J'ai quitté ce monde et je suis revenu transformé
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 De la fidélité des morts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nikolaï
.::. Sylphide Perturbée .::.
MODÉRATEUR
.::. Sylphide Perturbée .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 763
[P]arti : Rociel
[F]onction : Pianiste angélique
[S]tatut : Défunt
Date d'inscription : 19/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Chérubin de Rociel Van Sogenfaur
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: De la fidélité des morts   Ven 18 Juil - 18:29

Il était arrivé en courant, ses pieds nus galopant sur le marbre glacé. Il avait achevé de fermer son pantalon en sortant de la chambre et avait fait de son mieux pour boutonner sa chemise, ignorant dans sa panique qu'il l'avait fait de travers et qu'un des pans du vêtement pendait hors de sa ceinture. Ignorant qu'il avait froid, avec ces habits bien trop légers pour le palais non chauffé. Ignorant surtout qu'à débouler dans le hall vêtu ainsi, il était visible comme un jeune corniaud déglingué au milieu d'une exposition de solennels chiens de race.

Il avait dit à Rociel qu'il restait au palais, soit; mais lorsque le roi avait quitté la pièce, Nikolaï avait soudain réalisé qu'on le laissait seul, absolument et viscéralement seul, et il n'avait plus eu qu'une hâte, à s'avoir s'habiller avec ce qu'il lui tombait sous la main et courir après son monarque pour échanger avec lui un dernier regard, un dernier au revoir, quelque chose de mieux qu'une vague sonate murmurée mentalement à travers l'échancrure d'une porte de salle de bain.

Nikolaï dérapa sur la pierre aux envoûtants motifs, tendit le cou pour apercevoir la porte. Et aussi soudainement qu'il avait décidé de suivre son roi déchu, il changea d'avis. C'est qu'il avait soudain une conscience aigue de tous les vampires présents, non seulement les pulsations de leurs âmes, mais aussi leurs voix, le son de leurs pas, leur peur, leur excitation. Leurs regards, qui disséquaient et jugeaient, leurs coeurs morts qui reconnaîtraient tout de même le monstre en lui. Et puis... et puis...

Elle.

Le pianiste plongea dans les colonnades qui ornaient le hall et se faufila entre l'une d'entre elle et le mur pour s'y asseoir, s'y terrer, s'y recroqueviller sur lui-même, mettre les mains sur sa tête et sceller ses paupières, bloquer sa respiration pour ne pas qu'Elle le perçoive, pour ne pas qu'Elle comprenne.

Liliane, devenue l'essence même de la Destruction. A chaque pas qu'elle faisait dans le monumental escalier, courbant jusqu'au marbre sous la force de sa haine, Nikolaï sentait son propre coeur tressaillir, vaciller. Son corps se découvrit de nouvelle vélléités de rejeter cette âme qui n'avait pas été créée pour lui, et le musicien dut déployer toute sa maîtrise de lui-même pour dompter ses haut-le-coeurs. Il n'avait pas peur; ce qu'il éprouvait était bien au-delà du concept de terreur. En cet instant, la sylphide affrontait l'incarnation de ce qui l'avait tué, la Reine Blanche dont le sang le poursuivait jusque dans ses cauchemars, à jamais synonyme de torture et d'abandon. Il faisait face, pour la première fois de sa nouvelle vie, à ce qui lui avait irrémédiablement arraché l'ancienne. A ce qui avait massacré feu Nikolaï Nevski et n'en avait laissé que quelques cendres.

Alors son esprit, à défaut de concevoir une horreur aussi absolue, se contentait d'un vide qui confinait à la folie, un vide qui empêcha le jeune Russe de s'apercevoir que sa chère Amélia était également là, vivante, peut-être même bien plus vivante qu'au moment où il avait expiré dans ses bras. Il ne la décela pas plus qu'il ne comprit ce qu'il se passait entre les jumeaux, mis à part que c'était aussi froid qu'indiciblement violent. Pas plus qu'il ne sentit l'autre aura qui s'approchait de lui.




[priorité à la dame Hydre, mais ce n'est pas exclusif ^^]

_________________
~~Et les anges sombreront les premiers ~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Scylla
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 252
Age : 34
[P]arti : Chaos, gouffre et tenèbres
[F]onction : Chut...
[S]tatut : Vampire Noble. Sire de Nicolas de Valombre.
Date d'inscription : 15/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Juska Hermanni Viljami
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 2ème Génération
MessageSujet: Re: De la fidélité des morts   Dim 20 Juil - 11:09

-Te cache tu, petit angelot maudit ?

Un sifflement qui effleure, un chuchotement qui se répands comme le venin qui coule dans mes veines...J'ai sentis le tremblement, j'ai reniflé l'apocalypse. Explosion...La marche guerrière d'une Dame Sombre et Démoniaque, abandonnée du divin, sa colère dirigée contre l'absolu. Voilà les fruits récoltés de l'immortalité...J'ai accouru, j'ai accouru, enivrée par cette mélopée d'horreurs, par cette harmonie de terreur. Châtiment lui même exulte, il vibre contre mon sein. Le Chaos ouvre sa gueule béante, prêt a déchiqueter l'âme qui se presse. La noirceur de mon esprit se repait de cette ombre glaciale. J'exulte oui ! J'exulte car voilà enfin la sentence ! Etres maudit, Etres damnés pour l'éternité ! L'oeil doré s'éveille, je le sens tout au fond de moi, il darde son regard vicié sur la scène. L'Hydre sourit avec voracité, car elle sera bientôt rassasiée...Les perles noires de Châtiment roule sur mon cou, elles me rappellent...Elles me rappellent...Les larmes d'une enfant encore bénie. La balance oscille, oscille...

L'odeur du sang...Elle n'est plus. Alors je fixe plus profondément les yeux clairs d'un aimé de mon père et au fond de ses prunelles j'y découvre...La mort. Mort ! Ainsi l'angelot n'a put échapper aux griffes de Rociel. Capricieux souverain d'un monde en déchéance, marionnettiste imbu qui mène la danse de nos vies. Pitié ? Peut être...Peut être...

-La douce harmonie de la vie t'a quitté, mais tu erres encore parmi nous. L'ambroisie de l'ange déchu ne coule plus dans tes veines, mais sa toile t'emprisonne encore et toujours...

Je murmure, doucement, lentement, un peu comme si je savais les tourments. Et je les connais ces tourbillons dévastateurs, oui, je les ai embrassé si souvent, une mer de sang, un océan de hurlements...Toute cette souffrance pour la fièreté d'un seul...


[désolée, je suis un peu rouillée xD ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï
.::. Sylphide Perturbée .::.
MODÉRATEUR
.::. Sylphide Perturbée .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 763
[P]arti : Rociel
[F]onction : Pianiste angélique
[S]tatut : Défunt
Date d'inscription : 19/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Chérubin de Rociel Van Sogenfaur
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: De la fidélité des morts   Lun 21 Juil - 19:29

Un sursaut, un cri étranglé, un mouvement de recul, esquisse de fuite. Mais quand ses yeux découvrirent ce que son coeur n'avait pas senti venir, Nikolaï préféra rester à genoux. Non pas qu'il soit plus à l'aise par terre, mais s'il se relevait, il le ferait avec la lenteur extrême de celui qui s'écarte d'un cobra érigé sur ses anneaux.

Scylla. Il aurait eu du mal à ne pas la reconnaître, et pourtant il se permit tout de même de douter. C'est que la seule et unique fois qu'il l'avait vue, elle lui avait fait l'effet d'un roc, d'une masse harmonieuse et compacte qui s'avançait avec la tranquille assurance des êtres que rien n'arrête - l'antithèse de ce qu'il était, lui, le fragile hémophile. Alors qu'en cet instant... en cet instant, la sylphide découvrait un tout autre aspect de la dame au chapelet.

Cette âme qui lui faisait face possédait bien un tempo lent et lourd, mais ce n'était pas la litanie monolithique à laquelle le pianiste s'attendait. C'était bien plus proche du rythme qu'adoptait Rociel lorsqu'il était particulièrement songeur: ce n'était pas un bruit de fond, mais bien l'annonce de quelque chose d'autre, plus vif, plus grand, plus passionné. Plus vulnérable, car plus sensible, et pourtant plus dangereux. Peut-être était-ce cette hydre qu'elle avait elle-même mentionné, il y a si longtemps. Un monstre impitoyable, assoiffé de sa propre justice; la dernière fois il était resté silencieux et avait laissé vivre arachne et chérubin, mais qui aurait pu prédire sa conduite ce jour-là, alors que tout le palais frémissait de sentir couler le sang royal? Alors qu'il faisait face à un être aussi obscène qu'un défunt dans une chair dérobée?


"Vous vous méprenez, ma Dame: par bien des aspects, je suis encore en vie."

A peine avait-il parlé qu'une sueur glacée commençait à s'écouler le long de sa colonne vertébrale: non, non, mauvaise idée, il ne devait pas mentir. On ne mentait pas à la dame au chapelet, pas plus qu'on ne la provoquait, et il venait plus ou moins de faire les deux en une phrase. Les yeux baissés, il entreprit de se remettre sur ses jambes, tout en parlant d'une voix qui n'était qu'un souffle:

"Même si je ne suis pas certain du bien fondé de ma présence en ces lieux..."

Il ne put retenir un coup d'oeil vers ces jumeaux qui s'écartelaient, si proches et pourtant hors de toute portée. Vers ce monarque qu'il aimait, vers cet amant qu'il craignait. Cet ange déchu, en effet, qui avait ramené son chérubin massacré sans même se demander si celui-ci le supporterait.

Tais-toi hypocrite, tais-toi. Sois heureux d'être en vie.

Soudain il se rappela la proximité de l'hydre, et il eut l'intinctive impulsion de retenir ses pensées, avant de se souvenir tout aussi brutalement que plus personne ne pouvait les lire. Cette étrange perspective l'incita à croiser le regard de Scylla, ces iris translucides qui autrefois l'avaient crucifié, ces orbes brûlantes qui a présent ne pouvaient plus fouiller son âme jusqu'à ses tréfonds les plus secrets. Nikolaï saisit enfin qu'il avait sauté le pas: il faisait face à un vampire autre que Rociel pour la première fois depuis sa mort. La dame au chapelet était la première à le voir, la première à le juger. Et étonnement, il n'était pas tant terrifié qu'intrigué: que pensait-elle de lui, cette étrange et venimeuse hydre? Dégoût, animosité, curiosité, convoitise? Quelles notes flottaient derrière ce sourire de sphinx, quels sentiments et quels secrets s'y cachaient?

Pensée brutale: que faisait-elle ici? Quel jumeau comptait-elle suivre, lequel espérait-elle détruire? Rociel était son Sire, mais elle le lui avait dit: Nikolaï ne savait rien de sa haine.

Alors sans même s'en rendre compte, la sylphide essaya de voler quelques mesures de ce flamboyant esprit. Il ne savait pas s'il pouvait entendre quoi que ce fût sans qu'on l'y autorise. Et beaucoup plus périlleux, il ne savait pas non plus si on pouvait déceler la présence de son âme inquisitrice. Mais s'il n'essayait pas, il ne le saurait jamais.

Il ne lui vint pas à l'esprit qu'il aurait été un tout petit peu moins suicidaire de tester la chose sur un immortel qui ne possédait pas ce profond tempo d'hydre assoupie.

_________________
~~Et les anges sombreront les premiers ~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De la fidélité des morts   

Revenir en haut Aller en bas
 
De la fidélité des morts
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fidélité ou trahison [Az']
» Fidélité des films par rapport aux livres
» Le mariage au Moyen-Âge
» La peur d'une femme est la plus belle preuve de fidélité [PV Islay]
» Jude - Feunard \ « Ce qu'apporte la fidélité et l'amitié. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires :: Nouveau scénario: Renaissance-
Sauter vers: