J'ai quitté ce monde et je suis revenu transformé
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Mer 11 Juin - 16:58

[PV : Cyllène]
[Depuis le Planétarium.]


Le trajet ne fut pas très long dans les sombres labyrinthes des passages secrets. Le Commandant avait choisi le chamin le plus court pour se rendre chez lui et ne pas épprouver la jeune fille davantage. La petite durée du trajet et l'atmosphère feutrée, austère et oppressante des passages ne leurs laissèrent pas le temps d'une grande conversation. Le vampire et la jeune fille avançait main dans la main, la grande main tristement froide guidant sa congénère douce et chaude au travers des ténèbres qui lui était si familières. Maintenant qu'il y pensait, le commandant passait très peu souvent par les chemins "normaux" pour se rendre d'un endroit à l'autre dans le palais et en dehors. C'était plus par soucis d'efficacité que pour le plaisir de surgir dans la surprise totale. Même si il fallait l'avouer, il y avait parfois un peu de cela...

Tout à coup, il s'arrêta net. Le couloir allait tout droit sans discontinuer.C'était assez étrange pourtant le vampire se tourna vers Cyllène et dit :

- "Nous sommes arrivés..."

Il porta sa main sur une pierre circulaire à sa gauche qu'il tourna dans plusieur sens différents et un pan du mur de droite s'ouvrit. Invitant la jeune demoiselle à le suivre, il s'egouffra dans l'ouverture qui ne tarda pas à se refermer derrière les deux individus.

L'endroit dans lequel ils venait de déboucher, n'était rien de moins que la suite du ténébreux chef de l'ordre des gardiens. Ils étaient dans ce que l'on pouvait nommer la salle de travail. La lumière s'aluma rapidement. Cet apparition soudaine dévoila les traits d'une pièce étrange partagée entre folie artistique et la solenité d'une église. Il était sans doute hautement probable que le commandant se soit servit de ses dons pour modifier les lieux à sa convenance. Vu le résultat, cela avait dut demander des nuits entières de travail, même pour lui... Les couleurs de cette pièce étaient bien évidement en majorité bleu, noir, mais cela ne l'empêchait pas d'être très claire pour autant.
Les murs et le sol étaient d'un marbre "bleu", que le vampire avait sans doute modifié à partir d'un marbre blanc... Le sol avait été récouvert d'un tapis léger, pour réchauffer un peu la pièce. Au centre, des nombreux motifs de cet excelent ouvrage de tapissier, était tressé une représentation de l'emblème arachnide du commandant. Pour on ne sait qu'elle raison, cette chose semblait vivante si on lui jettait qu'un regard furtif. En regardant plus attentivement on n'y verrait sans doute qu'une remarquable illusion d'optique... Entre les bibliothèques se trouvaient des fresques abstraites crées à même le mur qui s'entremélaient comme des flammes bleues sombres.
Le mobilier était d'un bois obscur, limite noir. Il y avait de nombreuses bibliothèques et des meubles de salons, tel qu'un canapé et deux fauteuils de cuir, assortis d'une charmante table basse aux tons similaires... Le fond de la pièce semblait dédié au travail avec un bureau finement ouvragé.
Il y avait 3 portes d'ébène sculptées et 1 grande double-porte qui devait être l'entrée principale de ce lieu étrange. Les autres étant fermé, on ne savait pas où elle pouvait bien donner.

- "Bienvenue dans l'antre de l'horrible monstre que que je suis, jeune demoiselle. J'espère que la décoration ne t'effrayera pas. lâcha ironiquement le vampire.

Il conduit Cyllène vers le canapé de cuir sombre et lâcha la main de l'humaine, afin qu'elle puisse prendre le loisir de s'asseoir.

- "Installe toi... Je vais aller chercher de quoi soigner ces blessures, et de quoi te mettre un peu plus en valeur... Si tu as faim je dois aussi avoir quelques petites choses à manger." proposa t'il aussi joyeusement que possible. Il espérait que la jeunne fille ne soit pas trop effrayée à l'idée de suivre un vampire dans son "antre".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Cyllène
.::. Humain .::.
.::. Humain .::.
avatar

Nombre de messages : 90
[F]onction : esclave
[S]tatut : humain
Date d'inscription : 24/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Esclave de Sélène Van Kerman
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: n   Sam 14 Juin - 23:32

Le moment qui avait separait le depart du théatre à l'arrivée dans la suite avait était pour le moins silencieux...Ils avaients arpenter toutes sortes de chemin, qui ne semblaient pas prédéfinis et le commandant avait avec brio amorcer des route sures dans les entrailles du palais...A present, la jeune fille se trouvait face a l'intimité de Krieger...

Intimité, peut être pas a dire vrai...Non que la suite ne soit pas luxueuse, ou mal decorée, loin de la, mais les couleurs à dominantes froides avaient tendance à inquiéter les gens pluq qu'autre chose. Pourtant, en pénétrant dans la suite du chef des gardiens, l'esclave ne se sentit pas le moins du monde inquiète. Non, curieuse, elle observait cet endroit immense, bien loin de sa chambre de bonne dans la demeurre de sa maîtresse. Aussi, c'est un nouveua sourire qu'elle offrit à Kriger comme premiere reponse à ses interrogation...

" Je trouve cet endroit tres beau, commandant...Et je vous remercie de votre hospitalité...et de votre confiance pour me faire pénétrer dans un tel endroit"

Seul l'enorme Scorpion qui semblait vivant aurait pu impressionner Cyllène, mais respectueuse de son sauveur, la jeune fille n'en dit mot. A dire vrai, c'est le regard vivant que lançait la chose qui piqua la curiosité de la jeune fille...

" C'est tout a fait magnifique..."

Elle se laissa ensuite entrainer vers le canapé ou, docile, elle prit place en ecoutant attentivement les paroles de Krieger...

"Je doute qu'il y ait un monstre ici...Ou du moins je n'en vois aucun..."

Un monstre...C'etait hors propos...Bien sûr que Cyllène sentait poindre en elle une petite touche etrange qu'elle n'avait jusqu'alors jamais ressenti...Kriger...Ce vampire qu'elle trouvait charismatique, et qui était si gentil avec elle...et si impressionnant...Et si...charmant.

Cyllène rosit légèrement et se contenta de scruter l'interrieur pour masquer son gêne. Non...Elle n'avait absolument pas peur de se retrouver, en ces lieux seule, avec un vampire...De toute façon, qui la contraigne ou non, Cyllène savait qu'elle ne saurait se soustraire au desire du Scorpion.

Alors que Krieger disparut pour chercher ce qu'il avait dit, la jeune fille fit le tour de la pièce observant chaque détail avec attention : les marbrures des murs, le tapis qui jonchait le sol, les meubles ébènes...A chaque pas, l'esclave avait l'impression de se rapprocher du commandant.
Enfin, elle s'approcha du Scorpion et de ses yeux...Ils paraissaient si humains, si vivants que s'en était presque effrayant...Alors la jeune fille l'effleura de son doigt fin et un frisson la parcourut. Elle retourna s'assoir et ferma les yeux un instant. Dans l'obscurité de ses paupières, les yeux du scorpion de la tapisserie, images rapidement remplacée par l'image du commandant...Etait-ce un syndrome post traumatique? Cyllène ne savait pas et n'e avait cure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Ven 27 Juin - 18:37

[HRP: Désolé pour le temps.]

Le vampire s'éloigna d'un pas peu pressé et passa tout d'abord à la cuisine, histoire de revenir avec quelque chose à manger pour la jeune fille. Il ouvrit les placards. Les agents en mission chargés de "faire les courses" n'étaient pas encore revenu il n'avait pas beaucoup de nouriture humaine et mise à part du sang, il n'avait que de l'eau et de la vodka à boire. Il mis néanmois la main sur quelques fruits frais et sur de la salade de riz qu'il avait préparé lui même. Être gardien ne laissait pas beaucoup de temps pour se cuire un poulet... Il prit un plateau et y jetta presque les oranges, pommes rouges et les fraises qu'il avait trouvé. Il mis des couverts pour ne pas manger comme à l'âge des carvernes, ainsi qu'une carafe d'eau.

Il changea de pièce sans repasser par le salon et pris de quoi soigner les blessures de Cyllène, puis revint dans le vaste hall de sa chambre.

- "J'espère que je n'ai pas été trop long. " Dit-il joyeuxement. "J'espère que tu ne détestes pas les fruits... C'est assez frugal : Je n'ai pas beaucoup de provision, il faudra qu'on me rapporte un peau. " ajouta ensuite le commandant en jettant un oeil distrait vers son bureau sur lequel l'ordinateur contenait la liste des fournitures à faire parvenir à l'Islande.

Krieger s'avança vers le canapé, avec un plateau dans chaque main. Il les posa tout deux sur la table basse et s'assit. Celui qui contenait la nourriture étant devant Cyllène et celui des soins devant lui même.

- "Mais si tu peux suporter la torture d'avoir cette nourriture à portée du regard sans y toucher. Pour le moment, je vais soigner tes quelques blessures. Enfin du moins essayer..." Dit-il avec un sourire un peu gêné.

*Après tout j'ai une formation d'assassin à la base, pas de médecin...* Songea t'il le regard soudain habité par une lueur rêveuse.

Le vampire fantasma un instant sur toutes les connaissances qu'il aurait pu acquérir en plus de toutes celles qu'il avait déjà, s'il avait pris le temps de s'instruire au lieu de jouer sans cesse le meurtrier pour le compte des jumeaux. D'un autre côté, il n'y avait pas plus beau destin que celui de servir son pays et son peuple. Mais parfois le commandant avait comme une petite impression de gâchis qui s'insinuait malicieusement dans les méandres les plus certains de son esprit.

*"Docteur Krieger Garm Faust Scordard"... Mon surnom d'Horloger aurait un tout autre sens alors...Héhé...*

Il reconcentra son esprit sur sa jeune 'patiente' et perdu la lueur rêveuse qu'il avait eut à l'instant dans on regard. Il accrocha celui de Cyllène et demanda en souriant :

- "Alors où as-tu été blessée ma douce amie ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Cyllène
.::. Humain .::.
.::. Humain .::.
avatar

Nombre de messages : 90
[F]onction : esclave
[S]tatut : humain
Date d'inscription : 24/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Esclave de Sélène Van Kerman
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Mer 2 Juil - 11:47

Le commandant disparut un moment des yeux de la jeune fille, et lorsqu'il reapparut, il portait deux plateaux dont l'un regorgé de fruit, l'autre étant un plateau-secour. La vision du commandant en aurait fait sourire plus d'un mais Cyllène, bien qu'elle eut fortement comprit que sa place au sein des vampires été importante, ne réalisa pas le comic de la situation. C'est pourquoi elle ne scilla pas lorsqu'il arriva devant elle deposant les plateaux...

Elle n'avait pas très faim pour être honnete, en fait, elle se sentait particulièrement lasse, peut-être etait-ce du a ces efforts continuels qu'elle avait du faire pour echapper a son assaillant, ou peut-être etait-ce ceux qu'elle avait deployé pour arreter de regarder avec tant d'intensité le Scorpion...

Mais la n'etait pas la question...Elle pourrait donc sans problème resister a la tentation des fruits, cela dit il en était tout autre pour le regard de Krieger.
Alors qu'il deposer ses plateaux, la jeune fille regarda son corps bariolé de sequelles et equimoses. D'etranges traces, ici et la, et puis du sang séché, sur les bras les jambes...Des coupures ici et la...

" Je doute pouvoir vous faire l'inventaire de mes blessures, Monsieur Krieger, je semble en avoir sur tout le corps...On ne peut pas dire que c'etait un combat equitable..."

Elle se souvint alors des dents que son agresseur avait planté dans les rondeurs de sa poitrine , en déchirant sa robe, que le commandant avait réparé plus tot. Bien que la douleur soit grandeur, la jeune fille rougit mais n'en dit mot. Cependant, a cette reflexion, son coeur s'emballa en battant la chamade. Elle finit par detourner son regard de Scrodard, reposant ses yeux sur le scorpion hypnotique de la decoration...

Irrémédiablement attirée...

Puis elle lutta contre cette emprise pour deposer ses yeux d'azur de nouveau dans ceux du commandant, avec un sourire timide.

Alors qu'il s'approchait d'elle pour la soigner, Cyllène fut intimidée et ne bougeat pas...Elle repensa alors au vampire qui l'avait attaqué. Pourquoi avait-il fait cela? N'avait il pas d'esclave a torturé? N'avait - il pas été humain avant de devenir buveur de sang...

Et Krieger, quelle pouvait etre son histoire, il parraissait si froid, imposant et rude...Mais avec elle, il était tout le contraire et se montrait courtois serviable, et gentil...Quel homme avait-il pu être? Avait-il de la famille? Une femme peut-etre? Des femmes, il avait du en connaitre, et de toutes sortes, elles devaient etre splendides, comme celles que la jeune esclaves voyait sans cesse dans les couloirs avec leur toilettes soignées et leur cheveux coiffés avec finesse...

Dans sa ville, avant qu'elle ne vienne ici, la jeune fille était courtisée et on la disait particulièrement jolie, mais a côté de ces beautés froides, elle s'apparentait plus au vilain petit canard...

Krieger avait il une compagne aux dents et aux aspirations aussi aiguisées que lui?

Cyllène soupira, à quoi bon?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Lun 21 Juil - 4:05

[Hrp : Voili voilou !]

D'une main le vampire pris la petit bouteille qu'il avait mis sur le plateau et se servait un verre. L'étiquette affichait : "Cuvée de Garde - Château Van S. 2022". L'histoire de cette boisson remontait au temps de Martin l'Architecte, le second commandant historique de l'Ordre des gardiens. Voulant diversifier, l'organisation, celui avait créé les autres fonctions que celles des espions et des assassins. Il avait comme Krieger l'idée de bâtir une culture néo-islandaise pour sa race et d'alimenter le prestige international du pays. Il avait racheté un vignoble en France assorti d'un château pour produire du vin aux couleurs de l'Islande, mais il n'avait pas oublié ses congénères. La "cuvée de garde" était un mélange particulier d'alcool de sang O positif et de sang AB négatif. Les vampires appréciaient généralement ce liquide ocre au gout fruité, mais la plupart du stock étaient entre les mains des gardiens...

Le vampire regarda à nouveau son invitée. Les appartements du commandant, avec leurs allures à mis chemins entre la bibliothèque anglaise et le temple antique, ne lui avait pas fait peur...
Ses sens d'empathie lui indiquait que la jeune fille était néanmoins troublée, mais il ne pouvait pas encore en déterminer la cause. quand elle évoqua son "combat" contre le vampire, il eut un sourire un peu gêné et lui répondit :

- "Certains êtres, qu'ils soient humains ou ne le soient plus, ne prennent pas en considération la mesure de l'honneur comme une valeur importante. Pour ma part, si je puis m'exprimer ainsi, je verrais cela comme une injure à me faire à moi même que de me battre ou de torturer, gratuitement, une jeune fille pour le simple plaisir que cela pourrait procurer à mes sombres instincts. c'est vraiment regrettable que tu ais découvert la race des vampires par ce genre d'individus peu recommandables. J'espère que ta maîtresse réclamera réparation du préjudice..."

Il était difficile de savoir si le vampire parlait du préjudice physique de l'humaine, ou du préjudice matériel de la propriétaire qui s'était vue abimer son esclave. Cependant d'après le ton et la situation on pouvait supposer que la considération de la vie dépassait son habituel pragmatisme glacé. De même considérait-il de faire du mal aux femmes par pure galanterie ? Ou bien était-ce qu'ils considérait les humains comme des créatures inférieurs ? Cette dernière question trouvait d'autant plus facilement réponse, que le commandant faisait preuve de la même galanterie envers les femmes vampires...
Cyllène soupira. Le commandant essayait de la mettre à l'aise, mais son empathie l'informait toujours de ce trouble important. Le vampire l'interpréta comme une gêne par rapport à lui même. Il s'était rapproché tout près et avait saisit une compresse afin d'essuyer le visage de la jeune fille, mais il s'arrêta alors qu'il l'effleurait. Il retira doucement sa main sans lâcher la compresse et pour la première fois posa une question sans regarder directement la jeune fille, avec l'air vraiment embarrassé.

- "Pardonne moi je viens seulement d'y penser... Après ton incident, si tu éprouves de la gêne à ce qu'un homme touche de nouveau ta peau et que tu préfères que ce soit une femme qui s'occupe de toi au lieu de moi, je peux sans problème essayer de m'arranger. Ça ne pose que peu de problèmes..."

A dire vrai, le commandant n'aimait pas vraiment que des domestiques viennent chez lui alors qu'il avait de la musique, mais si Cyllène était mal à l'aise dans cette situation, il ne pouvait l'ignorer. Certes parce que ses sens le lui rappelaient sans cesse, mais également par respect pour sa souffrance...

- "Enfin, c'est comme tu préfères..."

*Le problème, le cas échéant, c'est qu'aucun de mes domestiques n'est médecin. Il faut dire que je n'en ai pas souvent besoin... Dans tous les cas je devrais rester à côté d'elle, alors qu'elle se fera soigner pour contrôler l'état des blessures, et déterminer si elles nécessitent des points de sutures...*

Il attendit la réponse de la jeune fille, parvenant à surmonter sa gêne pour fixer à nouveau son regard.

- "Ou bien si tu préfères te laver un peu avant, je n'ai pas de préférence sur la manière de procéder. Après nous choisirons de quoi te faire toute belle dans mon 'stock de tissus'."

Le "stock de tissus" était la penderie du commandant, dans laquelle il accumulait des tenues très diverses. Des affaires de tous les jours, des costumes de théâtre divers, et notament des habits féminins, car le théâtre amenait parfois à se travestir dans des rôles féminins. De plus le don de métamorphose lui évitait de faire des ajustements dans ces vêtements... De plus, les préférences assez larges du commandant en matières de sexualité obligeaient parfois un recours à certains effets un peu particuliers... Disons que bien plus encore que le don de modifier le réel, le don de métamorphose était pour lui une bénédiction. Mais cela n'avait pas vraiment de rapport dans la situation présente...

- "Assurément, nous y trouverons de quoi remplacer avantageusement ce qu'il reste de ta robe et en faire pâlir certaines..."

Il eut un petit rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Cyllène
.::. Humain .::.
.::. Humain .::.
avatar

Nombre de messages : 90
[F]onction : esclave
[S]tatut : humain
Date d'inscription : 24/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Esclave de Sélène Van Kerman
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: u   Dim 27 Juil - 12:54

Cyllène observa le gardien se servir un verre. C'etait etrange de ressentir une certaine tendresse pour ce vampire, alors que les autres repugnaient tant la jeune fille...
Le commandant se lança alors dans une serie de considerations sur l'honneur de certains, en opposition avec d'autres. Il etait clair que de tout evidence, le vampire qui avait attaqué Cyllène n'avait vu aucune objection a se jeter comme une bête sur elle. Fort heureusement, mis a part les blessures et quelques sequelles post traumatiques, Cyllène avait echappé a son assaillant, avec beaucoup de chance. Aussi, c'etait bien ce contraste entre le commandant et l'autre qui troublait la jeune esclave.

Puis Krieger voulut nettoyer les blessures de la française mais s'arreta net. Une fois de plus il fit preuve de galenterie en proposant a Cyllène de laisser faire quelqu'un d'autre. Alors sans ajouter mot, la jeune fille prit de ses mains frêles et chaudes le poignet du commandant, pour lui signifier qu'elle n'avait aucun problème, et ajouta d'une voix douce:

"J'ai eu une chance infinie en lui echappant, je n'ai pas peur des hommes, et vous êtes tout le contraire de cette bête. Vous êtes, Monsieur, le premier vampire a qui je pourrais confier ma vie sans hesitation...Ne lisez jamais en moi de peur a votre egard..."

L'esclave se tue alors que le vampire parla de reparation. L'espace d'un instant, Cyllène se dit que c'etait ainsi que le commandant la voyait, comme une chose, un objet...Mais un tel homme pouvait il la considerer ainsi alors qu'il s'inquietait qu'elle soit traumatisée? Paradoxe totalement improbable...

Alors elle lui sourit.

"Monsieur, vous etes si gentil avec moi..."

Mais elle n'acheva pas sa phrase. Et pour toute conclusion, elle detourna le regard...Apresent, elle savait qu'une partie d'elle appartiendrai au commandant, le voyait-elle comme un sauveur? Peut-etre, surement même...

Cyllène prit conscience soudain, que depuis qu'elle était en compagnie du vampire, elle avait été seule...Et cette solitude psychologique lui fit un bien fou...Soudain elle se sentait normale, et libre de ses mouvements, pouvant profiter pleinement des moments en compagnie du vampire. Pour rien au monde elle ne souhaitait quitter cette bulle, dans cet environnement studieux que formaient les appartements du commandant. Mais la realité rattrapa vite l'humaine : qu'etait-elle dans ce palais, sinon une servante, du betail, rien de plus, une petit chose fragile, qui veillira, se fanera et perdra de sa beauté...

De part son rang, ses attitudes et son pragmatisme, le commandant avait du enchainer les conquêtes, certainement d'autres vampires, a la peau blanche, glaciale, comme Sélène, avec leur parrures etincelantes, leur tenues chic et cheres et leur plastique irreprochable, le tout exacerbé a l'extreme par leur eternité. Face a cela, que representait Cyllène, sinon, une humaine en loque et blessée...

Jolie, l'avait-il seulement regarder vraiment? Non, Cyllène n'avait de place que parmis les souris, ici...Loin de tout, et surtout loin de Krieger...

Cette pensée lui fit de la peine, peut-etre avait-elle tord, et peut-etre qu'il la voyait autrement que comme un animal bléssé...Peut-être la voyait-il comme ce qu'elle était, une femme...

Ou peut-être pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Lun 28 Juil - 17:25

- "Et bien, je suis content que tu penses cela de moi et que tu puisses ainsi m'accorder ta confiance. Mais je ne sais pas si je suis la meilleure personne à laquelle tu puisses confier ta vie." dit-il tout modestement.

Ce qu'avait dit Cyllène semblait avoir du même coup dissipé ce trouble que le commandant ressentait en elle. Heureux de savoir qu'elle n'était pas effrayée par une créature que tous les standards humains auraient qualifiée de monstre et par le fait qu'il soit un homme, il raffermit sa prise sur sa compresse l'humidifia avec l'eau légèrement alcoolisée qu'il avait apportée.
De sa grande main blanche mais maintenant un peu plus chaude, il prit délicatement le petit bras de sa jeune invitée et commença doucement à en enlever le sang qui avait un peu commencé à sécher. La jeune fille avait une peau très délicate et semblant assez fine. C'était un vrai régal sous les doigts du commandant. Mais celui-ci se gardait bien d'avoir ce genre de pensées pour le moment, préférant se concentrer sur les soins qu'il prodiguait à Cyllène afin de ne pas lui faire mal.

- "S'il te plait douce Cyllène, ne m'appelle pas "Monsieur" comme ca tout le temps. Je te l'ai déjà dis nous sommes en privé, tu peux utiliser mon prénom... Je suis déjà bien assez vieux comme cela, même si cela ne parait sans doute pas en apparence..."

Il posa sa compresse et en pris une autre pour continuer son travail sur le pauvre bras meurtris de la jeune femme.

- "Bah, il faut être gentil avec les jolies fleurs, sinon elles ne peuvent jamais vraiment s'épanouir. Les jolies demoiselles c'est la même chose. Tout les hommes dignes de ce nom le savent."

Il se fit presque rire lui même d'adopter des raisonnements aussi simplistes. Il parvint à l'épaule, remonta jusqu'au cou mais ne vit pas de trace de morsures...

- "Ton agresseur n'a pas eut le temps de te mordre ?"

Pourtant généralement, les vampires aimaient mordre leurs victimes. Il était aussi vrai que certain préférait mordre d'autres endroits que le cou. Mais quand on voulait du sang, c'était l'un des meilleurs endroits. En réalité, le vampire n'avait même pas voulu boire. Il se serait amusé à ses dépends. Certains ignoraient vraiment tout de la simple éducation de base : Quand deux personnes jouent, la limite du jeu est celle du plaisir commun des deux joueurs. Si l'un commence à s'amuser, sans que l'autre y trouve du plaisir. Ce n'était plus un jeu.
Cette notion était pourtant évidente à comprendre... Le commandant devrait peut-être donner à cet homme d'opérette une brêve leçon de politesse concernant la conduite à tenir avec les filles, et sur le principe d'un jeu. Il doutait que le vampire soit plus forts que lui. Ceux qui étaient plus puissant que le commandant étaient plus raffinés ou ne serait interressé à elle que pour boire.

*Il faudra que je lui demande l'identité de son agresseur si jamais elle la connait...* Pensa le vampire.

Il continua encore un peu sur le cou et la nuque avant de passer sur la jambe droite de Cyllène : Il ne pouvait rester trop longtemps sur le coup, sans penser à ses veines qui vivaient sous sa peau et que cela ne lui donne des idées un peu trop entreprenantes... Après quelques secondes il se dit que son choix n'était peut-être pas le meilleur, mais il était trop tard ,pour en changer. Il supporta donc la vague d'idées croutillantes qui lui vint en tête...

Quand il eut presque fini le vampire demanda :

- "Où t'as t'il fait mal encore ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Cyllène
.::. Humain .::.
.::. Humain .::.
avatar

Nombre de messages : 90
[F]onction : esclave
[S]tatut : humain
Date d'inscription : 24/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Esclave de Sélène Van Kerman
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Lun 28 Juil - 20:24

Les mains froides du commandant font frissoner la jeune fille...Mais est-ce vraiment cela? Ou est-ce du au simple contact entre leur deux peaux et non a la température de chacune d'elles? Cyllène ne saurait le dire mais elle espere que le vampire ne l'a pas perçu.
Dans l'esprit de Cyllène, Krieger etait un homme plus qu'un vampire, il se comportait de maniere douce et galant, c'etait un homme charmant qui était loin des personnalité pretentieuse et hautaine que la jeune femme avait pu rencontrer avant lui. Cyllène osa se l'avouer, il etait certain que le commandant ne la laissait pas indifferente...Etait-il l'exception de la race ou etaient-ils plusieurs comme ca?

Cyllène ferma les yeux alors qu'il lui temponait du desinfectant sur sa chair lacérée. Il lui revela ensuite qu'il vallait mieux ne pas lui confier sa vie, ce qui etonna la jeune fille et l'inquiéta un peu. Que voulait-il dire par la? Allait-il la renvoyé chez elle, et ne plus jamais lui parler, comme s'il ne la connaissait pas? Cyllène en doutait, ou du moins elle esperait se tromper. Car comment ne plus voir celui qui lui avait sauver la vie?

Lorsque le commandant lui donna l'appelation de "douce Cyllène" l'esclave rosit legèrement, car un si petit detail qui aurait pu paraitre anodin pour quiconque, avait eu de l'importance pour elle. Elle lui sourit timidement.

"Je vais essayer, Krieger..."

C'etait etrange de l'appeler ainsi, mais c'etait aussi tres agréable. C'etait comme partagé un peu d'intimité, un peu de proximité avec le Scorpion. Alors qu'il continuait ses compliments, la comparant a une fleur par exemple, la jeune fille continua de rosir sans dire mot.

Enfin, le commandant posa la compresse sur son cou. Cyllène se demanda s'il pensait a la morde, a cet instant, s'il la voyait comme un jambon sur patte ou s'il ne voyait la que de la peau comme sur chaque etre humain. Cependant, elle prefera garder ses reflections pour elle, et fut interrompue par l'etrange question de Krieger.

"Je...J'ai..."

La francaise balbutia tandis qu'elle reflechissait et son sang ne fit qu'un tour...

"Oui. J'ai été mordue...Vais-je..."

Elle s'arreta de nouveau et se mordit la lèvre...

"Je vais devenir vampire?"

La belle n'avait plus pensé a cela depuis qu'elle avait rencontré Krieger; mais a ce moment la, elle devint livide.
Alors, de sa main fine, elle descendit légèrement son decolleté, revelant deux pointes ensanglantées...
D'une voix tremblante, elle ajouta :

"Il n'a eut que le temps de planter ses crocs...Je lui ai jeté de l'eau bénite, ca l'a brulé...Enfin les yeux surtout parceque c'est la que j'ai visé..."

Puis face a la stupidité de sa reflection, elle ajouta :

"C'etait pas que de l'eau bénite...C'est surtout de l'acide...Je me suis dit que si l'eau bénite avait eu un quelconque impacte sur les vampire, le gouvernement aurait probablement regler l'histoire...Mais se dire que Dieu y est pour quelque chose est reconfortant...D'ou le melange Acide/Eau bénite"

Elle eut un nouveau sourire géné, espérant ne pas avoir vexé ou bléssé le commandant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Lun 28 Juil - 21:52

Voyant que Cyllène palissait à l'idée qu'elle puisse elle aussi devenir un vampire, le commandant posa la main sur sa joue pour la rassurer.

- "Chut, rassure toi. Même si la non-vie t'irais certainement à merveille, l'éveil en tant que vampire suit une procédure assez particulière et complexe. Il n'y aucun risque que tu deviennes un vampire... Au moins suite à ce fâcheux épisode."

Quand la jeune fille dévoila sa poitrine, le commandant eut logiquement l'oeil attiré vers ses formes. Il s'attarda un peu plus qu'il ne l'aurait voulu avant de revenir vers les yeux de Cyllène. Diable que ces formes étaient désirables. Le commandant chassa très vite cette insidieuse pensée, mais il ne put s'empêcher de dire.

- "D'aucun auraient considéré qu'il eut été criminel pour ton tourmenteur d'abîmer un tel... Enchantement..."

*Elle va me prendre pour un débile...*

Le commandant, n'arrivant pas à masqué son air gêné, pris le son verre et le vida d'un trait, regagnant un peu de chaleur et de couleur et se demandant un instant s'il devait aussi tamponner cette partie là du corps de la jeune fille... Non mais oh ! Le vampire essaya de se détacher au maximum de ce qu'il avait vu. Ce n'était pas vraiment facile, il y parvint assez difficilement. Puis revint sur ce qu'il avait dit précédemment.

- "Non vraiment je ne pense pas qu'il y ait de risque de contamination..."

Les paroles de Cyllène qui suivirent, furent comme une bénédiction pour l'esprit échauffé du commandant. Au moins il avait autre chose à penser. Eau bénite et acide ? Un bon coctail, sauf que l'eau bénite, comme tout autre objet saint, n'était d'aucun secours en matière de vampires. Ces derniers, pour le commandant étaient la race destinée à prendre la place de Dieu. Cette insensibilité au sacré venait confirmer cette idée mégalomane du commandant...

D'ailleurs, même Cyllène ne semblait croire qu'à moitié dans une action protectrice de Dieu. Le vampire décida de ne pas briser totalement ces illusions.

- "Je ne sais pas vraiment si moi et ceux de ma race sommes approuvés par Dieu." reconnut-il faisant une nouvelle fois, preuve de modestie. "Ce que je sais en revanche, c'est que le gouvernement ici en Islande, c'est nous..."

il n'avait pas énoncé cela de manière dramatique, ni même voulu effrayer la jeune fille. Il n'avait fait qu'énoncer ce qui était pour lui un fait immuable et purement véridique.

- "Rassurez vous vous ne m'avez pas blessé." ajouta t'il sentant le sentiment de Cyllène et avant d'admettre :

- "Il est vrai que je suis parfois un peu trop fier d'être ce que je suis..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Cyllène
.::. Humain .::.
.::. Humain .::.
avatar

Nombre de messages : 90
[F]onction : esclave
[S]tatut : humain
Date d'inscription : 24/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Esclave de Sélène Van Kerman
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Lun 28 Juil - 23:43

La belle eut un soupire de soulagement...Mais aux paroles du commandant, elle fut contrainte de se poser la question...Si le processus avait été executé et qu'elle avait été transformée, aurait elle été comme les autres? Ses poupees a la peau de nacre, comme les poupon de porcelaine, aux formes parfaites, aux canines exagérément longues, aux yeux brulants? Elle serait alors figée dans ses dix huit ans...Elle serait éternellement belle, mais...N'est-ce pas leur beauté froide qui fait des vampirettes des femmes sur d'elles et hautaines? Cyllène ne voulait pas devenir une pimbêche...Elle ne voulait pas avoir la peau froide ni des canines acérées...Mais elle ne voulait plus non plus être esclave, ni avoir peur de fouler le sol des couloirs du palais sous peine de se faire attaquer...Elle ne voulait pas non plus etre vue comme un jambon a patte...Elle voulait que Krieger la voit elle, telle qu'elle était: jeune, vivante, souriante...

Mais une autre pensée lui vint à l'esprit. C'est une conversation entre esclave dont elle se souvenait...Elle etait partie en cuisine pour trouver une collation pour sa "maitresse". Lorsqu'elle était entrée, il y avait un petit groupe attroupé qui discutait. En apparaissant, Cyllène fit taire les ragottage du moment et l'une des femmes la hâla.

"Tiens voila la nouvelle...Alors on vient pour un encas?Ton maître aurait il epuisé toute ton energie?
-Tais-toi idiote, tu ne sais pas qu'elle est l'esclave de la Dame de Glace..., la coupa une autre. Dommage pour toi, mon chou, tu ne sais pas ce que tu loupes, mieux que le meilleur des amants...Une petite morsure et là...L'extase...
- Ouai bah parle pour toi. Moi a chaque morsure c'est pire qu'une torture. Tu dois être maso pour aimer ce genre de chose...Violence, brutalité, ca fait un mal de chien..."

Ainsi avait continué leur babillage alors que la jeune fille avait quitté la pièce. L'une assuré que la morsure de son maitre la rendait dingue alors que l'autre disait le contraire. Etait-ce le fin d'une question de gout? Cyllène n'avait elle ressentit ni l'un ni l'autre. Les canines l'avaient piqué comme deux aiguilles et si-tôt elle avait sorti son vaporisateur d'eau bénite trafiquée...Elle ne s'etait pour ainsi dire pas faite mordre...

Aussi, c'est tout naturellement qu'elle decida d'en parler a Krieger...

" Monsieur,euh...Enfin je veux dire Krieger, j'ai une question etrange qui me vient a l'esprit...Se faire mordre, je veux dire, volontairement et sans avoir pour but de tuer, ca fait quoi a la victime? Je veux dire, est-ce ca lui fait du mal, ou du bien?"

Alors que Cyllène acheva sa question elle remarqua le regard alangui du commandant et eut un sourire discret. Aussi rougit-elle de nouveau, a la fois au dires du commandant qu'a ses pensées peu catholiques...

"J'ai une autre question plus...Complexe."

La belle se racla la gorge.

"Vampires et Humains peuvent-ils avoir des relations autres que la relation de Maitres-Esclave? J'entends aussi bien relationnelles que..."

Cyllène rougit.

"...Plus intimes..."

Nouvelle pose.

"Comment la chose est-elle accepter en ce cas, de part et d'autre de la population en Island?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Jeu 31 Juil - 6:16

La belle Cyllène venait d'amener une question intéressante sur le tapis de la conversation : Quelle était la sensation qu'éprouvait une victime lors de sa morsure. Le vampire se passa la main dans les cheveux et son visage se mua en une expression de réflexion qui dura quelques instants avant de laisser la place à un nouveau sourire gêné.

- "Je suis sans doute un peu mal placé pour répondre à cette question. Le destin m'a retiré le bonheur de conserver plus que de vagues souvenirs de mon existence humaine, et de la morsure précédent la métamorphose l'ayant vu s'achevé. Quand j'y repense, je ne ressent qu'une douleur atroce comme si l'on m'avait arraché une partie de moi-même par cet acte..."

Krieger regretta un instant de s'être confié à ce point à la jeune fille. Cependant, cela disparut presque aussi vite que c'était arrivé : Celui lui faisait en quelque sorte du bien de pouvoir en parler à quelqu'un.

- "Pour en revenir à ta question, je pense que la sensation dépend de nombreux facteurs. Par exemple, la puissance du vampire. La personne qui m'a éveillé à la vie vampirique était particulièrement puissante, puisqu'elle était de la seconde génération... Mais cela ne peut se résumer à des critères aussi objectifs... J'ai été mordu dans d'autres contextes, avec d'autres intentions par des vampires parfois tout aussi puissants et cela m'a procuré plus de plaisir que de douleur.
A dire vrai je pense que dans un contexte un peu ambiguë si le vampire sait éveiller en toi le désir d'être mordu par lui, le plaisir sera tel qu'il en submergera ta douleur...
"

Le commandant avait dit cela sans y ajouter de ton suave et séducteur. Il ne voulait pas la convaincre que se faire mordre était une bonne chose, mais il souhaitait que cette première expérience désagréable de la morsure ne soit pas un obstacle si jamais on lui proposait un jour de devenir vampire, ou qu'un vampire souhaite lui faire partager son lit. Ce raisonnement amena une drôle de question dans l'esprit du vampire : La dame de glace avait-elle des préférences pour la gente féminine ? C'était à coup sur une facette de sa personnalité dont le commandant ignorait tout. Ne trouvant pas de réponse, il abandonna cette interrogations, qu'il rangea dans un coin de son crâne pour plus tard.

Il reporta son attention sur sa jeune invitée. Il la vit rougir. C'était tout à fait charmant. Le vampire regrettait d'avoir perdu cette facultée avec sa vie d'humain. D'un autre côté, cela l'aurait trahi et Cyllène aurait deviné ses pensées, si cela n'était pas déjà fait. Elle avait du remarquer ses yeux et ses petites gênes tout au long de la conversation. Une jeune fille aussi jolie qu'elle devait avoir l'habitude de plaire lorsqu'elle était encore en France. Discerner ce genre d'attirance chez ceux du sexe opposé ne devait plus réellement lui poser de problème.

Elle annonça alors, une seconde question plus complexe que la première. Le commandant se dit que ce n'était pas un bon terme. 'sensible' aurait sans doute mieux convenu, vu l'embarras que semblait ressentir son invitée. Il ne dit rien et la laissa aller jusqu'au bout sans l'interrompre. Elle était vraiment mignonne quand elle rougissait, mais le souvenir de Maya, qu'il avait très récemment perdu, refit surface dans l'esprit du vampire, le refroidissant un peu alors qu'il se lançait dans une nouvelle petite explication.

- "Eh bien, les relations entre les individus de ces deux races opposées peuvent être multiples et de diverses natures. Toutefois elle ne sont pas aussi nombreuses sur le plan juridique, mise à part la relation maître/esclave, l'Islande n'est pas très novatrice en la matière. Ces relations sont souvent des extensions d'une relation maître/esclave existante... Mais il n'est pas rare que certains vampires partagent certaines choses avec les esclaves de leurs amis... Les sentiments ne sont pas exclu : Notre cher souverain, Rociel, s'est bien lié profondément avec son humain... Le principe n'est pas exclu, même si certains râlent un peu quand au degrés de perversions de certains de ses liens, personne ne s'y oppose furieusement. Après tout les vampires furent humains, même si certains en sont maintenant loin..."

Et alors advint la question fatale que le commandant posa le plus naturellement du monde :

- "Pourquoi me demande tu cela ? Il y a un vampire qui t'interresse ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Cyllène
.::. Humain .::.
.::. Humain .::.
avatar

Nombre de messages : 90
[F]onction : esclave
[S]tatut : humain
Date d'inscription : 24/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Esclave de Sélène Van Kerman
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Jeu 14 Aoû - 20:10

Un vent glacial sembla s'abbattre plus largement dans la pièce, bien que Cyllène fut persuadée qu'elle seule le ressentait. Les questions toutes plus ou moins en relation les unes avec les autres avaient en quelques sortes vendu l'esclave a son insu. Cependant, dans un premier temps, Krieger se contenta de repondre simplement, le plus posément du monde a chacune d'entre elles.

Aussi, la française appris avec exactitude que les ressentis du a une morsure était plus de circonstances que de piliers commun a l'humanité, de sorte que chacun pouvait ressentir a la fois du plaisir que de la douleur...Il ne fut pas long avant que la jeune fille ne se demanda quels impacts une morsure aurait sur sa propre personne, aussi se plongea-t-elle un moment dans le silence pour se pencher sur la question. Mais la encore, la reponse du commandant eut tôt fait de couper court a ses lucubrations.

Le scorpion parla de ses propres excperiences ce qui rechauffa le coeur de Cyllène qui decouvrit une nouvelle facette de la personnalité du commandant, un visage plus simple, plus humain. Sans doute que s'il n'etait devenu eternel, la jeune fille ne l'aurait connut. Elle se prit a l'imaginer tel qu'il avait dut être, lorsque le sang et la vie coulaient encore naturellement en lui. Avait il une famille, des amis, qui avait pu l'aracher a toute sa vie, si cruellement? Etait-ce peut-etre de son fait, volonté propre, d'un desir brûlant ardent?

Avait-il une compagne, la-bas, l'avait-il modu? L'avait il remplacée en Island? Les questions se bousculaient dans l'esprit de Cyllène sans qu'elle n'osa les poser...Elle ne dit mot donc et continua d'écouter le commandant.

Ce dernier en vint aux relations entre les deux races. Le souverain de l'île lui même avait une liaison complexe avc son humain personnel. Il ne semblait pas choquant que de tels liens exitent.

Alors, le commandant posa une question redoutable a laquelle Cyllène n'osa repondre. Ainsi elle posa une nouvelle question a Krieger:

"Pourquoi ce scorpion trône-t-il dans vos apartements? Il semble si vivant..."

La bête semblait enchanter la belle mais moins encore que son maître...Mais pourrait-elle lui reveler?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Jeu 28 Aoû - 15:54

Le vampire se tourna vers le tapis, tout en faisant mine de d'avoir oublié la question mortelle à laquelle Cyllène en avait substitué une autre. Le commandant n'avait pas pris cela pour une offense. Non, simplement comme le fait qu'il avait sans doute posé une question trop personnelle à la jeune fille. Il crut bon de ne pas insister dans cette voie là.
A la nouvelle question de la jeune fille, il lâcha un petit soupir.

- "J'ai bien peur qu'au fil de tes questions tu finisses par tout connaître de moi..."

Il prit une profonde inspiration et raconta sobrement :

- "Je n'ai pas toujours été le noble comandant chargé du bon fonctionnement de l'île... Même si j'ai été l'un des premiers de ma génération à naître, je ne suis en réalité que le 3ème dirigeant historique de l'ordre..."

*Et également celui qui sera sans aucun doute demeuré le plus longtemps à ce poste...*

- "Avant ces temps de gloire, j'ai commencé ma carrière au service des vampires dans la moins noble profession d'assassin. J'aime à penser que mes sombres exploits de ce temps m'avaient valu le surnom de "scorpion" dans l'ordre puis sur la scène publique, encore que le scorpion est d'ailleurs le symbole de ma famille.. Depuis c'est surtout un surnom que l'on utilise dans mon dos... Ce motif est là pour rappeler à tout le monde, que non seulement je suis au courant, mais que c'est également un surnom que j'apprécie un peu."

Le commandant bu à nouveau du sombre liquide que contenait son verre avant d'ajouter.

- "On m'appelle aussi l'Horloger pour des raisons que cette fois-ci j'ignore, mais ce surnom me plait moins. Il incarne plus le masque de froideur dont je m'habille pour exercer mon métier. Il ne me définit pas vraiment sauf pour les individus trop superficiel."

Il y avait néanmoins certaines composantes de ce surnom qui étaient justifiées mais cela le commandant ne se l'avouerait sans doute jamais.

- "Pour en revenir au tapis, une commande spéciale faite à un artisan venicien que j'ai légérement ...'modifiée'... par la suite pour donner cette impression qu'il vit et sonde l'âme de ceux qui le regardent... En un sens, on pourrait dire ainsi qu'il fait presque un peu peur. Je suis assez content du résultat, cela m'a demandé trois jours de travail, même avec mes possibilités..."

Une nouvelle gorgée accompagna la fin de sa phrase. Laissant le soin à son interlocutrice d'assimiler cette nouvelle information. Le vampire se demanda quels éléments la jeune curieuse voudrait encore connaître de cet endroit ou de son propriétaire. Ce dernier, laisa également allez son désir d'informations et demanda dans la lignée du précédent sujet :

- "Qu'en penses-tu ? Tu t'interresses un peu aux arts, toi aussi ?"

Pour un Rociélite il s'agissait là d'un l'euphémisme presque grossier. Comme tout les vieux vampires de sa lignée, il aurait été presque insurmontable pour le commandant d'avoir une vie qui soit dépourvue d'art ou de quelque chose de créatif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Cyllène
.::. Humain .::.
.::. Humain .::.
avatar

Nombre de messages : 90
[F]onction : esclave
[S]tatut : humain
Date d'inscription : 24/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Esclave de Sélène Van Kerman
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Mar 30 Sep - 20:54

Un frisson parcourut l'echine de Cyllène...Si au premier abord, cette tapisserie l'avait fascinée, il était indeniable, qu'apresent, elle lui faisait peur...Sans doute les paroles de Krieger y étaient pour quelque chose...La jeune fille soupira...Elle ressentait une forte attirance pour le commandant mais elle commencait a douter sur le bien fonder de ces sentiments...Etait-ce du au fait qui lui ait sauver la vie, quelle ne connaissait personne en islande, a son charisme fort et transcendant? Toutes ces raisons expliquaient pourquoi cette jeune francaise s'etait amouraché de ce vampire, elle qui 'avait jamais ressentit le moindre interet vers un homme, quelque soit sa nature.Elle se racla la gorge et detourna son regard de la tapîsserie devenue effrayante...Pour se faire, elle clot ses yeux et tenta de se ressaisir, reflechir peut-etre, ou en tout cas echapper a l'emprise certainement insoupçonnée par le principal interréssé avant qu'elle ne puisse plus se controler.

Nouveau frisson, nouvelle tentative d'echapatoire, mais a quoi bon. Son ressentit était un veritable paradoxe en soi...Elle voulait le fuir mais aspirer ardement a se blotir contre lui. Elle jugea bon cependant de s'interdir de penser a ce genre de choses : elle n'etait pas la depuis peu, mais elle avait vite appris que, sauf exception, il était rare qu'un vampire, de haute lignée de surcroît, ait un soupçon d'attention pour une humaine, esclave en prime. Il etait clair que chez Krieger, il devait subsister un sentiments de bonté que l'on attribue volontier a un animal bléssé et abandonné sur le bas coté...Un lapin, un furet ou un chat...

C'est sur cette reflexion qu'intervint la question sur l'art. Pour toute reponse, Cyllène hocha la tête...Mais au bout d'un moment, il fallut qu'ell complète:

"J'ai suivi des etude d'art pendant longtemps en option...Mon pere voulait qu'on ait des capacité et des connaissance sur tout...Pour ce que ca a changé...J'ai donc etudié et visité tous les plus belles du monde, autant ancien que contemporain...J'ai fait a plusieurs reprise des stage de bénévolat a la restauration de tableaux, au Louvre...Ce travail etait aussi minutieux que interressant, j'ai d'ailleurs fait mes serniers jours avant..."

La jeune fille s'arreta...Avant quoi? De devenir esclave dans un monde ou tout changé? Ou l'homme avait trouvé un maitre...Non qu'elle ait quelques aspirations resistantes - a quoi servent une poignées d'idiots humains contre des predateurs de nuit? - cependant sa condition la frustrer...Elle voulait les haïr pour la vie pittoyable qu'ils lui offrait, mais en plongeant son regard dans celui de Krieger, la francaise ne pu pas ce resoudre a un sentiment de haine...Ils sont tous differents lui avait-il affirmé...Peut-etre...

Cyllène se leva lentement...Elle passa a coté de Krieger et le froler alors que son regard faisait le tour de la pièce...Son contact froid réitéra un nouveau frisson - de froid? de douceur?- et elle humecta ses lèvres nerveusement et sourit distraitement...A quoi bon, l'espoir fait vivre mais si l'on sait qu'il est improbable?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Ven 14 Nov - 3:38

Comment interpréter la déferlante d'émotions qui saisissait l'humaine ? Le commandant avait du mal. Il ne se souvenait plus de ce que cela faisait d'être humain. Les vampires étaient plus facile à déchiffrer. Plus mécaniques. Que cela soit un lilianite ou un rociélite, la vérité était la même pour tous, il n'y avait pas d'être complexes chez les vampires. Ils étaient tous l'incarnation parfaite des principes divins de destruction et de création, ainsi parfois que de décrépitude. Les jeunes humains en un sens étaient plus complexes. Ils laissaient leurs émotions, ils ne les comprenait pas sous l'angle de vue froid et circonspect du commandant.
Ce dernier submergé dans son crane par les émotions contradictoires de la jeune fille ne savait plus trop où donner réellement de la tête.

*Haine... Espoir... Désespoir... Perte de repères... Nervosité... Impression de calme...*

Que d'éléments contradictoires il y avait là à combiner pour le vampire qui lassait son empathie scruter la jeune fille. Il aurait du museler ce sens, pourtant parfois si utile. Il était en train de lui donner mal au crâne...

Il n'en ajouta pas plus au sujet des arts de peur, de troubler à nouveau Cyllène qui se tenait maintenant en face de lui.

- "Assez remué de récents et de vieux souvenirs pour ce soir. Viens avec moi."

Le monstre qu'était le vampire attrapa délicatement la main de la jeune fille et l'entraina doucement vers l'une des portes de la suite. Maintenant qu'il avait bu, son corps devait avoir retrouvé sa chaleur "humaine". Celui de Cyllène avait l'air toujours aussi chaud et doux. Il ouvrit délicatement la porte qui dévoila le marbre noir d'une salle de bain d'assez bonne taille sans pour autant être trop vaste, ornée de lavabos aux robinets dorés, d'une grande baignoire jacuzzi et d'un grand mirroir. Galant, il s'écarta naturellement de la porte pour laisser Cyllène entrer la première et entra à sa suite. La pièce avait deux portes, l'une donnant sur le salon, par laquelle ils étaient entrés et l'autre donnant sur un endroit encore mystérieux. Le commandant fine mine de se diriger vers celle-ci, toutefois, il s'arrêta en chemin et se tourna va sa charmante invitée.

- "Fais toi un brun de toilette si tu le souhaite, et après passe cette porte. Alors, nous chercherons dans mes affaires de quoi remplacer cette pauvre petite robe."

Bizarrement, le commandant avait l'air certain qu'ils trouveraient quelque chose. Il avait bravement résisté à sa pulsion première qui aurait été de lui proposer gentiment de lui savonner le dos au cours d'un bon bain, et, réprimant la sensation d'un frisson, avait opté pour la laisser se charger elle-même de cela. Ce qui lui permettrait sans doute de souffler un peu et d'avoir un moment répis. Car si l'horloger avait bien raisonné, la pauvre n'avait pas eut de repos depuis que sa fuite avait cessée. Qu'elle utilise cet instant pour souffler un peu ! Krieger attendrait à la prochaine étape des festivités : Le "shopping".
Il se retourna, saisit la poignée, ouvrit la porte et disparut dans la pièce après la porte laquelle étaient entièrement masquée par les ombres qu'elle recelait. Il referma doucement la porte et laissa Cyllène seule face au miroir dans lequel il n'était jamais apparu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Cyllène
.::. Humain .::.
.::. Humain .::.
avatar

Nombre de messages : 90
[F]onction : esclave
[S]tatut : humain
Date d'inscription : 24/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Esclave de Sélène Van Kerman
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Ven 30 Jan - 2:46

Cyllène le laissa se saisir de sa main et son contact fut moins froid qu'il ne l'avait été...Elle le suivit sans opposer de resistance, son coeur battant la chamade dans sa poitrine. Bizarrement, elle se sentait en securité avec lui, elle savait qu'il ne lui ferait pas de mal, il en avait eu l'occasion et n'avait pas semblé voir en elle un repas potentiel. Aussi elle se laissa submerger par l'odeur de propre qui caracterise une salle de bain. La jeune fille detailla alors la pièce dans laquelle elle se trouvait : les miroirs, du marbre...Elle ne se souvenait même plus de la dernière fois qu'elle avait pu faire un brin de lavement, du moins dans cette vie, elle qui avait toujours été si propre et soigneuse d'elle même.
Aux paroles du commandant, la jeune fille entrevit une image d'elle en costume d'homme trois fois trop grand, et elle ne pu s'empecher de sourire. Mais elle plaqua rapidement sa main sur sa bouche de peur que le comandant e s'offusque de ce geste qu'il prendrait pour lui.

Alors sans un bruit, Krieger se dirigea vers une porte et laissa Cyllène seule avec ses pensées. La jeune fille respira calmement. La disparition de Krieger l'inquiétait mais il était necessaire qu'elle se retrouve seule avec ses pensées. Elle ferma les yeux un instant pour retrouver son calme et aprehender la situation : elle ne semblait pas choquée etant donné que rien ne s'etait vraiment passé...

Apres une profonde inspiration, elle decida de se defaire de sa loque qui tomba a terre. Elle regarda son reflet dans le miroir et decouvrit une jeune fille a l'allure triste. Certes elle n'avait pas de formes aussi généreuses que les poupées en porcelaines qu'elle avait croisé jusque là et ses yeux étaient cernés, mais elle gardait un certain charme, peut-etre du a sa nudité ou a la magie dont lui avait fait grâce Krieger...Pour s'assurer qu'il s'agissait bien d'elle, la demoiselle carressa les deux points, marque vampirique dans son cou, puis elle descendit jusqu'a sa poitrine et d'arreta à son nombril. Un instant, elle imagina Krieger regardant par une serrure qui n'existait même pas...L'imaginer si devergondé avait quelque chose de drôle pour ce personnage si charismatique.

Cyllène arreta l'eau qui allait deborder et monta dans la baignoire, au contact du liquide, la jeune fille poussa un gemissement discret de ravissement...Puis elle plongeat sa tête dans l'eau, s'imergeant totalement, laissant flotter ses longs cheveux a la surface. Soudain, plus rien ne semblait exister, sauf les images de Krieger qui s'imposaient à elle, et des pensées associées et secretes qui l'auraient fait à nouveau rougir....Elle sortit sa tête de l'eau et se savona, profitant pleinement des essences qui emanaient du produit.Finalement elle se rinça, gouttant une dernière fois aux joies du bain pu sortit. Depuis combien de temps etait-elle la? Soudainement les craintes l'avaient quitté, elle n'avait plus peur et se sentait seraine, sure d'elle...

Elle ne pu s'empecher de se regarder a nouveau dans le miroir...Son reflet avait subtilement changé, la rendant rayonnant, sexy même dans cette tenue d'Eve...Elle eut un sourire satisfait et se saisit d'une serviette courte qu'elle enroula autour de sa poitrine, et qui ne couvrait son corps que jusqu'au haut de ses cuisses. Puis elle se dirigea vers la porte qu'elle ouvrit.

Le spectacle qui s'offrit a Krieger fut la jeune femme dans l'entrebaillement de la porte, les jambes croisées et les gouttes d'eau roulant sur sa peau, redessinant ses formes cachées que la courte serviette laisser devinées...



(Alors ???? Very Happy Ne sois pas trop dur, ca fait longtemps que ej n'ai pas poster...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Dim 1 Fév - 3:08

La pièce où nos deux protagonistes avaient tout deux pénétré était sans doute l'une des plus étranges de la suite de Krieger : Sa garde-robe. Sa vie d'assassin faite d'infiltration et de coups en douce l'avait forcé à adopter un jeu de masques très affuté grâce à son don de métamorphose. Cette tendance qui l'avait amené à constituer un stock important de vêtements divers lequel était intégralement contenu dans ce petit lieu, n'avait pas diminuée depuis sa promotion en tant que commandant de l'Ordre des Gardiens...

En vérité nul n'aurait pu prévoir la finalité de cette pièce au premier coup d'oeil : La pièce n'avait pas de placard au sens commun du terme, toutes les penderies étaient cachées dans les murs et se comportaient comme des grands tiroirs. C'était une pièce chaude à la lumière tamisée, entièrement faite de boiserie délicatement vernie. Son agencement et sa décoration tranchaient vraiment avec la première impression qu'offrait le hall/bureau de la suite. Si ce dernier semblait montrer un visage qui était plus celui de la fonction, des exploits et de la réputation de son propriétaire, on était maintenant dans un cadre bien plus personnel, intime. Car même si l'ensemble des lieux était relativement dépourvus d'objets superflus, l'ambiance feutrée qui revêtait les lieux inspirait le calme doux et la chaleur à l'image des braises dans la cheminée qui se trouvait derrière le commandant tout au fond de la pièce. On est était loin de la majestueuse froidure et de la solennité qu'inspirait le hall du scorpion.

Un peu après le centre de la garde-robe se trouvait un grand pouf rigide de forme rectangulaire sur lequel le commandant attendait patiemment la jeune fille. Il avait versé de quoi boire dans deux flutes posée sur une petite table basse à côté.

Lorsque la porte s'ouvrit enfin, le vampire fut légèrement surpris par le superbe spectacle qui s'offrit à lui. Pour tout dire, il n'aurait pas pensé que Cyllène viendrait seulement avec une serviette, vu qu'il y avait des peignoirs de disponibles dans la salle de bain. Mais il faut dire qu'il n'allait pas se plaindre et que la perspective de le faire ne lui était même pas venu à l'esprit. Il lui fallut faire preuve d'une concentration extrême pour ne pas rester lui retirer cette serviette du regard. D'autant que dans un moment d'égarement, il aurait pu s'oublier et la faire glisser inconsciemment du corps de Cyllène, que le vampire jugeait magnifique de là où il était. Sélène avait vraiment bon goût. Si les choses continuaient ainsi, le commandant risquait à terme de l'inviter souvent chez lui. Il se leva du divan sombre et se dirigea vers son invitée, en ayant du mal il est vrai à ne regarder tout le temps que ses yeux. Heureusement la pénombre l'aidait à dissimuler au moins partiellement, cet intérêt croissant pour le corps de l'humaine.

- "Le bain était bon ?" Demanda t'il.

S'approchant d'elle d'un pas lent, savourant cette apparition de jeunesse et beauté, pleine de promesse, il ne put s'empêcher d'ajouter d'une voix presque murmurante.

- "Tu es vraiment une jeune fille splendide..."

Arrivé au niveau de Cyllène, il tendit délicatement la main pour se saisir de la sienne. Il se rendit alors compte que le corps de la jeune fille était encore tout humide.

- "Ah, mais tu es trempée je ne peux pas t'habiller comme ça !" di-il en souriant.

Il passa derrière elle attrapa une nouvelle serviette dans la salle de bain ferma la porte et ajouta à son oreille.

- "Viens... Allons prets du feu..."

Ce faisant il passa une main autour de la taille de la jeune femme et la conduit vers l'âtre et les braises brûlantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Cyllène
.::. Humain .::.
.::. Humain .::.
avatar

Nombre de messages : 90
[F]onction : esclave
[S]tatut : humain
Date d'inscription : 24/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Esclave de Sélène Van Kerman
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Lun 2 Fév - 23:48

L"instant d'attente de Cyllène fut long, les plus longs instants de sa vie, peut-être. Qui eut cru que le temps d'apreciation d'un vampire durait aussi longtemps? Certes, aux yeux des autres il ne s'agissait que de quelques instants volés, mais pour la jeune femme c'etait bien plus, comme une longue attente éreintante de supplice, avant l'annonce d'un verdict decisionnel. Aussi pour parer sa nervosité, et laisser le temps faire son oeuvre, la jeune esclave observa la pièce qui lui semblait étrange....Elle ne voyait la aucun dressing mais un ensemble de miroirs qui lui renvoyait l'image de la pièce. L'un, la paleur, et la beauté sublime du vampire, l'autre, la chaire nue et humide de l'humaine. Une telle contradiction était douloureuse. Quand avait-elle pu ilmaginer rivaliser avec ces poupées de marbre? La bulle que representait la salle de bain de Krieger lui avait fait miroiter des illusions, et ce brusque retour a la réalité avait eu l'avantage de remettre les idées en place de Cyllène.

Elle finit par detourner les yeux de son clone factice et continua de detailler la nouvelle pièce : une cheminée, un bureau, une table basse et un pouf...Pourquoi diable appelait-il cet endroit dressing?
L'esclave evita avec soin les yeux de son hôte, echappant un peu encore au jugement fatal et sans appel, qu'elle serait contraine d'accepter...
Aussi concentra-t-elle un peu plus son attention sur les flammes qui crepitaient dans la cheminée...Mais deja elle sentait le regard inquisiteur de l'immortel se poser sur sa peau nue, scrutant, incomprehensible...La jeune fille inspira tandis que son coeur s'accelerait...Surement la trouverait-il stupide, bercée de certaines illusions, ou peut-etre pire croirait-il qu'elle se sentait 'obligée' de s'offrir comme une vulgaire catin...La voyait-il ainsi dans l'entrebaillement de la porte? Comme une enfant qui veut se faire femme?

*je ne suis plus une enfant,pensa-t-elle, je suis une femme qui sait ou elle va et ce qu'elle veut...*

Penserait-il alors qu'elle se joue de lui alors qu'elle ne veut qu'attiser le desir?

Cyllène secoua la tête ostensiblement et sourit timidement. Il prit la parole, ce qui decontracta l'humaine et elle repondit simplement a la première question:

" Parfait, comme tout ce qu'il y a ici, terriblement agréable..."

Alors il s'approcha, doucement et silencieusement, comme un predateur, mais la proie de ce soir n'eut pas peur...Elle se delectait de cette etat, brulait qu'il se rapproche encore, qu'il la touche, de sa peau brûlante et pourtant si froide...

Et dans un murmure jouissif, les mots se repercutèrent dans la tête de Cyllène comme une infinie carresse, douceur interdite si rejouissante...

"Tu es vraiment une jeune fille splendide..." un murmure authentique, sublime, rempli de promesses peut-être ou les pieuses medidations n'ont pas leur place, mais qui en ce lieu peut avoir de religieuses pensées?

"La beauté n'est pas dans les choses, elle est dans vos yeux"

Cette phrase, la jeune femme l'avait murmurée, de manière a peine audible, mais que bien sur, elle savait audible par Krieger.
Lorsqu'il vit qu'elle était encore humide, la remarque qu'il fit fit rire l'esclave...

"Je ne voulais prendre le risque de vous faire attendre trop longtemps...La manière dont vous dites cela me fait penser à une poupée...Pourtant je ne suis pas de porcelaine comme vos si jolies soeurs..."

Il n'y avait là aucun reproche, mais plutot une constatation. Etre comme une poupée était un compliment aux yeux de Cyllène...C'est elle que l'on garde pres de soi et de qui l'on
prend soin.

Elle fut surprise de sentir la main du commandant se poser sur sa hanche et ne put reprimer un frisson de plaisir. C'est sans resistance qu'elle le suivit pres de l'âtre et qu'elle osa plonger son regard dans le sien.

" Alors, comment reglerons nous le problème de cette humidité?"demanda-t-elle avec un clin d'oeil complice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Sam 7 Fév - 18:06

Les flammes entrelacées avec les braises dans l'âtre de pierre répandaient une chaleur lumineuse et dansante sur le couple qu'il se tenait, l'un face à l'autre, devant elle. A mi-chemin entre la grande étendue noire du carré de tissu et la cheminé crépitante, le vampire et son invitée en étaient en effet complètement imprégnés. A la lumière rougeoyante se mêlait l'enivrante odeur du bois brûlé, à laquelle le vampire avait mêlé un peu d'encens. Cette lumière naturellement tamisée et ces senteurs contribuaient à créer une étrange atmosphère dans ces lieux et on avait du mal à croire que cela était un lieu appartenant au commandant, tant ce lieu était à milles lieux de l'image qu'il donnait habituellement de lui.

Même pour lui, c'était chose rare. Cette chaleur et la présence de la jeune femme avait de quoi réchauffer le monstre qui sommeillait derrière les traits plus ou moins charmants du commandant, lui pourtant qui se sentait si froid à l'intérieur...

La question de Cyllène suivit de son clin d'œil firent sourire le vampire. Il avait trouvé cette âme en pleur et deux heures plus tard, après quelques pansages et un bain, la voila qui s'amusait à le provoquer ouvertement. Le vampire repris rapidement son masque de sérieux et répondit avec une emphase légère :

- "Nous avons, pour accomplir ce prodige, plusieurs procédures possibles." dit-il. "D'abord, et ce n'est que la première d'entre elle, attendre tout simplement devant cet splendide cheminée que les flammes et leur chaleur chassent lentement cette eau de ton si joli visage... Toutefois c'est une solution un peu trop longue à mon goût et je ne voudrais pas que l'on pense que je te retienne prisonnière ici des jours durant..."

*Même si selon ce qui suivra ce sera probablement le cas.* rit-il intérieurement. Car le désir du commandant pour Cyllène allait croissant et il fallait dire que sa tenue et l'ambiance ne l'aidaient pas vraiment à ne pas y penser.

- "La seconde solution que nous pourrions adopter est celle d'utiliser à nouveau la puissance de mes dons pour chasser cette eau vers les flammes. Hélas, mon énergie n'est pas illimitée et même si j'en ai une grande maîtrise acquise par l'usage fréquent de ces tours dans ma profession, je ne puis utiliser ce genre d'artifice indéfiniment..."

*En outre, il pourrait être amusant de garder un peu de force pour plus tard.*

- "Aussi vu que Chronos et Hécate travaillent contre nous dans notre noble entreprise, je ne vois que m'en remettre à la seule force de moyens humains pour te délivrer de ce monstre aquatique qui couvre ta peau."

Non sans un certain ridicule volontairement recherché que le commandant brandit fièrement la serviette supplémentaire qu'il avait prise dans la salle de bain. Il décrocha un instant son regard de Cyllène pour agrandir discrètement les dimensions de la serviette et la passer autour de l'humaine pour l'y emmitoufler. Puis sans un mot, quand la serviette fut en place la tenant de sa main, il glissa l'autre à l'intérieur pour décrocher la petite que portait Cyllène en arrivant en entrant dans cette pièce. Bien évidement, il ne vit rien lorsque la serviette tomba vu que la grande serviette couvrait le corps de la jeune femme. Il laissa cependant sa main logée dans le creux du dos de Cyllène et lui murmura à l'oreille d'une voix tout aussi complice que le clin d'oeil qu'elle lui avait fait auparavant.

- "Tu sais que tu as vraiment de la chance de posséder une peau aussi douce ? Je sens que ton amant doit passer des heures à te caresser sans même être lassé une seule seconde..."

Ce disant, mettant de côté ses pulsions charnelles pour le moment, il retira sa main du dos, et commença à frotter délicatement le corps de la jeune fille, en passant plus doucement sur les parties blessées et évitant les parties trop sensibles.


Dernière édition par Krieger Scordard le Ven 20 Fév - 5:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Cyllène
.::. Humain .::.
.::. Humain .::.
avatar

Nombre de messages : 90
[F]onction : esclave
[S]tatut : humain
Date d'inscription : 24/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Esclave de Sélène Van Kerman
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Jeu 19 Fév - 1:37

Sadique...Qui aurait pu croire que sous ces airs si froids, se cachait une braise joueuse? Le commandant n'avait pas dit son dernier mot, semblait-il, et la tâche amusa d'autant plus la belle esclave : qui donc se repaît d'un amant trop vite gagné? La tâche ardue augmente la satisfaction dit-on...Non qu'elle ait deja été jusque la...La jeune fille étant vierge, cela reste un mystère pour elle, cependant en ce qui concerne la seduction et la provocation, malgré son jeune âge, elle était passée maîtresse dans le domaine, et bien que ses soupirants econduits finissaient par rebrousser chemin à contre coeur, c'est l'âme pleine de desir qu'ils pensaient à Cyllène, ce qui était loin de deplaire a l'esclave....Aujourd'hui, la seduction anodine n'avait plus sa place dans ce monde ou la mort planait à chaque detour de couloir...Les jeunes garçons de son âge ne l'avait jamais vraiment interréssée et à dire vrai, elle préférait nettement relever le niveau avec des hommes d'âge plus mûr, moins accessibles, defiant la concurrence et l'ego de la belle. Or en ce palais, petits humains jeunes ou vieux étaient aux aguets, et leur guenilles aux allures triste leur donnaient mauvaises mines à côté des visages de porcelaines de ces vampires a la peau de nacre.

Provocation...
Il sembla que le commandant connaissait bien la technique, maniant avec habileté jeu et convoitise, rien ne transperçait bien sur dans ses yeux, mais la flamme brûlante du feu qui crepitait dans la cheminée semblait parler et murmurer pour deux...Nul besoin de traducteur pour comprendre que le jeu était engagé...Rester à defnir, qui serait le chat et qui la souris, en esperant vivement que le jeu ne finisse pas par un repas veritable en bonne et due forme...Ce serait dommage d'avoir survecut tant de temps pour mourir ici...Oh bien sur, mourir d'un baiser d'immortel, certains en rêve; celui de Krieger becoup plus, mais s'il n'entraine pas la mort, peut-etre que cela pourrait etre mieux encore?
Cyllène chassa ces pensées de son esprit et se concentra sur l'instant present et sur la partie en cours, il avait un coup d'avance et ce n'etait pas l'heure de se laisser faire...

Ah...
Petit gemissement, imperceptible pour les hommes, mais la belle savait bien que Krieger l'aurait entendu...Ca lui était sortit seul, quand cet homme qu'elle regardait apresent d'un oeil coquin avait posé sa main dans son dos. Subtil, Cyllène savait que le tout était calculé, même ce manège semblait mener la danse d'un combat infernal...Son ignorance feinte pour des gestes evidents ne trompait personne, mais puisque les règles avaient été a la fourberie, et bien soit, Cyllène s'en servirait aussi...

"Il est des choses que l'on ne peux reveler... Et des endroits qu'on ne peux eponger par des subterfuges synthétiques..."

Alors la jeune fille se saisit de l'autre main du Scorpion et la posa sur son cou fragile et si fin en murmurant

"Si ma peau plait tant a la vôtre pourquoi l'en priver?"

L'esclave avait chuchoté cela a l'oreille de Krieger, rapprochant par la même leur corps. Alors, la jeune fille ne dessera l'etreinte de sa poigne, laissant comme unique maître de la serviette la main imposante du commandant...Le moindre mouvement, et la chateau de carte s'ecroule...

"Ici, commandant, je n'ai aucun amant, et ma peau n'a été frôlée que par vos doigts de glace...Vierge de toute autre empreinte, si ce n'est celle des bulles du bain de tout à l'heure..."

A quoi bon hesiter, les pas se font petit à petit, decisifs vers l'issue finale de cette soirée, cette nuit, ces temps peut-être, rencontre impromptue, imprévue, tellement vibrante, si brûlante et pourtant si glaciale...

La jeune fille plongea ses yeux d'azur dans ceux du commandant...Qu'y voyait-elle? Nul n'aurait-pu le dire avec exactitude, d'ailleurs elle même ne savait decrire ce qu'il avait avec certitude...La magie du vampire qui commandait residait là, il envoutait et echantait sa victime, prisonière soumise, volontaire incontestée, qui l'implorait silencieusement d'achever son suplice en cedant à ses pulsions...Mais le jeu n'etait pas la et la tension était à son comble...Qui cèderait le premier? Difficile pronostique en ce lieu : lui a l'ego, elle la soumission de son rang fraichement acquis, mais son sourire malicieux trahi sa volonté...

Pourtant tout n'est pas joué...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Ven 20 Fév - 5:05

[Je suis pas très satisfait de la rédaction, j'espère que ça te conviendra.^^"]

Le discret gémissement de Cyllène ne fit qu'augmenter l'excitation du vampire. Chacun de ses mots quand elle les prononçait, quand elle les murmurait, de sa petite voix là devant la cheminé, la moindre de ses postures était pour le commandant une invitation à aller plus loin que des simples caresses sages vouées à sécher son corps. Krieger ne voulait pas la sécher, il voulait lui mettre le feu ! Toutefois son instinct froid et joueur le dominait. Pour combien de temps encore pourrait-il faire durer le supplice ? Là était toute la question, mais plus il passait, plus l'excitation montait et Cyllène, bien que lui ayant confié ne jamais avoir connu d'homme auparavant se débrouillait comme une déesse pour échauffer le semblant d'âme de notre pauvre commandant... Et c'était d'autant plus délicieux qu'il se délectait de ses émotions en même temps qu'il la dévorait des yeux. Il sentait peu à peu tomber ses défenses, jouer la carte de la provocation et se laisser aller à s'ouvrir peu à peu à lui.

La jeune femme posa la main du vampire sur son coup. Diable ce qu'il avait envie d'y planter d'y les crocs ! Qu'il était du de rester de glace face à une si agréable tentation. La phrase qui suivit ce geste, délicatement soufflée à l'oreille du vampire, était comme une bourrasque sur des braises rougeoyantes. Le vampire décida de répondre aussitôt par la contre-attaque.

- "Ne t'inquiète pas, j'ai déjà décidé de consacrer mes prochaines journées et nuits à profiter de sa douceur sans m'en passer..."

*Je crains que finalement la perspective que tu ne sois retenue ici des jours durants sera celle qui adviendra douce enfant...*

Il ne pouvait s'empêcher d'imaginer ce corps féminin entièrement dénudé sous cette maudite serviette, se tenant tout prêt du sien...
Mais déjà la voix de l'humaine se faisait de nouveaux entendre et c'est un souffle encore plus ardent souffla sur les braises de l'excitation du vampire : Une petite ode à son innocence qui ne pouvait donner qu'une envie à tout amant potentiel, à savoir acquérir pareil diamant brut et le corrompre aux arts des plaisirs les plus poussé pour en faire la plus belle des pierres précieuses. L'évocation du bain fit passer dans la tête du vampire, des images de la jeune fille profitant d'une baignoire remplie d'eau et couverte de mousse... Il se vida la tête, se reconcentrant sur l'état présent et ce fut pire. Cette impression de pouvoir provoquée par la capacité à enlever la serviette tout à coup sans prévenir avait quelque chose de galvanisant.

- "Ce bain était une bonne idée, ta peau est encore plus douce qu'avant..." souffla le vampire tandis qu'il continuait à sécher le corps de Cyllène par ses carresses toutes sages et se voulant dépourvues de sous-entendus.

En réalité, à l'aide de cette serviette les mains du vampire en avaient déjà profité pour explorer la majeure partie du corps de son invitée, seules, les parties trop sensibles n'avaient pas encore été "sêchées" par le commandant.
Descendant sa main à l'extrême base du dos de la jeune fille, il lui souffla à son tour à l'oreille.

- "Cette serviette, bien qu'assez douce, semble un peu trop rèche à mon goût pour les quelques endroits qu'il me reste à sécher..."

De son autre main le vampire plongea dans son manteau et en dégagea un foulard de soie.

- "Rassure toi, ce n'est n'y pour t'attacher, ni te bander les yeux..."

*Pas encore...*

- "Laisse moi t'allonger sur le divan te seras plus à l'aise qu'à grelotter debout..."

Sans autre forme de procès et sans retirer la serviette, d'un lent et doux mouvement du bras, le vampire s'exécuta et allongea la jeune fille sur le divan, avant de venir se poser, allongé à côté d'elle, juste au niveau de sa tête afin de pouvoir la fixer les yeux et se servant dans la main tenant le fouloir comme 'oreiller' de fortune pour Cyllène. Sans un mot, il ouvrit très légèrement le rempart ultime de coton et posa délicatement son autre main sur son ventre, juste sur son nombril, qu'il commença à caresser légèrement en le frôlant avant de demander en souriant.

- "Ca va ? Tu es confortablement installée ?"

*Jouons...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Cyllène
.::. Humain .::.
.::. Humain .::.
avatar

Nombre de messages : 90
[F]onction : esclave
[S]tatut : humain
Date d'inscription : 24/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Esclave de Sélène Van Kerman
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Mer 18 Mar - 17:27

Le jeu est une affaire sensible, et qui s'y frotte s'y pique...Bien que la sagesse ait toujours dicté le coeur et le corps de Cyllène, la jeune femme ne pu s'empecher de se pretter a ce jeu dangereux avec une delectation non feinte, et ses yeux petillants traduisaient au mieux les plus profonds de ses soupires...Oui mais voila, il n'en restait pas moins un vampire, et pourtant cette qualité passait pour anecdotique dans l'esprit de la brunette...a quoi bon se parer d'attribut et de lourds fardeaux consciencieux qui ne font qu'empecher d'atteindre la plenitude? Reflechis jeune enfant, la mouche joue-t-elle avec l'araignée?
Les yeux bleus de la belle se fermèrent a l'instant même ou l'eclipse de cette perspective s'envola a la vitesse même ou elle était apparut, mourir, pourquoi pas, si elle gagnait...Et seules les paroles rafraichissantes que lui avait murmurer le scorpion comptaient à cet instant...Des jours et des nuits; voila qui semblait très prometteur...

Les yeux clos, elle ne pouvait qu'imaginer ce qui se passait en lui...Reagissait il comme un homme, comme un predateur, comme un commandant? Qu'importe, si tenté qu'il soit lui, magnifique et superbe, ténébreux, indechiffrable...Jamais encore, Cyllène n'avait ressentit autant de chose pour quelqu'un...Peut-etre étais-ce cela même qui lui avait permit de prendre sa decision...a quel moment était-ce, elle ne le savait pas....Or si dordinaire, les jeune filles virginales sont toutes éxcitées par la perspective de prendre la decision de s'offrir, l'esclave elle ne voyait que lui, et la volonté profonde de faire son bonheur et son plaisir...Le reste n'avait pas ou plus d'importance...
Le corps tout entier de Cyllène semblait le ressentir...Il parraissait crier à travers elle la situation insoutenable que lui infligeait cette proximité intolerable...Chaque partie d'elle fremissait sous les pieuses carresses et les mots vertueux, de celui qui au fond ne l'etait pas tant...C'etait lui que chaque membre appelait, lui que chaque membre suppliait...

Malgrè cela, Cyllène tenta de ne rien laisser paraitre, oui elle brulait de desir du plus profond de son âme, mais le jeu n'en vaudrait pas la chandelle si elle rendait les armes si facilement...Aussi le laissa-t-elle la deposer avec douceur sur le fauteuil, et laisser apparaitre la couleur clair de sa peau...Elle qui d'ordinaire était si pudique, ne sentit aucune gene lorsqu'il posa la main sur son ventre...Bien au contraire elle sentit la braise entière de la cheminée se mouvoir dans son bas ventre comme un signal avant- coureur...Elle soupira de delice avant de fremir davantage...

Alors son instinct toujours au aguet, elle saisit de sa fine main le foulard precieux qu'elle fit descendre le long de son corps sur les parties roses decouvertes au yeux du commandant. Elle se doutait que le foulard produirait un son voluptueux, inaudibles pour les humains, mais revelateurs de sens pour les autres. Puis elle se redressa pour se retrouver nez à nez avec le scorpion. La, les yeux petillants et le regard vif, elle humecta ses levres dans un geste sensuel avant de declarer sur un ton joueur :

"Alors que fait-on cher ami, la parité n'a pas lieu d'être chez les vampires? Nous ne sommes pas a egalité en cette instant, et il semble que vous portiez trop de choses encombrantes en comparaison de moi..."

Une invitation pure et simple...

Viens cher Ange des Tenebres, la vie sans toi n'existe plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Dim 26 Avr - 17:15

Cyllène pouvait bien rester autant de marbre qu'elle le voulait, le sixième sens du commandant, l'empathie, lui permettait de percevoir tout ce qu'il avait besoin de savoir sur les sensations de l'humaine. Le vampire aimait pouvoir ressentir toute l'envie qui émanait de l'humaine, c'était une des sensations les plus exquises que lui avait offert cette nouvelle vie effaçant de sa mémoire l'ancienne. Parfois il regrettait que Cain fusse maudit d'une soif de sang plutôt que de la d'une soif de cette sensation, de cette envie chez l'autre. Le commandant aurait très volontier troqué cette première contre la seconde, même si la plupart du temps pour le vampire, le plaisir le plus fort naissait de l'union de ses deux soifs, l'une émotionnelle et l'autre bien plus physique, l'une appelant les autres et chacune conduisant peu à peu l'individu vers un éveil total de ses sens et l'expression d'une sensation la plus puissante et aphrodisiaque que l'on pouvait ressentir.

A l'heure actuelle, il laissait encore ce mélange de soif tourner en lui, sans forcement chercher à l'assouvir pour l'instant. C'était la loi du jeu : Maintenir à tout prix cette séparation nette entre envie et réalité pour que chacun grandisse jusqu'à l'explosion rendue nécessaire par le caractère insoutenable des choses. Tous ces regards, ces caresses et ces mots, n'étaient que les attaques chargées en prémices d'éroder cette séparation cruelle et de faire grandir leurs désirs à tout deux. Comme deux armées qui se toisent d'un bout à l'autre d'un champ de bataille laissant leurs pulsions de mort s'éxarcerber et avant de se laisser aller dans un carnage de la violence la plus absolue. Et si la force qui tissait un lien entre les deux jeunes gens n'était pas aussi violente, on ne pouvait lui ôter cette même dimension d'absolue.

Le désir montait, plus ou moins vite, mais la chose était certaine et continuerait tant qu'il serait là avec elle. Quel individu normalement constitué n'en éprouverait pas plongé dans la même ? Chaque seconde qui passait à la lueur des flammes de l'âtre laissait au commandant le soin de savourer des yeux cette charmante demoiselle étendue lascivement sous ses doigts, chaque trait fin de son corps visible ou qui se laissait deviner, l'expression de son regard qui bien qu'il soit bleu n'avait rien de la glace, ses joues qu'en dépit de la lumière colorée des flammes le commandant voyait rosir. Étendue dans cette vision à la peau si douce, que le commandant ne manquait pas non plus de goûter de ses doigts réchauffés du sang qu'il avait bu, Cyllène était pour lui un appel tout entier aux délices de l'amour ; appel auquel il ne manquerait certainement pas de céder, le plus volontairement du monde, quand le jeu cèdera la place à celui des autres qui devra logiquement suivre...

Cependant le jeu n'était pas encore fini même si le dernier soupir et le frémissement de Cyllène faillirent avoir raison de la résistance du vampire. Sans doute lassée de la torture imposée par la situation, la jeune femme se redressa pour se trouver face à la créature nocturne. Les yeux rivés dans ceux de Cyllène, le commandant sut qu'il ne pourrait plus tenir très longtemps avant de craquer. Les flammes de la cheminée se reflétait sans ses yeux déjà brillants donnant au vampire l'impression de voir y danser des petites flammes bleues plus chaudes que l'enfer.

*Ne pas craquer... Ne pas craquer...* s'ordonna le vampire de toutes ses forces.

Cette dernière pensée fut encore plus dure à tenir lorsque pour parler Cyllène s'humecta les lèvres. Se concentrant pourtant il parvint à répondre tout aussi taquin qu'elle.

- "Hélas pas de parité dans notre situation, après tout nous sommes là pour sécher cette vilaine eau, ce n'est pas moi qui suit toute mouillée." Dit-il mettant sur ses deux derniers mots une étrange tonalité. "D'ailleurs, cela ne tiendrait qu'à moi, je serais d'humeur à faire mon officier cruel et à aggraver encore plus l'injustice flagrante et insoutenable dont tu es frappée à l'heure actuelle en te retirant cette dernière "chose encombrante" malgré le fait que nous sommes ici pour te trouver des vêtements et non pour faire le contraire..." Ajouta t'il d'un ton qui ne laissait aucune place au doute quand au caractère ironique de ces derniers mots.

Aussi comme si sa bouche et ses paroles étaient celles d'une personne une personne totalement différente du reste de son corps, sa main quitta aimablement le nombril de la jeune femme pour se glisser à nouveau sous la serviette et venir lui servir de dossier en se logeant au creux de ses reins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Cyllène
.::. Humain .::.
.::. Humain .::.
avatar

Nombre de messages : 90
[F]onction : esclave
[S]tatut : humain
Date d'inscription : 24/11/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Esclave de Sélène Van Kerman
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Jeu 3 Sep - 12:00

(Moyennement long et bon, il me faut un temps d'adaptation pour me remettre dans le bain, j'espère que cela te plaira quand même ^^)

Fallait-il que ce soit si dur de ne pas se soumettre...A chaque instant, elle sentait cette pression non feinte qui lui murmurait de se relacher, de le laisser gagner...Mais il ne fallait pas. Il suffisait d'un court instant pour que toute sa lutte soit veine, disparue comme un claquement de doigt...
A quoi bon...A quoi bon? se répétait-elle dans la profondeur de son âme. Il est vrai qu'en cet état avancé, elle était proche de la folie, se sentant comme Tantale lui même, se debattant dans ses désirs en s'imposant de ne pas les atteindre.
Cyllène souffrait, elle souffrait de cette proximité, de cette main posée sur ses reims, douloureuse de chastaté, elle souffrait de ne pouvoir rendre les armes si facilement, de le laissait gagner simplement...Mais peut-être que si elle succombait, le desir ardent du commandant s'envolerait...C'est pourquoi a cette heure, il était impossible qu'elle le laisse prendre le dessus...Car ce serait sans doute la dernière fois qu'elle pourrait decider, ensuite, elle serait l'esclave de sa peau de marbre, la servante de ses lèvres de glace...Perdra-t-elle la raison? Sans doute, a moins que la raison elle même ne se transforme en scorpion, chef des armées de longues dents...Ainsi, qu'importera la vie, ou la mort...Seuls ses yeux étrangement sombres auraient gain de cause auprès de la jeune fille...

Cruel que celui qui l'avait mis sur son chemin, un chevalier noir, sans destrier et pour seule monture, les ténèbres indescriptibles...Lui, tant de choses, et elle, une simple esclave...Comme elle aurait aimé qu'il la voit, dans ses robes de grands couturiers, dans la residence familiale...Aprèsent que pouvait il imaginer d'elle, sinon une Cendrillon desabusée...Reduite à l'esclavage, en recule sur des centaines d'années...C'étaient injuste. Elle l'avait tant cherché, ces années durant, a accepté ses rendez vous de complaisance organisés par son père...Comme elle aurait voulu qu'il se trouve la devant elle, a lui faire la cour...

Non.
Finalement elle n'aurait pas voulu de ça. Elle préférait largement sa condition d'esclave, qui allait de mise avec ce comportement outrancier qu'aucune aristocracie n'aurait pu souffrir. Elle préférait tant se trouvait là, dans les bras d'un vampire, malgrè la folie que cela impliquait...Certes, un drôle de bonheur que celui la...Mais elle y tenait, plus que tout, comme une petite chose fragile, qu'il fallait protéger contre le monde entier...

Non.
Pour rien au monde elle ne changerait sa place.

La jeune fille papillona des yeux, en avança son delicat visage près de celui du commandant. La proximité de nouveau reduite, ses lèvres effleurèrent aprèsent celles de Krieger. Ce contact eut un effet euphorique sur la jeune fille qui s'humecta de nouveau les levrès, cependant qu'elle était si proche, produisant ainsi un imperseptible contact de sa langue sur les lèvres du Scorpion.
Grisant.

"Eh bien ma foi, je puis le comprendre...Dites moi commandant, de quoi me voyez vous vêtue, alors? Dois-je revetir les guenilles de mon arrivée...Ou continuer de ne me parait que de goutelettes humides qui dessinent et parcourent chaque endroit de mon corps et ce sans menagement?"

Alors qu'elle disait cela, elle prit delicatement l'autre main du commandant et lui fit retracer le sillage d'une des perles humides, redessinant donc les courbes voluptueuses de sa poitrine.

"Je m'en remets a vous..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krieger Scordard
.::. Commandant Gardien.::.
.::. Commandant Gardien.::.
avatar

Nombre de messages : 531
Age : 30
[P]arti : Fidèle à l'équilibre de l'île
[F]onction : Co-Commandant unique
[S]tatut : Gardien
Date d'inscription : 27/06/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [...]
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème génération
MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   Jeu 8 Oct - 0:48

Le commandant ne réalisa presque pas sur le moment que Cyllène l'avait embrassé, ce n'est que quand sa langue effleura ses lèvres que son esprit et son sang sombre ne firent qu'un tour. La pauvre jeune fille venait de sceller la fin du jeu par cette petite reddition. Un autre jeu commencerait à présent...
Cyllène allait devoir payer cette transgression des règles… Par la douce torture des représailles que le Scorpion imaginait déjà. Désormais, il n'y avait qu'une seule issue possible et le commandant rendrait Cyllène très en retard à sa propriétaire... Si du moins il lui la rendait un jour…

Il sentait le désir de la jeune femme qui se jumelait au sien pour enflammer ses sens, sans que le vampire ait même besoin de se concentrer un seul instant pour le ressentir. Si elle voulait qu'il craque, il craquerait. Il craquerait même complètement... Espérons que la tentatrice ne le regretterait pas...

Mais voila que lady Déon de Beaumont en rajoutait par ses mots en lui demandant comment voulait-il qu'elle soit vêtue... Un feu qui grandissait dans l'esprit du vampire depuis maintenant quelques heures, explosa soudainement. Une explosion de feu à en faire pâlir les flammes infernales qui s'échappaient de l'âtre dans son dos. Il n'essayait même plus d'arrêter le flot des images dans sa tête, même si celles là menaçaient de le submerger. Il était maintenant urgent qu'il craque ou du moins qu'il exorcise ses pulsions. Cependant, il n'était pas encore aux bouts de la tentation : Dans un ultime geste de tentation, elle saisit la main du vampire et la fit glisser d'abord sur sa peau de son cou puis sur la serviette redessinant avec une précision assassine le contour son sein que la serviette épousait déjà à merveille.
Le commandant, malgré son contrôle de lui-même, ne put trahir un signe de trouble qui passa sur son visage comme un traître de fantôme, durant qu'il essayait de relever les yeux pour répondre.

- "Je pense que plutôt que de remettre tes "guenilles", ou que de trouver quelque chose d'autre à te mettre, il y a quelques autres choses dont nous devons absolument nous occuper..."

Le commandant qui avait laissé ses doigts à la base de la poitrine de la jeune femme, remonta et s'attarda sur celle-ci jouant avec la serviette comme s'il s'agissait d'un geste non-intentionnel parfaitement indépendant de sa volonté (Ce qui, précisons le, n'était absolument pas le cas).

- "Premièrement, cesse de m'appeler "commandant" et de me vouvoyer, je t'ai déjà dis de m'appeler par mon prénom... Deuxièmement..."

D'un regard magique le vampire dégrafa les boutons de sa chemise qui tomba mollement derrière lui.

- "Deuxièmement, disais-je... Cette serviette ne semble pas très efficace, laisse moi m'en occuper et les dévorer toutes moi-même..."

Ne résistant plus, le commandant arracha la dernière défense de Cyllène d'un dernier regard ensorcelé pour la jeter dans le feu derrière eux, puis, sans autre forme de procès, enlaça contre lui la jeune femme maintenant entièrement dénudée pour lui rendre son baiser avec une passion fougueuse. Il allait consumer son amante aussi surement que ces flammes avaient dévoré le tissu. Un tourbillon de chair et de chaleur allait les emporter tout deux dans les profondeurs de la nuit. Un plaisir indicible, une implacable luxure. Le temps qui s'écoulait déjà lentement n'existerait maintenant plus du tout. Seules resteraient l'extase et un amour profond pour le hasard qui les auraient condamnés à ce petit paradis... Rien n'aurait pu préparer le vampire à ce qu'il allait trouver ce soir là en jouant Cyrano au théâtre… Mais même s'il n'avait pas lu le rôle avant de l'interpréter, il était tout à fait certain d'apprécier le spectacle qui s'offrait maintenant à ses yeux et à ses mains...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-plume.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cyrano (IIe partie) Pv : Cyllène
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Habs vs Bruins (partie 6)
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 37 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires :: Chambre de Krieger Scordard-
Sauter vers: