J'ai quitté ce monde et je suis revenu transformé
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chambre de Vasco Abaddon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vasco Abaddon
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 55
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Oisif
[S]tatut : Noble
Date d'inscription : 27/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Chaton
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 2ème
MessageSujet: Chambre de Vasco Abaddon   Jeu 19 Juin - 22:16

Il valait mieux qu'elle ne s'obstine pas trop dans la résistance. Pour le moment, il tirait, sans ménagement aucun, sans se soucier de savoir si elle arriverait à suivre. Sa main libre s'était négligemment glissée dans la poche de son pantalon. Le parquet claquait à peine sous ses pas, mais assurément aucune porte ne s'ouvrirait pour savoir ce qui traversait le couloir à cette heure plutôt calme. Tous devaient vaquer à leurs occupations et ce n'était pas plus mal. Vasco se serait peut-être même surpris à fredonner une marche de circonstance décalée, comme... Pourquoi pas les mélodies des chansons patriotiques de la grande époque de l'armée? Pourtant aucun son ne lui échappait. Son sourire même s'estompait avec les pas, pour finalement disparaître entièrement à mi-chemin. Elle pourrait brailler, hurler, tirer sans qu'il n'y prête plus la moindre attention. Il était temps de couper court à toutes ces illusions futiles. Si elle voulait vivre, qu'elle le prouve en agissant avec un peu plus de lucidité. La fuite n'est jamais une option.

Il ralenti le pas, sans pour autant devenir plus aimable dans sa manière de traîner Sacha. Décidément, il pouvait être un vrai gentleman aussi facilement qu'un rustre sans éducation. La comparaison pourrait sans doute être risible, mais en même temps, quand on a la force de son côté, pourquoi perdre du temps en paroles et en négociation? Il y a un temps pour tout. Et la négociation n'était pas envisageable avec un chaton à la griffe facile. Sa main libre sorti finalement de sa poche pour saisir la poignée d'une porte. Le nom n'était même pas encore inscrit sur le métal. Son arrivée était encore un peu trop "fraîche", sans doute. Il entra dans la chambre, pas vraiment ordonnée. De fait, elle était exactement identique à l'instant où Sacha l'avait quittée. Le temps se serait-il arrêté en sa courte absence? Peut-être. Il la tira à l'intérieur, la poussa sans ménagement en direction du lit et lui lâcha les poignets pour refermer tranquillement la porte derrière lui en prenant bien évidemment soin de récupérer la clé, comme d'habitude.

"Alors, chaton, installe-toi confortablement, ta punition commence..."

Il détourna les yeux vers l'horloge posée sagement sur une commode non loin tendis qu'il s'avançait vers elle, glissant la clé et les mains dans ses poches.

"... Tout de suite. Quelques heures devraient suffire, je pense. A moins que tu me donne une raison de m'en mêler."

Puis ses mains ressortirent de ses poches, ses bras se croisèrent sur son torse, son sourire narquois revenait étirer ses lèvres. A la tête de lit, une paire de menottes étaient toujours accrochées, la petite clé argentée soigneusement placée dans le petit verrou. Elle n'avait plus qu'à s'e fixer les poignets. Aurait-elle l'humilité suffisante pour le faire elle-même ou faudrait-il qu'il s'en mêle à nouveau? Pour cette fois, il ne savait pas encore ce qu'elle allait faire. Chercherait-elle à le défier ou lui lancerait-elle un regard glacial et méprisant avant de s'attacher, prête à assumer avec cran sa propre punition? Les deux facettes étaient parfaitement possible. En revanche, il ne restait que très peu, voir pas du tout d'autre alternative au déroulement de cette charmante scène aux allures de sado-masochisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Sacha Hlinka
.::. Humain libre .::.
.::. Humain libre .::.
avatar

Nombre de messages : 15
[P]arti : Neutre
[F]onction : Esclave de Vasco Abaddon
[S]tatut : Esclave
Date d'inscription : 29/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [E] De Vasco Abaddon
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   Ven 20 Juin - 21:30

La jeune femme fini par abandonné en cours de route se laissant emmener jusqu’au appartement de son maître. A quoi bon continuer à l’insulté, se débattre alors que la cause est perdu. Tout du moins pour ce soir, rien ne lui empêchait d’essayer à nouveau n’est ce pas ? Il s’arrêta devant la porte, si il avait espérer la voir crier, pleurer ou encore supplier, il allait être déçu, Sacha n’avait pas l’intention de lui donner cette satisfaction. Dès qu’il ouvrit la porte, il la tira pour l’obliger à entrer à l’intérieur tandis qu’une certaine réticence se faisait à présent sentir chez la jeune femme. Puis il l’envoya sur en direction du lit. Elle referma sa main sur son poignet endoloris, peut être qu’elle aura un bleu dans quelques heures, banalité et futilité pour son maître. Il le fait pour son bien selon lui.

Le petit chaton se tourna vers le vampire, tout en enserrant sa taille de ses bras. Sa punition commençait… Elle posa son regard sur le montant du lit ou gisait encore la paire de menottes qu’il avait utilisé sur elle quelques jours auparavant. Sacha avala difficilement sa salive. Qu’est ce qui lui avait prit de choisir un tel châtiment. Elle ferma les yeux, ses joues prirent une légère teinte rose. Elle lui donnait ainsi une occasion de se jouer d’elle sans qu’elle puisse se défendre d’aucune manière. Sur le coup cela paraissait être une bonne idée, mais maintenant… Il n’y avait qu’une chose à espérer qu’il ne s’amuserait pas d’elle dans cette position.

Vasco s’approcha d’elle, un frisson glacé parcourut son échine, elle aurait aimé reculer, lui dire de ne pas approcher. Mais elle se contenta de rester immobile son regard vert pâle posé sur lui. Tout de suite… Il voulait qu’elle s’exécute sans concession, la jeune femme serra les dents pour ne pas dire ce qu’elle pensait de ses heures qui devrait suffirent… Lui donner de quoi s’en mêler hein… Non, bien sûr que non. Que croyait-il ? Qu’elle lui donnerait cette satisfaction ? Il croisa les bras, l’observant de ses yeux verts presque jaunes rieur, moqueur, ces lèvres s’étirant sur un sourire narquois. Les mains de Sacha se crispèrent sur sa taille.

Elle se morigéna à plusieurs reprises, elle ferma un instant les yeux, posa ses mains sur le lit et se laissa glisser jusqu’au menottes. Elle se mordilla la lèvre inférieure, jeta un regard froid, et plein de colère vers son maitre, elle ne devait pas le défier, elle était à présent sur son territoire. Elle n’avait plus vraiment le choix il fallait lui obéir, Sacha attacha docilement ses poignets. Puis elle s’allongea sur le lit, elle ferma un instant les yeux, puis posa ses yeux emplit de méprit, puis articula :

"Voila maître, c’est fait… J’espère que vous êtes content…"

Qu’allait-il lui arriver à présent ? C’est une bonne question. Mais elle ne pouvait pas deviner ce que son maître avait en tête. Elle ne pouvait qu’espérer… qu’il ne lui arriverait rien. La fuite était bel et bien une option…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasco Abaddon
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 55
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Oisif
[S]tatut : Noble
Date d'inscription : 27/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Chaton
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 2ème
MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   Dim 22 Juin - 0:51

Tout ce qu'il faisait n'était bien évidemment que pour le bien de son chaton. Bon, il avait une vision très personnelle du bien, mais comme tout n'était finalement qu'une question de point de vue, et que de toute manière c'est celui du plus fort qui finit tôt ou tard par être adopté, il vaut mieux partir du principe qu'il n'est peut-être pas si mauvais que ça, au fond, enfin peut-être. Mouais... C'était mal parti, vu le plaisir malsain qu'il prenait déjà à se demander quelle option son esclave choisirait. Et s'il n'attendait pas? S'il allait l'attacher lui-même? Il était facile de se servir d'un instant d'hésitation comme prétexte pour s'amuser autant qu'il pourrait le vouloir. Mais non. Il fallait qu'il se maitrise un minimum, qu'il la voit faire seule ses choix et qu'elle en assume seule les conséquence.

En tout cas le spectacle en valait la peine. Le petit rosissement des lèvres, cette gestuelle de protection en enserrant sa propre taille, elle savait qu'elle ne serait pas de taille en s'en prenant à lui, mais pourtant elle paraissait déterminée, malgré son choix douteux, à affronter ce que la plupart des gens auraient préféré fuir. Quelle brave petite! Décidément elle l'impressionnerait toujours. Surtout que de prime abord, la punition pouvait paraitre relativement passive. Il était pourtant aisé de se dire qu'avec ou sans menottes, il pourrait de toute manière disposer d'elle comme il le désirait. Que e soit volontaire ou non ne dépendrait jamais pleinement d'elle de toute manière. Et son choix ne pourrait-il pas révélé que quelque part, malgré toute sa haine et sa défiance, elle aimait ce qu'il pouvait lui faire? quelle horrible dualité. Ce genre de chose aussi fascinait relativement le vampire.

Elle gardait toujours son mépris vis-à-vis de lui. Quel dommage! Après tout ce n'était pas lui qui avait choisi cette punition, n'est-ce pas? Elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même. Et de toute manière, si elle n'avait pas fuit, elle n'aurait eu aucune punition à assumer. Il ne lui rendait que son regard narquois, provocant, moqueur face à sa propre colère. Pourtant elle faisait sagement ce qu'elle devait faire. Et quand ce fut faut, il se rapprocha calmement. Qui sait ce qu'il pouvait avoir en tête? Ses bras se décroisèrent, il tendit une main vers le cou de la jeune femme sans la toucher. Sa main remonta vers son visage, et écarta à peine une mèche de cheveux.

"Je suis tout à fait content. Tu vois que tu peux être quelqu'un de très sage, quand tu veux."

Puis sa main remonta encore, jusqu'aux menottes, et il décrocha la clé. Mieux valait qu'il la garde sur lui pendant la durée de la punition. Il alla ensuite vers la commode et la déposa dessus, glissa ensuite sa main dans sa poche pour sortir la clé de la chambre qu'il posa juste à côté de celle des menottes et enfin il s'éloigna vers son armoire. Allait-il en profiter ou pas? C'était une bonne question. A vrai dire il n'était pas encore tout à fait décidé. Et puis c'est toujours tellement plus grisant de suivre ses désirs au fur et à mesure de leur arrivée. Devant son armoire, il commença soigneusement à déboutonner sa propre chemise. Il lui faudrait aussi se reposer. Malgré tout ce qu'il pourra prétendre, il ne s'était pas vraiment reposé depuis un bon moment, et surtout depuis que Sacha avait eu la bonne idée de mettre les voiles. Sa chemise tomba sur le sol et il s'étira, plus pour la forme que par réelle nécessité. Jouera... Jouera pas... Ah la la, c'était difficile! Il déboutonna son pantalon, lui fit rejoindre le sol à côté de la chemise. En sous-vêtement uniquement, plutôt en simple caleçon, il revint vers le lit et s'assit sur le bord de celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Sacha Hlinka
.::. Humain libre .::.
.::. Humain libre .::.
avatar

Nombre de messages : 15
[P]arti : Neutre
[F]onction : Esclave de Vasco Abaddon
[S]tatut : Esclave
Date d'inscription : 29/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [E] De Vasco Abaddon
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   Sam 28 Juin - 6:19

[Dsl du retard ^^']

Ses bras se décroisèrent lentement, tout en se rapprochant du corps offert, sa main vint près du cou fin et blanc de Sacha, un frisson glacé parcourut son échine, pourtant il n’avait pas touché sa peau, mais elle ne put s’en empêché. Ses muscles se contractèrent tandis que sa main remontait doucement vers son visage, bien qu’elle ne bougea pas elle eut l’impression qu’elle se tassait sur elle-même afin d’évité tout contacte avec son maître. Finalement il ne fit qu’écarter quelques mèches devant son visage. Sa mâchoire se crispa, elle lui jeta un regard furibond, il jouait avec ces nerfs et cela ne l’amusait pas du tout.

Il était content, il y avait intérêt, si elle faisait tout cela pour le satisfaire après toutes les bourdes qu’elle avait fait dans la soirée. Sa main remonta jusqu’aux menottes, Vasco récupéra la clé, il s’éloigna alors d’elle et déposa la clé sur la commode, puis il plongea sa main dans sa poche et en sortit la clé de la chambre qu’il déposa près de l’autre. Il se déplaça jusque devant son armoire, les yeux de son chaton le suivait et surveillait chacun de ses mouvements. C’était même recommandé, bien que les yeux humains ne pourraient pas le suivre s’il le désirait. Face au meuble contenant les vêtements de son maître, la jeune femme ne vit pas toute suite ce que faisait son maître, jusqu'à ce qu’il commence à enlevé sa chemise qu’il laissa tomber sur le sol. Ce qui n’était pas fait pour la rassurer sur les intentions du vampire. Peut être voulait il tout simplement se changer…

Il s’étira tranquillement, puis se fut le tour de son pantalon de le quitter qui rejoignit le premier tissus pour se retrouver en boxer, il revint ensuite s’assoir au bord du lit. Sacha regarda son dos, ses épaules nues, les muscles de son maîtres finement ciselé qui jouait sous sa peau fine et pâle. Elle détourna le regard. Non il ne fallait pas tomber dans le piège habituel qui constituait à la charmer, à enflammer son corps afin qu’il prenne le pas sur sa raison. Malgré elle, Sacha se mit à trembler. Elle attendait sa véritable punition, mais qu’allait donc choisir son maître. La laisser là ou bien profiter de la situation… ?

Après tout le mal qu’elle lui avait donné, elle se rendait bien compte qu’elle avait peut de chance pour resté seule dans cette position. Si seulement elle ne l’avait pas rencontré… Non ne pas commencé à déprimer… Elle demanda alors d’une voix neutre :

"Et maintenant maître ? Allez vous vous changez pour sortir ? Ou bien avez-vous prévus autre chose ?"

Oh le mot maître et le vouvoiement sont de retour, comme quoi être attaché fait revenir la servilité. A moins que ce ne soit une nouvelle manière pour le défier de tenter quoique se soit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasco Abaddon
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 55
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Oisif
[S]tatut : Noble
Date d'inscription : 27/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Chaton
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 2ème
MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   Lun 30 Juin - 1:34

Pauvre chaton. Il avait dû l'effrayer sans vraiment le vouloir. Non en fait, c'était totalement voulu. De toute manière elle n'apprécierait rien de lui. Du moins c'est ce qu'elle dirait. Dans les faits, c'était une autre histoire. Et s'il jouait un peu plus? Ce serait mesquin. Mais il était mesquin. Encore que la motivation n'était pas pleinement présente. Dos à elle, il hésitait encore. Il voudrait bien jouer, tout compte fait, il ne lui manquait plus que les règles de son jeu. La voix de Sacha lui parvint distinctement, pourtant il en répondit pas, du moins pas tout de suite, passant calmement une main dans ses cheveux, jouant du bout de la langue sur son piercing. Se changer et sortir? Quelle idée étrange. A force de perdre du temps à chasser le chaton, il n'avait pas vraiment eu l'occasion de planifier une quelconque activité. Il avait juste pris la peine de se nourrir un tant soit peu, mais à part ça...
Il se retourna, lui lança un regard somme toute plutôt neutre, avant d'éclater de rire. Rien n'était vraiment commun dans son attitude. Elle voulait prendre de la distance ou limiter sa propre punition? Malgré cette délicate attention, elle n'était motivée que par la peur et la colère, rien de bien transcendant, rien qui n'intéresse vraiment Vasco.

Il glissa un peu plus sur le lit, s'allongea à côté d'elle, glissant une main sous sa tête pour le confort. Il ne riait plus mais conservait le sourire qui allait avec. Elle pouvait être amusante, des fois, rien qu'avec ses changements d'attitude. Brave petite. Elle pouvait se montrer maligne, mais ce changement était hélas un poil trop brusque pour paraître vraiment honnête. Il ne devait y avoir que la peur, pour le moment.

"A vrai dire, je ne sais pas encore. Ta petite escapade ne m'a pas vraiment permis de faire des plans, tu sais. Et ne te donne pas trop de peine, je sais très bien que la seule chose qui t'intéresse, c'est de savoir si oui ou non tu seras tranquille cette nuit."

Il se retourna face à elle, se relevant sur un bras, passant sa main libre dans les cheveux de Sacha au risque de se prendre un nouveau regard furibond. Révélateur, mais inutile pour lui retirer les mains des menottes. Son visage se rapprocha du sien, tout près, ses lèvres glissèrent un peu plus sur le côté, juste à côté de son oreille, marmonnant à peine, dans un simple souffle.

"A ton avis, chaton, que pourrais-je bien faire de toi? Te laisser dormir tranquille? Te torturer? Te vider de ton sang? J'ai tellement de possibilités à vrai dire. Peut-être que tu aurais dû spécifier dans le choix de ta punition le rôle que je devrais prendre, parce que maintenant..."

Il se redressa un peu de nouveau, juste au-dessus d'elle cette fois, juste pour pouvoir la regarder dans les yeux, défier sa colère, sa peur, ou quoi que ce soit d'autre qu'elle pourrait montrer comme attitude.

"C'est un peu tard pour faire des réclamations. Cependant je pourrais bien te laisser choisir. Propose et je verrai si ça me convient."

Une de ses mains glissa de nouveau sur les cheveux, puis sur la joue de son esclave, pour poursuivre sa course dans son cou, s'arrêter à la naissance de la poitrine.

"Qu'en dis-tu?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Sacha Hlinka
.::. Humain libre .::.
.::. Humain libre .::.
avatar

Nombre de messages : 15
[P]arti : Neutre
[F]onction : Esclave de Vasco Abaddon
[S]tatut : Esclave
Date d'inscription : 29/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [E] De Vasco Abaddon
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   Mar 1 Juil - 23:21

Le silence se fit durant un instant, son maitre qui était dos à elle se tourna pour poser son regard aux fragrances jaune et verte si particulière et d’une neutralité suspect. Il éclata de rire, qui eut l’ai moqueur, les yeux de Sacha se durcirent, qu’est ce qui allait encore inventer ? Le vampire prit place sur le lit s’installant, dos à elle, sa tête prit appuie sur l’une de ses mains. Vasco observait la jeune femme avec un sourire amuser. Pas de sortie pour monsieur ce soir, pas de tranquillité pour Mademoiselle Sacha… Bien sur que c’était sa seule motivationµ. Et il le savait depuis le début. Elle détestait cela, avant même qu’elle déplace un pion sur l’échiquier, il savait déjà le coup qu’elle s’apprêtait à lancé.

Le corps du strige se mit en mouvement, il se tourna vers la jeune femme qui le regardait avec défiance, il se maintint sur un bras, tout en l’observant il passa une main dans les cheveux de la jeune femme dont les yeux vert s’emplit de fureur. Elle détestait cela, être à sa merci et elle ne pouvait rien y faire… Quel idée complètement idiote avait elle choisit pour punition…
Vasco se rapprocha de son visage qu’elle détourna légèrement, tout en serrant les dents pour ne pas lâcher de réplique cinglante. Leurs peaux entèrent en contacte, il glissa sur sa jour atteignit son oreille et susurra dans un souffle des parole qui glacèrent le sang de Sacha, elle devint très pâle avant de rougir de colère. Spécifier son choix hein ?! Comme-ci l’aurait il prit en compte, il l’a savait intelligente, pense t-il qu’elle ne savait pas qu’il n’aurait jamais fait ce qu’elle demandait où bien encore mieux il l’aurait spécifié pour mieux là faire sombrer…

Il se releva l’a regardant dans les yeux qui où il put apercevoir, rage, peur et défie. Choisir, encore, et cela l’amusait elle pouvait bien le voir dans ses yeux, elle commençait à le connaître, la main de son maître glissa à nouveau de ses cheveux, pour continuer sa course sur sa joue, sa mâchoire, son cou, la naissance de ses seins… Durant un fugitif instant elle avait désiré que ses mains continue ses caresses, faisant naître en elle ce désir brulant de se laisser aller, de se donner à lui. Comme à chaque fois elle fut surprise de se voir pensé ainsi. C’est avec aigreur qu’elle répondit à sa question :

"Vous vous fichez encore de moi ? Qu’est ce que vous cherchez à la fin ? Dites le moi… Maître ?"

Un sourire insultant apparut alors sur ses lèvres, elle reprit d’un air de défit et pleine d’assurance s’appuyant sur son animosité afin de ne pas flancher :

"Encore une fois vous n’avez aucune idée n’est ce pas ? Quoi me torturer ? Me vider de mon sang ? N’est ce pas ce que vous faîte chaque jours ? Quel tristesse aucune nouveauté… Ah à part dormir, ça c’est une nouveauté venant de votre part… J’essayais pour une fois d’être aimable avec vous… Mais comme toujours Vous ne pouvez le supporter et bien aller vous faire foutre maître…"

Elle se rendit compte qu’elle était peut être partie trop loin, ses paroles dépassèrent sa pensée, à moins que se ne soit ses pensées qui venait de franchir ses lèvres… Elle essaya de se calmer, détournant le regard, elle lui dit alors :

"Et bien puisque je dois choisir… Je veux bien que vous me laissiez tranquille et dormir… Ce que je doute que vous acceptiez…"

Murmura t-elle en se renfrognant.

[Petite intrusion de Liliane : Le forum chambre de Vasco a été crée. Désolée du retard.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasco Abaddon
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 55
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Oisif
[S]tatut : Noble
Date d'inscription : 27/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Chaton
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 2ème
MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   Jeu 3 Juil - 23:08

Il la fixait droit dans las yeux. Pas par défi, pas simplement pour la voir le fixer avec colère, avec mépris, juste pour tout saisir d'elle, tout ce qu'elle montrait et surtout tout ce qui se cachait derrière. Elle devait faire des efforts surhumain pour ne pas lui cracher à la figure, pour ne pas l'insulter immédiatement. C'était une belle preuve de contrôle de soi, que d'ajouter une marque de respect dans les mots quand les intentions n'y étaient pas du tout. Dire qu'il posait des questions tout en sachant déjà les véritable réponses. Non, pas celles qu'elle donnait. Celles qu'elle donnaient était fausses, pleine de rage, mais fausses.

Quelle basse opinion elle pouvait avoir de lui, décidément. Pourtant ses intentions avaient toujours été louables. Ne faisait-il pas ses petits jeux pour lui faire plaisir? Pour son bien? Elle n'en avait juste pas encore conscience, c'est tout. A vrai dire il ne l'écoutait pas vraiment. Toujours les mêmes répliques, toujours les mêmes piques sans effet. Plus d'imagination? Avec tout ce qu'il lui avait fait endurer, elle devait plutôt souhaiter qu'il ne serait surtout pas plus imaginatif. Comme si elle avait déjà essayé d'être aimable avec lui! Elle ne le pourrait jamais, simplement parce qu'elle a un désir de liberté qu'il bride, simplement parce qu'il est le gardien de prison qui l'enchaîne. Et avec ça, jamais plus elle ne pourra vraiment l'apprécier. C'était dommage en un sens, mais toute chose a un prix, n'est-ce pas?

Il éclata de rire, sans la moindre animosité. Qu'il aille donc se faire foutre, il le pourrait bien, mais peut-être que ça la rendrait jalouse. Elle le déteste, mais la haine est si proche de l'amour qu'on les confond très souvent, surtout quand on a qu'une expérience de vie humaine. Elle pouvait le détester, il adorait ça, tout comme le reste d'ailleurs. Tout comme cet accès de fierté, ce regard rageur, et ses pensées qui pourtant contredisaient si facilement sa raison. Elle détournait d'ailleurs les yeux, alors que lui n'avait cessé de la fixer. Elle avait honte de ses mots? Ce n'était as la punition qu'elle craignait. Non, il n'y avait pas la punition. Ce qu'elle regrettait, c'était ses paroles, restait à déterminer pourquoi.

"Tu sais, j'aurais très certainement été d'accord de simplement te laisser passer une nuit tranquille."

Et il était sincère. La laisser se reposer pour qu'elle soit en forme pour les prochains jeux. Seulement les données avaient changé. Non, elle avait changé les règles. Du bout du doigt, il suivit le décolleté, effleura la peau.

"Mais je lis en toi si facilement... Ce n'est pas tout à fait ce que tu veux. Non, ce que tu veux, c'est que je continue ce petit jeu, cet amusement qui te fait honte mais qui pourtant te procure tellement de plaisir."

Il la quitta enfin des yeux, pour suivre du bout de la langue le chemin tracé d'abord par ses doigts, ses crocs griffant à peine la peau, laissant une fine marque que les minutes feraient rapidement disparaître.

"Je regrette tellement que tu ne puisse pas assumer. As-tu si peur de la débauche? Non, tu as juste peur de te perdre. Seulement tu t'es perdue il y a bien longtemps, dans cette ruelle où ton désir t'a guidée."


[Et j'aurais besoin de savoir avec précision quelle est la tenue de mon chaton préféré.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Sacha Hlinka
.::. Humain libre .::.
.::. Humain libre .::.
avatar

Nombre de messages : 15
[P]arti : Neutre
[F]onction : Esclave de Vasco Abaddon
[S]tatut : Esclave
Date d'inscription : 29/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [E] De Vasco Abaddon
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   Jeu 11 Sep - 22:07

Un rire raisonna dans la pièce, un rire sans animosité mais aussi sans joie, il l’a regarda longuement. La laisser tranquille pour la soirée ? Quel mythomane celui là. Et pourquoi faire ? Pour pouvoir faire pire demain ? Non Sacha savait mieux que personne qu’il y avait anguille sous roche quand cela arrivait. Il n’allait pas la berner ainsi. De sa chemise blanche dont certain bouton avait déjà cédé libérant ainsi la naissance de ses seins. Les doigts du vampire effleurèrent sa peau, la jeune femme frissonna, elle posa un regard courroucé sur son maître. Comment cela ce n’est pas ce qu’elle voulait ? Il se permettait de la juger et de tirer des conclusions de ses fabulations. Quel personnage détestable. Elle n’eut pas le temps de répliqué, les doigts du vampire furent remplacé par sa langue. Ce n’était pas du tout ce qu’elle voulait. Ou bien peut être que si justement, peut être qu’inconsciemment elle le désirait… Peut être qu’elle…

Non… Non impossible, ne pas entrer dans ces jeux stupides, c’était la première règle ou sinon elle se perdrait réellement. C’était encore son maître qui essayait de la manipuler. Elle sentit les crocs de celui-ci malmener sa chair sans pour autant la percer. Les frissons se multiplièrent, oui elle avait honte. Honte de ce corps qui se laissait aller a chaque fois au plaisir alors que son esprit essayait de résister… Il regrette… Il regrette qu’elle n’apprécie pas ces moments si particuliers qui lui offrait et qui a elle, lui donnait toujours qu’une envie, celle de fuir.

Elle aurait voulu le repousser le fuir, ne plus l’avoir face a elle, mais c’était impossible attacher au montant de ce lit, elle savait très bien ou tout cela la mènerait, encore une fois son corps et son esprit seront en total désaccord, et elle espérait vraiment pouvoir y échapper. Si seulement l’une des amantes de son maitre pouvait frapper à la porte comme la dernière fois… Il l’a laisserait alors sur ce lit attaché et rejoindrai cette vampire…

"Ce n’est pas le désir qui m’a guidé dans cette ruelle avec vous… C’était une affection naissante qui est morte depuis que je sais quel genre de… bête sanguinaire vous êtes…"

Elle le regarda dans les yeux, puis continua sur sa lancé.

"Quand au soit disant plaisir que vous me procurer, sachez qu’il n’en ait rien, cela ne me donne qu’une envie… Celle de gerber… Maître…"

La jeune femme détourna le visage, ferma les yeux, un pli soucieux se forma sur son front, elle espérait pouvoir ne rien laisser sortir cette fois…*

"A présent faites ce que vous avez à faire et laissez tranquille…"
Murmura t-elle avant de se mordiller la lèvre inférieur, elle espérait vraiment pouvoir se retenir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasco Abaddon
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 55
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Oisif
[S]tatut : Noble
Date d'inscription : 27/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Chaton
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 2ème
MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   Ven 26 Sep - 17:27

Décidément il avait l'air si faux que ça? Pour une fois qu'il avait dit la vérité, elle ne le croyait pas. Tant pis, il ne s'arrêtait pas vraiment aux croyances humaines. Les joueuts pensent ce qu'ils veulent, puisqu'ils seront toujours tellement loin de la réalité. C'était un triste état de fait, mais les choses étaient ainsi faites. Et puis de toute manière, ça ne changerait en rien la situation de son chaton. Ce que croyaient les petits animaux était sans intérêt, dans le fond. Et c'était si amusant de leur prouver qu'ils avaient tort, de détruire une à une chaque illusion. Un peu comme les frissons qu'elle était incapable de retenir. Pauvre petite chose. C'était si facile que Vasco aurait presque trouvé la situation déroutante, s'il n'avait pas eu l'habitude de jouer sur ce terrain-là.

Peut-être qu'elle avait vraiment envie de fuir, avant de perdre tout contrôle, avant de réaliser une nouvelle fois qu'il avait raison, qu'elle était faible, malgré son caractère fort. Qu'elle n'avait pas les armes pour lutter contre lui. Même si elle n'était pas encore prête à s'avouer vaincue. C'était aussi ce qui faisait partie de ses charmes, cette promptitude à tout rejeter dès que ce n'est pas "bien" selon des notions purement humaine. Seulement le monde humain et idéaliste était bien loin à présent. Et dire qu'elle s'était elle-même attachée... Et dire qu'elle trouvait encore des excuses pour se justifier après s'être laissée prendre cette nuit dans une ruelle sombre.

"L'affection, même naissante, n'incite pas une jeune femme à suivre une personne quasiment inconnue. Tu voulais joue avec le feu, je t'ai offert ce que tu voulais."

redresser, il la fixait droit dans les yeux. C'est fou les efforts qu'elle faisait pour essayer de rester crédible, dommage que son petit jeu ait toujours été trop visible pour lui. Il lui faudrait encore quelques années d'expériences pour rester impassible quand elle ne l'était pas.

"Tu n'es pas encore suffisemment convaincante, chaton. Mais essaie encore de démentir, peut-être que dans un jour lointain, tu réussira à berner quelqu'un."

Ses doigts glissèrent le long du décolleté une nouvelle fois, pour s'arrêter au centre et défaire, un à un, les boutons du chemisier. Comme si elle pouvait dire non de toute manière. Un sourire malsain accroché aux lèvres, il ouvrit la chemise, sans la moindre gêne, effeuillant son esclave sans même l'ombre d'une hésitation. En revanche, il prenait son temps, ne serait-ce que pour profiter du spectacle. Les belles choses devaient être admirées, n'est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Sacha Hlinka
.::. Humain libre .::.
.::. Humain libre .::.
avatar

Nombre de messages : 15
[P]arti : Neutre
[F]onction : Esclave de Vasco Abaddon
[S]tatut : Esclave
Date d'inscription : 29/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [E] De Vasco Abaddon
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   Lun 3 Nov - 22:58

"Je ne voulais pas jouer avec le feu. Ce n’était pas notre première rencontre qui plus ai… Et vous, monstre que vous êtes, vous avez fait de moi votre esclave…"

Les mains de son maitre devenaient de plus en plus baladeuses ? Sa chemise était à présent ouverte, elle était a sa merci, elle n’avait pas du tout prévus une chose pareil, elle sentait le regard brulant de Vasco sur sa peau, ce qui avait le don de mettre ces nerf en pelote. Il savait très bien qu’elle détestait cela et que son esprit se révoltait à ce qu’il préparait. Mais c’était le dernier de ces soucis a ce… monstre égoïste au grande canines.

"Je n’essaye pas de vous berner c’est vous qui n’accepter pas la vérité ce qui est complètement différent…"

Sacha essayait de trouver une solution pour que la prochaine étape du vampire ne soit pas de lui enlevé sa jupe et ses sous vêtements. Quelque chose… N’importe quoi pourrait faire l’affaire. Mais elle ne trouvait aucune solution. Elle serra les dents, ses yeux émeraude lançant des éclaires.

"Pourtant vous n’avez pas besoin de moi pour ce genre de choses a ce que j’ai vu beaucoup de femmes ici aimerais partager votre couche… Vous n’aviez donc pas de besoin pressant de prendre à votre service une esclave. D’ailleurs vous ne m’avez jamais fournie de raison valable à cette… Mascarade…"

Pour elle c’était une mascarade au oui, ce retrouver dans les bras d’un vampire alors que celui-ci ne désirais qu’une chose s’amuser à ses dépends…

"Pourquoi ne torturez vous pas vos congénères au lieu de me faire ce genre de chose à moi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasco Abaddon
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 55
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Oisif
[S]tatut : Noble
Date d'inscription : 27/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Chaton
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 2ème
MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   Mar 4 Nov - 15:54

Torturer un congénère... Vasco ria à cette pensée suggérée par son esclave. Quel intérêt pour le moment? Il étai très malvenu de semer le désordre dès son arrivée. Vasco se devait d'assurer ses arrières avant de penser à s'amuser plus avant. Et pourquoi diable se soucier des autres femmes vampires? Il avait l'immortalité et elles aussi. Bien assez de temps pour en profiter quand il le voudra.

Mais chaton, son petit chaton, elle était mortelle, sa vie serait courte, et visiblement ponctuée des envies perverses de son maître. C'était décidément pas de chance, hein? Pauvre d'elle. Pour un peu, il en aurait eut pitié... Mais non, il n'avait pas vraiment pitié de quoi que ce soit, ni de qui que ce soit. Et sa défense pitoyable laissait à désirer. Vasco se pencha sur Sacha, effleura son cou du bout des lèvres.

"Tu ne convainc personne, Sacha, et c'est lassant. Ton orgueil t'oblige à dénigrer ta culpabilité, mais le monde est peuplé de monstres et malheureusement pour toi, tu fais parti des pigeons. Si tu avais été plus cruelle, moins naïve, tu serais en train de rire à une table, dans un pub quelconque, en compagnie de tes amis. Au lieu de ça..."

Il sourit, ses crocs griffant la gorge de la jeune femme tandis que sa main écartait maintenant les pans du chemisier, glissant sur la peau, allant s'emparer d'un sein sans le moindre ménagement.

"Au lieu de ça, tu te retrouve attachée à un lit, défendant une cause perdue à coup d'arguments désuets."

Sa main libre défit la fermeture de la jupe pour la faire glisser et l'enlever définitivement, ne laissant son esclave qu'en chemisier et sous-vêtements. A croire qu'il n'avait plus vraiment de considération pour l'innocence de la jeune femme. Ses crocs griffèrent le cou, descendirent jusque dans le décolleté, une fois de plus, mais il ne mordit toujours pas.

"Je n'ai pas besoin de me justifier. Je prends ce que je veux, quand je le veux. Une esclave n'a pas besoin d'en savoir plus."

Quel grossier personnage. Pourtant à ses yeux, l'être humain n'était qu'un jouet, de la nourriture, et parfois une perle rare. Mais pour cette dernière chose, Sacha n'était pas censée être au courant. Alors il se glissa entre le cuisses de la jeune femme, et la main qui avait retiré la jupe se posait maintenant sur une fesse. Oh, lui était encore en caleçon, il ne faisait que donner un avant-goût de ce que Sacha pouvait subir à tout moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Sacha Hlinka
.::. Humain libre .::.
.::. Humain libre .::.
avatar

Nombre de messages : 15
[P]arti : Neutre
[F]onction : Esclave de Vasco Abaddon
[S]tatut : Esclave
Date d'inscription : 29/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [E] De Vasco Abaddon
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   Mar 30 Déc - 21:40

Elle sentit les lèvres de son maitre sur son cou, un frisson parcourut ses membre, ses mains se crispèrent faisant cliqueté les menottes, elle retint un soupir, le cou avait toujours été l’un de ses points faibles, de nouvelles ondes se promenèrent sous sa peau tandis que les cheveux de son mettre entrait en contact avec sa peau en de douce caresse. Elle ne devait pas cédé, c’était la seule chose qu’elle ne voulait pas. La dernière chose à faire.

"Je ne culpabilise pas… Et mon orgueil n’à rien avoir la dedans. C’est vous qui êtes trop orgueilleux, quoi de plus normal pour un vampire tel que vous ! Et Je ne suis pas un pigeon !"

Elle sentit les crocs de son mettre griffer sa chair, qui la firent tressaillir, contrôler ses émotions, ces sensation, c’est ce qu’elle devait faire, et cela même si maitre dégageait un peu plus la voie, le menant là ou il voulait arriver, sur sa poitrine l’une de ses mains s’emparait sans douceur aucune de l’un des monts de vénus à présent découvert. Elle avala avec difficulté sa salive, essayant de retenir ces tremblements et ses soupirs. C’est les dents serré qu’elle répliqua :

"Une cause perdu à vos yeux n’en ai pas forcement une aux miens, je ne suis pas l’une des marionnettes que vous avez l’habitude de côtoyer ! Et enlevez vos sales pattes !"

Elle était révulsée et électrisée à la fois, oh oui, son corps répondrait aux caresses de son maitre, si elle ne se faisait pas violence pour contrôlé, toute ces sensations qui la submergeait lentement mais surement. Elle sentit la main de Vasco défaire sa jupe sans hâte, puis la faire glissé le long de ses jambes. Le désir de retenir cette rempart en tissus se manifesta pour ne laisser qu’un sentiment d’impuissance. Elle sursauta en sentant à nouveau les crocs griffé sa peau sans la percé, elle était happée par tant d’émotions différentes, par ces mains sur son corps auxquels elle aimerait se soustraire, qu’elle ne faisait pas attention au reste.

Une esclave n’a pas besoin d’en savoir plus… Ce qu’il voulait quand il voulait… Elle n’était donc qu’un jouet entre ces mains, une raison de plus pour ne pas céder n’est ce pas ? Pourtant lorsqu’il se plaça entre ces cuisses, elle ne put retenir plus longtemps ces tremblements de peur et… d’excitation ? Ces poignets tirèrent sur les menottes. Elle ne détourna pourtant pas son regard emplie d’une colère froide, mélanger à la peur qui l’a tenaillait malgré elle. Elle retint toute les insultes qui se présentaient à ses lèvres… Sachant très bien ou cela l’a mènerait, mais ces yeux en disait plus long qu’un roman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vasco Abaddon
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 55
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Oisif
[S]tatut : Noble
Date d'inscription : 27/05/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Chaton
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 2ème
MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   Sam 3 Jan - 21:01

Les lèvres de Vasco, toujours contre la peau de Sacha, s'étirèrent en un sourire au son des menottes. Commencerait-elle à s'agiter plus qu'elle ne le devrait? Elle résistait avec une telle détermination. Dommage que son corps ait été toujours suffisamment fourbe pour trahir la bonne volonté de son esclave. Tant de frisson, un soupire qu'elle retint au dernier instant, elle aimait ça, mais ne pouvait juste pas l'accepter. Tant pis, Vasco était patient avec ce genre de choses. Un rire léger lui échappa.

"Un joli petit pigeaon enchaîné au lit d'un vampire peut-être orgueilleux, mais néanmoins victorieux. Tu as perdu tout droit en me suivant."

Sa main serra plus fortement la poitrine de Sacha, avant de se jouer du mamelon entre ses doigts. Ses lèvres remontèrent plus haut dans son cou, continuant ses menaces sur la peau. A tout instant il pouvait mordre, la conduire jusqu'au seuil de la mort, et même le lui faire franchir si l'envie le prenait.

"Si tu étais une marionnette, Sacha, je t'aurais déjà mise en pièce... Mais ne va pas croire que ma clémence peut être sans limite."

Sa voix s'était faite glaciale, cruellement dangereuse, et il manqua de lui griffe le sein avec les ongles, une de ses jambes venant de presser contre l'intimité de Sacha. Il se redressa, prenant appui sur une main, plongeant son regard brûlant et avide dans celui de son esclave.

"Cela ferait longtemps que j'aurais cessé de te toucher, si ton corps n'avait pas réagit. Mais tu adores ça. Ta raison me rejette, mais tout en toi en appelle à mes caresse."

Un sourire vicieux étira les lèvres de Vasco, suffisamment pour laisser poindre ses canines brillantes. Cela faisait longtemps qu'elle n'avaient pas plonger dans une gorge chaude, et il était maintenant évident que Sacha y aurait droit. Après tout, elle était là pour satisfaire ses désirs, sans qu'il n'ait besoin de tenir compte de ceux de son chaton. Mais cette nuit, la sentir tressaillir et dénigré ses attentions, alors que chacun de ses signes vitaux témoignaient du contraire commençait à exciter sérieusement le vampire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chambre de Vasco Abaddon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chambre de Vasco Abaddon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» La Chambre Basse veut voler au secours de la population et renvoyer Alexis
» A PLATEFORME ALTERNATIVE SEMBLE EMPÊCHER L'INITE DE CONTROLER LA CHAMBRE BASSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires :: Chambre de Vasco-
Sauter vers: