J'ai quitté ce monde et je suis revenu transformé
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A jamais perdu dans le silence de ces ames.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orcus
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 100
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Parfumeur
[S]tatut : Noble
Date d'inscription : 24/07/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Luna
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 5ème
MessageSujet: A jamais perdu dans le silence de ces ames.   Ven 22 Aoû - 17:54

(pas très long, je n'aime pas les entrées en scène ^^)

Le vent, ce n'est que le vent. Je l’entends hurler, au delà des parois, je l'entends nous frôler, dans un habile tournoiement; tentant de nous renverser, désireux de nous voir rentrer.
Rentrer... oui, mais, cela sous-entend... Un abri. Une maison. Un lieu où retourner. Désolé, souffle d'Eole, aujourd'hui encore je ne peux qu'entendre ton appel, et détourner mon attention. Par delà les hublots tu souhaiterai nous voir repartir, peut-être veux-tu simplement nous avertir, me susurrer à moi, Aveugle contre nature, que je ne devrai pas; qu'il ne faut pas que je les rejoigne. Mais il est trop tard, trop tard pour faire demi-tour. Et il est trop tôt, bien trop tôt pour entendre ta mise en garde.
Je ne peux que t'entendre, toi qui voudrais que je t'écoutes.

L'heure est arrivée, déjà on peut entendre la radio grésiller, derrière la porte du cockpit. Sûrement les deux pilotes et l'appareil ne pourraient-ils jamais repartir de l'Ile où Orcus souhaite disparaître, mais ce problème n'en est pas un, pour la survie des immortels, des sacrifices sont indispensables. La descente est entamée, sans que l'autorisation fût donnée, nul homme n'aimerait s'aventurer sur la terre que cet appareil vient de frôler. Tout du moins, nul homme volontaire. Mais, qu'est-ce que la volonté humaine sinon une fable, une idéalisation de leur état. Ne vous en faites pas, mortels, vous êtes tout de même trop importants pour que vous puissiez vivre sans vous frotter à ceux d'entre vous devenus l'équivalent des dieux... Ou bien, peut-être moins ?

« Voilà, Luna, dit-il, se tournant vers la seule présence digne d'être de son sang, voilà notre Eden qui défile sous tes yeux. La terre que je t'avais promit, celle de nos pères, de nos frères. J'espère simplement... Que nous n'en serons pas rejetés, Luna. »

Notre Paradis, Luna, c'est ça qui défile devant toi. Je ne peux le voir, je n'ai pas le pouvoir de profiter de cet instant, mais j'espère que, toi, tu en comprends toute l'ampleur. Cette terre, cette piste que nous venons d'utiliser, chaque arbre, chaque pierre, chaque âme, nous sommes désormais liés à chaque chose. Et tous subiront maintenant les mêmes joies, les mêmes cataclysmes, les mêmes peurs. Rend-toi bien compte, Luna, de ce que nous acceptons en foulant ce sanctuaire, de ce que nous serons, une fois ces portes passées... Il est trop tard pour regarder derrière, très chère soeur. C'est pour toi que j'accepte ça, je t'aime, Luna.

Les portes des Enfers sont mieux décrites dans les livres, car ceux qui les traversent sont conscients de ce qu'ils perdent, et qu'ils se préoccupent alors du moindre détail comme si c'était la dernière chose qu'ils verraient. C'est peut-être pour cela, alors, qu'Orcus et Luna, en passant la porte de l'avion, ne lui accordent pas une particulière attention; c'est peut-être pour cela que leur voyage ne leur sembla pas interminable, ni atrocement court et qu'Orcus ne profitât même pas des premières sensations que lui évoquèrent ces terres; parce qu'ils n'avaient pas conscience de la pièce qui se joue en huit-clos dans les murs mêmes du Palais qui se dressait à présent devant eux... Eux que l'ambiance des lieux commençait peu à peu à submerger lorsqu'ils passèrent la porte qui les menait au hall, Orcus précédant les pas de sa soeur, et ignorant tout autant qu'elle ce qui se passait devant... leurs yeux...

Qu'ais-je fait ?... Aurais-je pu me tromper à ce point, croire en vain que cette terre pourrait nous aider ? Ici, tout est différent, les parfums, les odeurs, les bruits, les sensations... Et cette force... Cette rage, elle me traverse sans que je puisse l'en empêcher, sans que je puisse la sonder. Qu'est-elle, que signifie cette agitation, pourquoi aucun des Vampires présent ne daigne agir, apaiser l'air, rendre moins oppressante cette sensations presque irréelle que l'on se scinde en deux, ou que ce qui se passe ici aura plus de conséquence pour nous deux que notre arrivée en ces lieux...
Alors, peut-être que...

« Luna, murmurât-il, presque sans bouger, détournant juste son regard brumeux de la scène qu'il ne pouvait apprécier afin de le porter vers celle qu'il voulait protéger, excuse-moi, apparemment je ne t'ai pas emmené vers un endroit bien plus sur pour toi. Mais, s'il te plait, dis moi ce qu'il se passe... Je n'arrive pas à voir clair...
-Se penchant à l'oreille de son Sire, Luna lui murmura ce qu'il désirait, sans une pointe de peur dans la voix. On les regarde se perdre, Orcus. 'Se ressemblent, mais elle veut le tuer. Et nous, on les regarde, parce qu'on ne peut pas...
-... Agir sans prendre parti, continuât-il, ce sur quoi Luna acquiesça, bien sur sans qu'Orcus ne la voie. Mais, il n'en avait pas besoin, ceux dont le sang nous a créé se déchirent sans que je ne puisse les voir. Ils se déchirent, et nous sommes pris entre deux feux... Finalement, nous ne sommes peut être pas...
... Des dieux.

Ils étaient restés là, dans l'encadrement de la porte, n'osant bouger sous aucun prétexte. Orcus avait le visage inexpressif, tourné vers le sol, à sa gauche, se demandant ce qui l'avait poussé à croire que cet endroit pourrait être astreint de tous problèmes, la vie ici, et il le savait désormais, ne sera plus comme le paradis qu'on lui avait indiqué. Ils auraient à choisir un camp, ça ne faisait, à ses yeux, aucuns doutes. De plus, il commençait à voir à travers la brume qu'était devenu l'air, un air trop lourd reflétant les sons avec l'éco de l'eau, il commençait à décerner tout ce qui se trouvait ici. Oui, Rociel, Lilianne, ils étaient bien tous deux face à face, désormais, les jumeaux originels se scindaient à cet instant.
Luna, quand à elle, tenant dans sa main celle d'Orcus, regardait par dessus l'épaule de celui-ci... Et elle souriait, Elle, elle voyait. Finalement, peut-être savait-elle que ce monde était vraiment le sien.

« Nous arrivons un peu trop tard, Orcus
- Oui, trop tard pour comprendre, pourvus que ce ne soit pas trop tard pour vivre, Luna… Qu’est-ce qui a bien put arriver… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: A jamais perdu dans le silence de ces ames.   Ven 22 Aoû - 19:50

[pas trop long dit-il, tu me fais presque peur là Razz]

La furie, la haine vengeresse perché sur son fin et sombre destrier avait étreint la conscience de Liliane qui désormais était à désigné au passé. Folle de cette horreur, son frère, son sang, ses propres entrailles, voilà qu'elle régnait tout, son accès de colère rasait tout sur son passage comme pour purifier par la violence ce monde qui soudain s'ébranlait. Voilà que les origines elles même étaient happées par les horreurs et l'aveuglement général. Qu'on les pardonne si cela se pouvait, mais qu'ils s'entretuent sauvagement devant tout le palais n'était pas... approprié? Le hall résonnait presque de la puissance de Liliane déployée dans de large volutes noires et les arcs électriques semblaient vouloir ailés la sombre destructrice aux capacités effrayantes.

Elena avait aperçu la tornade dangereuse alors qu'elle désirait la voir, cette présence lui était tellement délicieuse, peut-être parce qu'elle contenait son sang. Allez savoir, mais Elena se sentait toujours en sécurité avec Dame Liliane comme elle aimait à l'appeler avant même de savoir que celle-ci était Reine des damnés. Reine au pays des fous, Reine parmis les monstres et dangereuse criminelle qui voulait commettre le plus odieux des fratricides. Mais qu'importe elle restait la même dans le coeur d'Elena, cette sensation de sécurité ne s'altérait pas devant la brutalité de sa créatrice. En fait, contrairement aux autres membres de cette prison dorée qui faisait suffoquer la maîtresse de lieux, Elena se sentait encore paisible, elle avait juste suivit la scène avec attention avant de rejoindre le hall qui faisait office de la plus grande réprésentation théâtrale jamais donnée. Dans une tenue toute à fait inhabituel elle avait accouru au devant de la porte, pour mieux voir ce qui se tramait. Elena ne jugeait pas, ce serait certes la fin d'une ère, mais pas la fin d'un empire. L'un des deux voulait fuir, quitter les lieux, alors que l'autre voulait punir ce couard qui n'était plus reconnu comme capable de gouverner parmi le palais en plein désarois et emproi à de nombreux complots. Si Caïn eu été de ce monde, il aurait pu observer le déchirement de ces enfants, et si les enfers n'existaient pas, c'est qu'ils falaient les chercher sur terre, cloitrés dans les murs aux magnifiques ouvrages.

Enfer ou pas, Elena ne se sentait pas l'âme d'un ange, mais plutôt celle d'un démon, et cette cruauté qui émanait par bourrasques de l'antre vivante constituée d'énergie qu'était Liliane gonflait les esprits. Sentant son sang excitée par tant de forces contraire, Elena se prit à sourire délicatement, juste de quoi fendre son visage en deux parties inégales. Elle tourna la tête soudain, ressentant qu'on approchait, les deux portes s'étaient ouvertes précédemment et désormais deux vampires se tenaient l'un semblant masqué son regard dans les carreaux et l'autre se cachant derrière avec une expression presque sadique. Ce petit couple entraient au mauvais moment dans le palais des rêves. Curieuse et piquée encore plus par l'exitation, Elena se rapprocha et osa entendre un bout de cette conversation qui tournait autour de douce Liliane et traitre Rociel. Du moins, Elena ne pensait pas totalement ainsi, Rociel n'était rien qu'un autre vampire pour elle, ni coupable ni victime, juste un Autre, une personne que Liliane aimait probablement trop pour finir par anéantir celui-ci apr ce qu'il l'avait déçue.

"nous ne sommes peut-être pas... des Dieux"


Allons, allons soyons raisonnable, qui oserait croire à une divinité dans l'être aux canines pointues? Quel homme sain d'esprit et même quel vampire pourrait être autant vaniteux pour se prendre pour divinité? En posant cette question, il s'avérait que beaucoup de vampires, un peu trop noble au goût d'Elena, aquièceraient sans vergogne. Pourtant, il falait remettre les choses à sa place.


"Ni Dieux, ni Démons, nous ne sommes que de sales cabots."

Longue révérance s'en suivit de cette phrase si frappante. Elle salua aussi parfaitement les deux êtres que formaient ce couple.

"Pardonnez mon intrusion mais, vous n'arrivez pas au moment propice. La gangrène à finit par atteindre le point de non retour. Désolée pour le désordre, enfin, il parrait que c'est plus calme en temps normal. Je n'arrive que d'hier. Elena havel'Wood. Quel vent fou vous amène en pareilles circonstances?"

Indiscrète ou trop curieuse? Du pareil au même, mais qu'importe, Elena tentait de souhaiter la bienvenue à ces deux égarés qui comme elle semblait encore perdu dans cette immensité. Tout en gardant un oeil sur celle qui avait eu fois en elle, Elena se sentit l'envie de comprendre ce qui aurait réellement pu déclencher ce combat à la vie à la mort pour les Jumeaux si adulés au delà des sols givrés d'Islande. Terre promise, terre subissant à présent le viol tant incompri de cette tragédie, cette folie.
Revenir en haut Aller en bas
Orcus
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 100
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Parfumeur
[S]tatut : Noble
Date d'inscription : 24/07/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Luna
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 5ème
MessageSujet: Re: A jamais perdu dans le silence de ces ames.   Ven 22 Aoû - 23:07

« Alors... C'est ça, le pouvoir de la destruction. »

Non, il n'avait pas réagit immédiatement à l'intrusion de celle qui était à leurs cotés, certes il avait entendu ses mots, mais il était comme hypnotisé par ce qui se déroulait devant lui. S'il avait eu des yeux, il aurait peut-être détourné le regard et feint de ne rien ressentir, après tout il assistait là à un schisme qui était loin de lui plaire, mais il n'avait, bien évidement, pas son mot à dire tant les puissances désormais à l'oeuvre étaient immenses. Bien au delà de ce qu'il avait pu imaginer, oh ça oui, tellement loin de ce qu'il s'était imaginé qu'il était incapable de tourner son visage vers celle qui lui parlait. Tellement loin que ses yeux, pourtant éteints, se tournaient peu à peu vers le spectacle qu'on lui offrait.
Il appréciait ce sentiment, il appréciait la pression qu'exerçait sur lui un si grand pouvoir, et il appréciait plus encore l'honneur qui lui était fait par cette démonstration de la véritable grandeur des vampires, les vampires originels, ceux dont les noms étaient connus de tous... Oui, ce spectacle était délectablement effrayant, Luna n'en pensait pas moins, bien que l'arrivée inopinée d'Elena l'ai faite se replier entièrement derrière Orcus et l'empêche de dire mot, elle ne pouvait se séparer de son sourire, tout comme elle ne pouvait lâcher la main droite de son frère qu'elle serrait aussi fort que possible.

« Certes, nous sommes loin d'être des dieux, comparés au pouvoir originel, mais les mortels nous mettent dans la tète qu'un vampire se doit d'être vaniteux, j'ai du finir par les croire plus que je ne le désirai. Un léger rictus ponctuant sa phrase sonna aussi faux qu'un piano mal accordé, non que le rire ne soit pas franc, mais la situation ne prêtait pas à sourire. J'en oublie les convenances, vous m'en excuserez, notre arrivée si mal réglée nous a fait tombé à un moment que j'aurai préféré éviter. En se tournant enfin vers celle qui ornait son coté, il ferma les yeux pour masquer son défaut puis s'inclina en une gracieuse révérence. Bonsoir, je me nomme Orcus Delastre, excusez le comportement de Luna, elle n'aime pas les inconnus. »

Cela aurait été trop simple de se relever, d'ouvrir les yeux, d'attendre sa réaction, et d'ainsi rater une bride de l'histoire qui se jouait devant eux, c'est la raison pour laquelle, lorsqu'Orcus se releva, il ne rouvrit les yeux que quand il fut à nouveau tourné vers la scène palpitante qui grondait à leurs pieds. Ce n'était pas dressé contre cette Elena, elle n'était même pas vue comme une cause de dérangement, mais le vampire était bien trop attiré par cet affrontement pour en détourner le regard. Une attirance malsaine, presque morbide, comme celle que l'on ressent en voyant deux fourmis se battant pour un bout de pain, ou encore, comme celle que l'on ressent lorsque devant nos yeux deux lions tentent de se tuer... Quelle magnifique attirance.

« Nous avons fuit notre dernière résidence, il y a quelques heures encore nous étions éclairés à la bougie dans un palais du Moyen-Orient, mais le peuple avait décidé de nous chasser. Un avion nous a déposé ici, après que j'ai quelque peu forcé la main d'un sultan, et je pensais arriver plus calmement afin de demander aux jumeaux de permettre à l'Island d'être notre terre d'asile. Apparemment, ceci est plus ou moins remit en question... »

Maintenant. Pourquoi diable fallait-il que nous arrivions maintenant, que nous soyons témoins de cela. Seul, cela ne m'aurait pas gêné, mais je ne veux pas que Luna subisse les conséquences d'un de mes échecs, hors de question que cette lutte pour le pouvoir nous atteigne. Ce combat ne durera pas, il ne peut pas durer... Je les sens, tous, ces vampires, ces hommes et... D'autres choses, sur lesquelles je ne saurai mettre un nom... Je peux vous entendre, vous sentir, vous ressentir, tous autant que vous êtes, Lilianne, Rociel, je ne sais pas de quel façon cela se finira, mais ça finira vite... Car, ce qui prendra le plus de temps, c'est de tout reconstruire après leur passage... Mais cela n'a aucune importance, pour Luna j'irai outre notre sang s'il le faut, mais je prêterai allégeance à celui ou celle qui sera capable de la protéger...

Orcus était élégant, en cette soirée; alors que, quelques heures auparavant, son dos était léché par les flammes, il n'avait plus aujourd'hui qu'une superficielle égratignure, invisible derrière plusieurs pièces de cuir ou de tissus des mieux taillées. Il se tenait droit, devant ce qui était, pour lui, aussi oppressant qu'un brasier, la source du pouvoir des vampire, les jumeaux. Mais, pourtant, il était temps de se détourner de ce danger... Oui, grand temps de cesser de se perdre dans ce spectacle. Se détourner, et faire face à celle à qui il parle.

« Pourrais-je vous demander, Mademoiselle, pourquoi une telle fureur de la part de notre reine à tous ? J'aurai volontiers cru quiconque m'aurait dit que les Jumeaux étaient les deux valeurs les plus sures de cette Ile, et, à peine suis-je arrivé, que je vois les failles des liens du sang... Si ce n'était pas si magnifique, ça ferait peine à voir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: A jamais perdu dans le silence de ces ames.   Sam 23 Aoû - 12:37

Il était effectivement divin ce spectacle où les habituels charognards se planquaient derrière les colonnes du hall, mais certaines âmes errantes c'était amusée à outrepassé leur droit de sortie pour enfin atterrir devant la cataclysme de l'univers vampirique. Cette brutalité à l'état pure cesserait vite, comme Orcus le pensait. Parce qu'elle voulait en finir et lui désirait peut-être fuir. Rociel, doux Rociel comment pouvez-vous rester ici sans vous défendre? Même si Elena ignorait tout de la relation entre Nikolaï et Rociel, elle ne pouvait saisir la raison de cet abandon soudain de soi. Allons, tout de même n'était-il pas le tout puissant Jumeau créateur, capable de vous faire fondre par un unique regard, des yeux argentés, sans réelle couleur fixe. Ils étaient comme un magma perpétuellement en train de se tordre par la chaleur et de remuer. Le souffle de vie d'un côté que Rociel exprimait jusque là timidement avait trouvé une autre vie peut-être. Rociel savait qu'il devait vaincre suffisamment si il désirait survivre car, ô grand jamais, devant cette démonstration, personne n'oserait jamais -comme si cela fut possible- être contre Liliane.

Pourtant elle était douce, aimable. Elle protégeait ceux qu'elles engendraient, alors pourquoi faire autant de massacre? Elena aurait voulu répondre à cette question alors que ces yeux étaient tiraillé entre le combat et la présence d'Orcus et Luna. Orcus, nom étrange, avait-il une signification? Comme une sauvageonne, Luna avait quitté la scène pour se cacher littéralement derrière ce qu'Elena pensait être son épouse. Ils semblaient tellement liés qu'Elena renouvela un sourire, elle n'aurait jamais cru faire pur à quelqu'un aussi vite et rien que cette pensée lui arachait un sourire divin et amusé. Comme Orcus l'avait souligné, leur entrée était maladroite et leur asile devrait être demandé plus tard, cependant pour le moment il fallait regarder et se taire, ou plutôt ne pas prendre parti, pour éviter quelconque désagrément. Peureux et stupides que ces gens, que les nouveaux arrivants ne sachent qui aimer, c'est une chose, mais les autres étaient ici depuis longtemps, alors que diable craignaient-ils? Liliane gagnerait, c'était un fait établi en ce qui concernait Elena, il ne pouvait être autrement, cela dit, elle ne désirait pas intervenir dans une lutte et un conflit qui n'était point sien.

Elena détacha encore ses yeux de la Reine pour qui elle avait une entière dévotion et observa à nouveau orcus qui l'avait saluer des plus gracieusement. Elena continuait de sourire, c'était une de ces habitudes, elle aimait la vie alors pourquoi le cacher. Et puis cette rencontre était la première depuis celle qu'elle avait eu hier, et elle était flattée de pouvoir accueillir ces deux étrangers s'échapant du Moyen-Orient. Dans cette robe simple, bleu sombre, elle se plia encore une fois pour lui faire comprendre qu'elle était heureuse et enchantée de le rencontrer puis achevant son sourire elle lui répondit à son interrogation.


"A vrai dire je ne sais pas vraiment moi même, pourquoi Dame Liliane est prise d'une telle rage, mais je ne l'ai jamais vu ainsi. Rociel a dû faire quelque chose d'irréparable. Liliane est une femme très douce et très attentive."

Elle fixa un instant sa reine, oui SA Reine, cela la gonflait tellement d'orgueil et de fierté de penser cela, elle était infante de la Reine, quelle douceur. Puis elle continua de parler à cet Orcus au charme ravageur.


"Mais ce duel ne devrait pas être public, nous risquons nombreuses morts s'ils décident de s'entretuer. Sir Orcus, vous trouvez ceci magnifique, n'est-il pas, alors que diriez vous si elle vous sauvait la vie."

Réveuse, douce réveuse qu'Elena pouvait être. Délicieusement réveuse, elle repensait à ce moment si délicieux qu'avait été son réveil au coté de sa sauveuse.

"Pensez la destructrice devenant créatrice, les rôles s'inversent. A l'époque j'ignorais tout d'elle, et jusqu'hier je pensais qu'elle était une simple vampire. Mais lorsque j'ai appris qu'elle était Reine, j'ai compris de quoi elle me protégeait. Et je le sais encore mieux aujourd'hui. Votre sang vous chatouille qu'à la fin vous ne resistez plsu à la tentation de venir ici. Est-ce un peu de votre cas où vous ignorez tout de votre créateur?"

Indiscrète mais consciente Elena tentait de ne pas trop observer si longuement cette Reine qui l'avait chérie et aimé comme une fille, une soeur peut-être. Protectrice, elle l'avait éloigné d'elle mais ce fut réellement bien trop douloureux de rester loin de ces veines si magnifique et de cette puissance. Elena en rougit presque un instant avant de se retourner définitivement vers Orcus dont elle apperçu enfin les yeux, ou plutôt ce qui aurait du être des yeux. Elle ne s'en choqua pas et ne parrut nullement génée, par ailleurs elle se demandait ce qui aviat bien pu arriver. Des prunelles inexistantes, mais injectées de sang. Cela devenait presque plus interessant. Serait-il non voyant?
Revenir en haut Aller en bas
Orcus
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 100
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Parfumeur
[S]tatut : Noble
Date d'inscription : 24/07/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Luna
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 5ème
MessageSujet: Re: A jamais perdu dans le silence de ces ames.   Sam 23 Aoû - 14:35


Douce et attentive, cela ne semble plus avoir guère d'importance, maintenant qu'elle tente de tuer celui qui partage son sang, je perçois l'importance de sa folie destructrice, elle résonne en moi mais ne trouve rien à exciter, mon sang est issus de celui de Rociel, pourtant quelque chose me laisse à penser que c'est de Lilianne que je devrai le plus me rapprocher... De toute façon, je ne peux, pour l'heure, décider de notre parti, je ne serai, de toute façon, qu'une gène si je décidait d'aider l'un des deux, après tout, ils sont l'alpha et l'oméga, ceux dont les pouvoirs sont à l'origine de tout, ceux dont les pouvoirs sont égaux, et opposés...

Difficile de croire, en ressentant les effluves de ce pouvoir le traversant de part en part, que Lilianne puisse être "Douce et attentive", mais, il ne la rencontre pas au moment le plus opportun, cela ne fait aucun doute.
Deux réactions si étranges venant de chaque protagoniste, Orcus, l'Aveugle idéaliste, scrutant mentalement une scène qu'il a autant en admiration qu'en horreur. Luna, l'aînée différente, se cachant d'une rencontre derrière le premier afin de profiter pleinement du tournant que prend sa vie à ce moment précis.
Deux réactions si étranges, Lilianne, la jumelle au pouvoir de la Destruction, s'acharnant sur son frère, libérant des pouvoirs que nul vampire de génération moindre ne pourrait cerner. Et Rociel, prenant plus ou moins sur lui, sans réagir avec tant de vigueur que sa soeur, cherchant la fuite plus que l'affrontement.

« Les seules choses que je connais de mon créateur, et il entendait "La Voix" trouver écho en lui, c'est sa voix, et le fait que son sang, Mon sang, provienne du seul Vampire capable de provoquer la furie de Lilianne et, apparemment, de s'en tirer vivant... Les rumeurs sur les ardeurs de la Jumelle du théâtre la précèdent, mais c'est toujours plus impressionnant d'y assister. Surtout lorsque cette colère se tourne ainsi vers celui contre lequel on pensait ne jamais les voir faire face. Sa voix baissa légèrement, observant mentalement l'image qu'il parvenait tant bien que mal à former de cet endroit, certes ce n'étaient pas les échos qui manquaient, avec tous les bruits de cette nuit, mais l'air et la force qu'il propageait empêchaient Orcus de détourner son attention assez longtemps pour comprendre. Oui, c'est un spectacle que j'apprécie, mais il fait parti des choses que j'aurai préféré ne jamais voir. Nous somme si faibles à coté d'eux... »

Si faibles... Les hommes ont à peine conscience des pouvoirs d'un vampire, mais les vampires n'ont pas plus conscience de la force de leur sang. Lilianne et Rociel, les deux parties du coeur des vampires, se déchirant aujourd'hui pour une raison ignorée sûrement de la plupart des spectateurs bien loin d'être en sécurité autour de cette pièce dont l'ampleur les dépasse.

La pression engendrée par cette force, même à cette distance je peux la ressentir sur ma peau, une sensation effrayante de puissance, une sensation étouffante... Le règne utopique de l'Island dirigée par deux personnes semble bien loin, quoi qu'il se passe, aussi étrangement que puisse finir cet affrontement, le pouvoir appartiendra, au final, à celui qui aura été le plus puissant, à celui qui aura su rester sur le trône. Finalement, c'est peut-être mieux que nous n'arrivions que maintenant, nous ne pourrons ainsi pas voir la différence entre l'avant et l'après, différence qui sera grande, je suis prêt à le parier...

« Je doute que morts il y ait, reprit-il d'un ton perplexe, le visage légèrement tourné vers le centre de la scène, mais tout de même assez bien orienté pour laisser paraître la pâleur de ses yeux, personne n'osera se mettre en travers du chemin de Lilianne, n'est-ce pas ? Tous les vampires entourant les Jumeaux, je n'arrive pas à me concentrer assez pour percevoir leur nombre, mais ils sont nombreux, ais-je raison ? Et, certains doivent sûrement être puissants, vous-même, si je ne m'abuse, si Dame Lilianne vous a prise sous son aile, et pourtant, nous savons tous qu'une seule personne est capable de s'opposer à elle. Même moi, pourtant étranger aux coutumes du palais au moins autant qu'aux jumeaux, je n'ai pas osé faire un pas de plus vers ce combat qui n'est pas le mien, de peur de choisir le mauvais camp et de le payer par ma vie. »

Nul ne sera assez stupide pour penser pouvoir intervenir, car nul ne le pourrait.

« Nous étions venus pour fuir les guerres, fermant les yeux un instant, il parvint à voir ce qu'il désirait, enfin le voile de l'inconnu se dérobait sous ses yeux, apparemment, il est trop tard pour cela, même en Islande. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: A jamais perdu dans le silence de ces ames.   Sam 23 Aoû - 22:58

Diantre que c'était presque bon de sentir cette effrayante déferlante rouler tambours et briser le trop calme palais de ses islandais à grandes quenottes. Mais maintenant que le vacarme hurlait à grandes plaintes le son de son arrivée, Elle grandissait en force et violents éclairs pour redoubler de vile puissance. A présent qui voudrait choisir de se positionner entre les hydres opposées par le pouvoir mais liées par le sang, même hydres qui avaient gouvernées sans se dévorer pourtant durant fort longtemps. C'était la guerre des coeurs, la guerre des âmes, la guerre des convictions et aucun soldat n'était à l'appel, car soldats il n'y avait pas, ce sont toujours les gouvernements qui se haïssent, pas le peuple, et c'est le gouvernement qui vous enferme et vous aveugle. Mais ici, pas le cas, bas les masques traitres, sachez désormais que vos souverains s'entretuent et que seul celui qui restera dirigera. La question embarrassante aurait été de se demander: Et si il ne restait aucun d'eux? La guerre entre vampire aurait peut-être éclaté? Lilianites contre Rociélistes? Non, c'était bien trop ridicule, trop simpliste, et puis qui pourrait croire à une défaite de l'un et de l'autre?

Car l'un abandonnerait et l'autre se viderait de sa colère. Elena pensait ainsi, à vrai dire elle ne tenait pas à voir l'un des pans de la souveraineté vampirique souffrir. Et même si elle préférait sa Reine de loin, elle ne désirait pas la mort de ce cher Rociel qu'elle n'avait pas encore pu rencontrer. Mais enfin elle se décida de se détourner de la scène précédente pour réellement voir et apprécié son interlocuteur du regard. Car apprécier était largement faible pour ce qu'elle avait en face d'elle. L'homme était aveugle à toute évidence, sa manière de se tenir, sa façon de regarder et surtout ce brumeux regard. Il était indiscret de regarder avec insistance mais pourtant Elena craignait qu'il se vexe qu'elle se détourne, surtout qu'elle n'éprouvait nulle gêne. Prise entre deux feux, elle opta tout de même pour continuer de dévisager lentement mais avec douceur son interlocuteur, oubliant parfaitement Luna qui se planquait à merveille derrière ce cher Orcus. Orcus était habillé de nombreuses pièces de tissu à ce qu'Elena observait, cuir, velours même peut-être, rien qu'en y pensait elle ressentait chaque texture et se sentit soudainement vulnérable en cette robe bleu marine taillée longue et sans trop de fioritures. Pas de velours ici, mais une imitation qu'elle aimait particulièrement.

"Vous et votre femme êtes d'origine asiatique ou était-ce simplement votre lieu de résidence favoris?"

Question de simple curiosité, car il ne semblait, ni l'un ni l'autre posséder les stigmates des habitants du Moyen Orient, leur teint n'était plus vraiment hallé mais cela pouvait s'expliquer par le vampirisme et la transformation qu'ils avaient subi l'un l'autre, d'ailleurs, en parlant de vampirisme Elena s'amusa de savoir si l'un avait probablement mordu l'autre et dans ce cas qui avait jouer le rôle de créateur. Hypothétiquement, et vu la génération que chacun possédait, Orcus avait du mordre son épouse, les liens logiques du mariage se transformant en lien de sang profond et attirant. Comment rajouter du piment à son couple et obtenir la vie éternelle, il suffisait de se faire mordre pour mordre à son tour, se délecter du sang de son amant, cela devait être probablement exitant, voir même tellement magnifique qu'il fût difficile de rivaliser avec pareil instant de fusion entre les deux êtres. Tentant de s'imaginer la scène, elle s'interrogeant sur la peur de cette femme vampire qui n'avait pas tellement de quoi craindre ce combat puisqu'elle n'était pas réellement concernée.

"Pourquoi votre épouse craint-elle autant la population vampirique et ce combat? Si cela n'est point indiscret évidemment."

Elle ponctua sa réponse par un sourire et fixa encore son interlocuteur droit dans les yeux, pas de crainte à avoir, pourquoi après tout, il était plus faible qu'elle de part son sang. Elena bénéficiait d'un sang presque à la source, et elle profitait de certains petits pouvoirs qu'elle connaissait encore mal mais qu'elle arrivait à controler au moins dans leur déclanchement. Il était vrai qu'avant ils lui arrivaient d'en faire usage sans qu'elle le veuille. Maintenant elle controlait ses émotions de manières bien plsu correctes. Cependant son parler n'était pas encore à la hauteur de la cours vampirique, elle était resté bien loin de tous ce genre de considérations qu'elle utilisait la simple politesse commune agrémenté de quelques mots un peu plus soutenu, histoire de paraitre moins grossière face à ces hypocrites.

Car son opinion était ainsi pour le moment, ceux qui tournaient autour des jumeaux étaient des gens bien attirés par le pouvoir et la réputation de hautes gammes alors qu'ils
n'avaient cure des Jumeaux, seul leur interet personnel était important et digne d'être mentionné. Comment cette bande d'empotés pouvaient croire qu'ils pouvaient avoir quelques crédits face aux deux des plus puissants vampires au monde. Savaient-ils seulement que leur querelle de pouvoirs et d'argent les aveuglaient totalement, les plongeant dans une vision parallèle du monde qui finissaient par faire d'eux des jouets de leur propres ambitions. Et dés lors plus de libertés ni de libre arbitre, ils tourmentaient eux même leur esprits et échouaient lamentablement dans leur projet aussi diabolique les uns que les autres, et aussi égoistes.

La vampire ne se considérait pas comme quelqu'un d'extraordinaire dont Liliane avait besoin, mais elle aimait sincéremment sa personne et ne la craignait pas, même dans cette phase de folie, pas de peur à avoir. Elle savait qu'au fond Liliane était délicieuse et douce, attentive, pationée et pationannte. Et rien que d'y penser elle répéta ce sourire qui marquait qu'elle pensait à d'agréables moments passés en compagnie de dame Liliane.
Revenir en haut Aller en bas
Orcus
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 100
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Parfumeur
[S]tatut : Noble
Date d'inscription : 24/07/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Luna
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 5ème
MessageSujet: Re: A jamais perdu dans le silence de ces ames.   Mar 26 Aoû - 11:20


Aucun moyen, pour l'instant, de concevoir la vie sans l'un des deux jumeaux. Ils étaient l'Islande, ils sont l'Islande, et ils la resteront, du moins dans l'esprit du nouvel arrivant, ce fait établi pourrait choquer les plus "carriéristes", mais ça n'avait pas d'importance, la simple connaissance de l'étendue des pouvoirs de Lilianne, ainsi que la quasi-certitude que ceux de Rociel sont aussi extraordinaires, même pour des vampires, suffisait largement à les placer tout deux au plus haut, là d'où ils ne pourraient chuter, là où nul changement n'est autorisé. Oui, ils sont et resteront l'Islande, car elle existe et vit grâce à eux, car tous les vampires, toutes générations confondues, proviennent de ces deux êtres là... Et car les légendes parlent toujours des jumeaux en temps qu'unité.

Mais, ce combat se réglerait sans l'intervention d'autrui, aujourd'hui tout ici n'étaient que spectateurs, sortes de voyeurs de délectant de la scission, simples mouches attirées par une force un peu trop surdimensionnée. De ce fait, autant s'occuper de nos camarades insectes plutôt que des monuments de puissance qu'étaient les deux vampires centre d'attention. D'ailleurs, peut-être valait-il mieux couper court à cette idée de liens du mariage, ou de quelconque autre relation entre Orcus et Luna que celle approuvée par ceux-ci, une relation si simple que nul n'est capable d'y penser, une relation de frère et soeur. Mais, en voyant deux adultes si proches, comment exclure d'amblée l'idée de deux âmes mariées ?... De ce fait, toutes les personnes qu'ils rencontreront penseront sûrement la même chose, alors... Peut-être était-ce un moyen plus efficace de protéger Luna que de faire croire qu'elle est esclave...

« Nous sommes Français, à l'origine, puis nous avons migrés dans des terres plus... Aptes à nous recevoir, je suis parfumeur, et le seul moyen de m'améliorer était de posséder les fonds nécessaires. Et le Moyen-Orient, en ces temps où le pétrole règne encore sur les hommes, était un endroit tout trouvé pour m'exercer. Nous y étions installés depuis presque un siècle, à vingt années près, peut-être est-ce d'ailleurs là le pourquoi de cette révolte... Enfin, je voulais juste ajouté qu'elle n'était pas exactement ma... »

Malheureusement, impossible de terminer cette phrase, ce qui n'est sûrement pas, en soi, un énorme problème. Une nouvelle question venait coupé la réponse d'Orcus, une réponse qui s'était peut-être un peu trop fait basse pour être réellement perçue par son interlocutrice.
Enfin, il serait toujours temps de dire la vérité sur leurs liens lorsqu'ils se trouveront devant le vainqueur de cette querelle et ce n'est pas forcément nécessaire de donner tout de suite la totalité des détails. En plus, ce statut là empêcherait toute rumeur d'inceste, ce qui est plutôt bien pour l'instant.

« ... Elle ne craint pas la 'population vampirique', elle agit de la même manière face à un homme, elle semble craindre plus la compagnie d'autrui que la mienne, c'est tout ce que je sais. Et, pour ce qui est de ce combat, il la réjouit apparemment plus qu'il ne l'apeure. Mais je ne saurais vous dire ce qu'il en est exactement, elle parle peu et n'est pas réellement... Comme tout le monde. Enfin, un sourire alluma quelque peu son visage d'un semblant d'expression humaine, les vampires ne sont pas vraiment bien placés pour parler d'une quelconque Norme, il faut l'avouer. Tout ce que je peux vous dire, c'est que ce n'est pas contre vous. »

Discrètement, la main de Luna se serra sur celle d'Orcus, tandis qu'elle se relevait quelque peu pour observer d'un meilleur angle le combat. Elle était à peine plus petite que son frère -qui n'était déjà pas bien grand- et au moins aussi fine, non qu'un quelconque déficit alimentaire soit passé par là, c'était juste sa façon d'être, une sorte de carrure imposée qu'elle n'a jamais souhaitée, mais jamais reniée. Ce qui changeait pourtant, c'était la musculature des deux corps, là où Orcus semblait parfois presque frêle, Luna était apparemment mieux dessinée, mais, bien évidemment, cette information ne vaut plus guère une fois le vampirisme passé par là.

Le visage de Luna, laissé apparent par les cheveux tirés en arrière d'Orcus, affichait cette expression étrange qu'on les enfants dans les gradins des cirques, quand passent les lions et autres éléphants. Cette expression hésitante, à la limite de la peur, mais que l'on sait plus tournée vers l'admiration. Une expression qu'elle avait arborée fort peu souvent ces dernières années. Une expression aussi rare que l'excitation que percevait Orcus par la main de sa soeur serrant la sienne. Et, l'une dans l'autre, ces deux choses parvenaient à persuader le Vampire qu'il avait fait le bon choix en amenant Luna en ces lieux, finalement, qui semblaient plus la réjouir que l'apeurer. Une bonne chose, Orcus pourrait reprendre quelque peu confiance en ses choix désormais.

« Et vous, où étiez-vous avant de découvrir l'Islande, Mademoiselle ? Dit-il en détournant légèrement la tète vers la droite, son sourire toujours apparent marquant le retour de quelque chose qui l'avait quitté à la 'vue' de ce combat. Le retour de la confiance, peut-être, qui le rendait plus assuré dans ses paroles, et plus égale à lui même dans sa perception. Car, désormais, il percevait les respirations de chacun aussi facilement qu'à l'ordinaire. Car c'est fort peu élégant de ma part que de laisser la conversation tourner uniquement autours de nous. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: A jamais perdu dans le silence de ces ames.   Ven 5 Sep - 18:35

Il semblait bien ardu de se défaire de la dramatique scène combative, mais cependant, Elena laissait les choses se faire, ni l'un ni l'autre ne devraient disparaitre, cela s'illuminait comme une évidence dans son esprit, la création ne pouvait abattre la destruction et inversement, c'était une logique imparable que maître Caïn avait employée pour empêcher peut-être ce désastre? Dans ce cas, rien ne pouvait arriver sauf peut-être quelques blessures collatérales causé par la puissance développer entre les deux. Les gardiens agglutiner non loin ne prenaient pas les paris mais se posaient de grandes questions, Elena ignorait bien sûr tout cela mais l'ordre était de tuer Rociel, ce traitre qui venait d'être démis de tout pouvoir par son incompétence à régner sur ses sujets à présent en émois devant pareil théâtre. Mais Elena finit par se détacher vraiment, une bonne fois pour toute de cette agitation puérile pour conserver dans son champ de vision l'unique visage de son interlocuteur ainsi que parfois celui de sa femme qui se cachait derrière la queue de cheval impécablement faite. Ainsi donc chacun était français et il avait opté pour ce lieu de résidence plus tard, fort amusant comme choix, mais après tout très judicieux, c'était le moyen de rester loin du stress français et de conserver le soleil éclatant et la chaleur parfois écrasante.

Mais alors qu'elle commençait à en apprendre un peu plus de cet étranger, celui-ci voulut par politesse et peut-être aussi curiosité savoir qui était face à lui. D'où venait-elle, à son souvenir c'était un village français également, un petit village, mais elle n'avait pu trop de souvenir, elle avait rejoint la ville bien tôt puis le travail, cette nuit d'orage, Elena sourait presque en repensant à tout cela et finit par répondre.

"Un petit village français également, mais j'ai perdu son nom dans ma mémoire, j'en suis désolée. Par ailleurs je me souviens de mon transformeur, un abruti de première qui avait soit disant été happé par mon "charme". J'ai jamais compris ce qu'il me trouvait enfin bref. J'ai beaucoup voyagé, j'aime voyagé, j'ai presque fais deux fois le tour du monde, mais je n'ai pas encore tout vu. Je voulais voir l'Islande et les grands Jumeaux, dont j'ignorais l'identité jusque là. Racontez moi, c'était comment chez vous? Peut-être que j'aurais un autre voyage à faire, mais je doute vouloir quitter ces lieux, j'ai du monde à rencontrer et j'ai grand hâte de le faire."

Elena esquissa un dernier sourire et laissa quelques secondes s'égrainer entre eux, et puis la mine de Luna mesure le temps, elle ne change pas d'expression mais bouge légèrement la tête vers l'un et l'autre des jumeaux, peut-être pour mieux apprécier le délir qui secouait la populace. La vampire continuait d'observer Orcus comme une statue que l'on étudie et elle s'offrait en plus le petit plaisir de fantasmer sur ce jeune homme, enfin jeune, tout est relatif, et puis le fantasme n'allait pas bien loin, juste savoir si elle possédait réellement ce charme qu'on lui attribuait, elle aimait joué avec les autres, c'était tellement édifiant et en même temps pervers.


"Pardonnez ma curiosité, vous allez même peut-être trouvé cela totalement déplacé mais est-ce de naissance votre regard?"

Enfin si l'on pouvait réellement parler de regard, c'était plutôt cet aveuglement, elle n'osait simplement pas être trop abrupte, elle amait joué mais laissé un minimum de respect dans ses propos, c'était un inconnu après tout et dommage qu'il soit marié, c'était un fait qui la dérageit, sinon elle aurait aimé savoir comment un aveugle pouvait ressentir les choses, comment réagissait-il par rapport au monde extérieur, au monde environnant, agressif et mouvant. Peut-être sa femme devait l'aider, à moins qu'il s'en vexe. Cependant son aveuglement ne semblait pas le perturber dans sa perception, il se tenait parfaitement face à Elena, il la regardait presque, enfin si il avait pu le faire. Pouvait-il savoir comment elle était? Physiquement par exemple et puis qu'elle vêtements elle portait. C'était une grande curiosité qui s'emparait de notre chère Elena devant son nouveau jouet, un vampire aveugle au visage éclairé par deux yeux rougit.
Revenir en haut Aller en bas
Orcus
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 100
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Parfumeur
[S]tatut : Noble
Date d'inscription : 24/07/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Luna
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 5ème
MessageSujet: Re: A jamais perdu dans le silence de ces ames.   Lun 8 Sep - 22:05

Si les récits qu'on lui en avait fait étaient bons, tout l'histoire "contemporaine" des vampires avait pris racine en France, doux pays bercé entre mer et continent. Il n'était donc peut-être pas si étrange que les trois 'protagonistes' ici présents -entendez, bien évidement par-là, présents dans les gradins de ce spectacle majestueux, au dessous de la voûte que formait la porte, à l'endroit à partir duquel Orcus commençât à ressentir l'excitation de son aînée, en même temps que la pression de ce choc contre nature.
Le sultanat d'Oman, un lieu apte à accepter les voyageurs, à les traiter avec l'égard qui leur est due ? Oui. Un lieu apte à accepter que lesdits voyageurs, une fois séduits par les attraits du pays, s'installent presque un siècle sans fléchir ? Non, il était évident que, ni Oman ni les autres pays du Moyen-Orient, d'Asie, d'Europe, d'Amérique n'étaient aptes à accepter que l'on soit 'un peu trop différents'... Que l'on soit capable de survivre au temps, la seule valeur apportant à coup sur la destruction et mettant le point final à la vie. Sauf pour ces renégats de Vampires, actuellement forcés de se retrancher dans le seul endroit capable de les accueillir... Mais pour combien de temps encore ?...

« Les souvenirs les plus vieux que j'ai de ce pays me feraient vous dire que c'est un endroit sublime, bordé de gens capables de dire amen au moindre de vos désirs si vous savez le leur demander. Cependant, les souvenirs plus récents, ceux de cette nuit en particulier, et le cadavre encore fumant de notre ancienne résidence, me forcent à vous dire que ce pays est abominable, au point qu'il serait digne de nous servir de garde manger. Comme quoi, une mauvaise expérience a le pouvoir de changer du tout au tout notre vision du monde... Et, nul besoin d'etre voyant pour que cela nous affecte... »

Réagissant par la même à la dernière question de la jeune femme -qu'il ne trouva nullement déplacée : ce n'est en aucun cas lui qui a honte de ses yeux, c'est toute l'humanité qui a peur de ceux-ci- Orcus afficha un léger sourire. Petit à petit, avançant dans la discussion, les échos de l'affrontement se faisaient un peu plus lointains, permettant à chaque instant au non-voyant de se concentrer un peu plus sur ce qu'il jugeait 'urgent', comme, par exemple, une étude plus approfondie de celle qui lui faisait face. Bien évidemment, comme tous les humains -dans notre cas, nous dirions plutôt ex-humains- il se sentait quelque peu soulagé de la première révélation de la jeune femme, elle était française, étant donné que nous sommes tous un peu plus xénophobes que nous ne nous permettons de le concevoir, c'est une sorte d'infime sentiment de soulagement qui s'installa là où, auparavant, devait se trouve une toute aussi infime trace de crainte vis-à-vis de tous ces changement si rapides.

Par le contact encore effectif sur la main de Luna, celle-ci ressentit sûrement que quelque chose à l'intérieur de son bien aimé frère venait de redevenir quelque peu plus normal qu'il y a encore dix minutes, ce qui agit certainement sur le comportement de celle-ci. En effet, on vit, le temps d'une phrase, sa tète se lever au dessus de l'épaule d'Orcus et murmurer -presque sans bouger les lèvres et sûrement sans qu'un homme ne puisse, même à la distance où Orcus se trouvait d'elle, percevoir le moindre son- quelques mots. Une oreille attentive -et plutôt fine- aurait put percevoir une phrase quelque peu étrange, traitant d'une coccinelle posée et d'un combat ralentit. Une phrase qui n'avait sûrement de traduction que dans l'esprit de celle qui la dictait, et peut-être dans celle de la seule autre personne capable de la comprendre.

« Et, reprit Orcus le plus naturellement du monde, Luna est ma soeur, non mon amante... Je me permet de vous le révéler, mais, s'il vous plait, garder ceci pour vous, je préfèrerai que nul... Vampire ne cherche à profiter d'elle, aurait-il put ajouter à quelqu'un qui aurait ainsi prit le rôle difficile à gérer de confident, mais, malgré son état de pseudo-faiblesse actuelle, Orcus n'en restera pas moins assez prudent. Je préfèrerai que chacun se fasse l'idée qui l'arrangera de mes relation avec elle... Si possible, dites leurs même plutôt que c'est de ma faute si elle parait si distante. Je préfère que l'attention -et les médisances- me prennent pour cible, c'est préférable. Et je vous en remercie d'avance. »

(Est-ce moi, ou je me rouille vite ? ^^')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A jamais perdu dans le silence de ces ames.   

Revenir en haut Aller en bas
 
A jamais perdu dans le silence de ces ames.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» perdu dans la forêt !
» Petite virée dans le Canyon [libre]
» Perdu dans le désert !
» Perdu dans ses pensées et son manteau...
» Event RP's en folie #5 – Perdu dans les bois !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires :: Nouveau scénario: Renaissance-
Sauter vers: