu'une lueur de sadisme et de joie s'incruste en ses yeux. Le vampire fonça sur l'archéologue et l'assoma. Il ne le tuerait pas, pas tout de suite, il lui fallait d'abord ouvrir les quarantes tombeaux pour ensuite donné assez de sang à chacun des survivants. Après plusieurs heures d'effort il avait finit par retirer le couvercle de chaque tombeau. Il se saisit de l'homme et le mordit au bras pour ne pas gacher le sang. Les gouttes du précieux liquide perlèrent sur les corps intactes des défunts. Chacun se réveilla lentement avant que tous saisirent que le retour de leur races avait sonné.

Après des siècles passés sous terre ils renaissaient enfin. Les notes de Petroni s'était stoppé après la traduction d'un bout des pilliers. Mais je peux vous dire pourquoi nous autres les quarantes avons subit cette sorte de cryogénisation. Il y a de ca très longtemps Vlad Tepes avait montré au yeux du monde notre existance. Après cela une mode c'était installé: la chasse au vampires. Pour s'assurer de la survie de notre race nous avions conçut ses souterrains à cet effet. Chacun c'était endormi dans un sommeil profond forçant le corps à cesser de vivre. Seul le sang permettait au corps de revivre et c'est ce qu'il se passait. Nous les quarantes plus hauts membres de ce que l'on appelle "la noblesse" étions en train de revivre.

Depuis ce jour et jusqu'a aujourd'hui les vampires ont recommencé à se répandre, en mordant les humains. malheureusement les créatures mrodues ne sont pas considérées comme vampires et encore pire elles prennent le parti humain. Une guerre sourde à éclaté entre les deux clans de la race vampirique. Les mordus désirent stoppés les libertés que prennent les vampires en s'octroyant le droit de vie ou de mort sur les humains alors que les vampires de sang pur cherchent pour beaucoup à rétablir la puissance d'antan.

Des accords ont été tentés mais les deux souverrains de la race Eodo Dulticlane et Armand Von WolfSohn vont bientot cédé leur place à leurs enfants. Qui sait ce qui attends la ville d'Ashaka?


http://grimworld.darkbb.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Grim World
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires :: La quatrième de couverture [Hors-Jeu] :: La pub-
Sauter vers: