J'ai quitté ce monde et je suis revenu transformé
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lyandra Messaline [Humaine libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyandra
.::. Humain libre .::.
.::. Humain libre .::.
avatar

Nombre de messages : 28
[F]onction : aucune fonction précise
[S]tatut : humaine libre
Date d'inscription : 07/04/2008

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: Libre !
[L]ignée:
[G]énération:
MessageSujet: Lyandra Messaline [Humaine libre]   Mar 8 Avr - 18:51



I. Renseignements généraux

[†] Nom : Messaline
[†] Prénom : Lyandra
[†] Surnom : Lys (mais personne ne l'a jamais appelée comme ça, c'est bête d'avoir un surnom qui sert à rien hein ?)
[†] Âge : 17 ans
[†] Race : Humaine
[†] Lieu de naissance : Reykjavik
[†] Parti : résistante par défaut ? Lyandra n’est pas très portée politique. Je dirai plutôt, « aucun ».
[†] Statut : libre
[†] Fonction : paysanne
[†] Sentiments vis à vis des jumeaux et vampires: Lyandra, par pure convention, va mépriser quelque peu les vampires, et en particulier les jumeaux puisque la rumeur populaire le veut. Certes, elle est touchée par la répression exercée par les vampires sur les humains, mais, étant assez simplette, elle n’a pas vraiment d’arguments très recherchés à fournir pour plaider sa cause.

II.
Descriptions



[†] Description physique :


Lyandra est une jeune femme âgée comme dit précédemment de dix-sept ans. Elle est de taille moyenne, environ 1 mètre 63. Elle a des formes assez agréables à regarder, bien qu’il lui manque un ou deux kilos, cela du à un régime alimentaire dicté par la situation des humains en Islande. Ses jambes sont ainsi un peu trop fines, mais elles gardent toute leur beauté. Ses hanches d’une largeur raisonnable dévoilent une taille de guêpe et un ventre plat. Ensuite son buste est tout à fait satisfaisant, sa poitrine bien fournie mais ses épaules sont un peu frêles. Ses bras sont un peu maigres mais ses mains fines sont celles d’une jeune femme qui coud énormément. Ses ongles longs forment un doux arc de cercle. En tout point elle semble d’une grande beauté pour une humaine et son visage est le joyau de son corps. Dessiné dans un ovale presque parfait, il souffre néanmoins d’un léger amaigrissement qui altère un peu sa beauté. Sa peau n’est pas aussi blanche que celle des vampire : doucement rosée, elle est satinée comme celle d’un enfant. Son nez n’est pas très expressif et est un peu en trompette. Ses grands yeux ont une couleur magnifique : un indigo de luxe, mais ils trahisse un regard vide de toute intelligence et ne semblent que vouloir dire : « J’ai froid. Ne voudriez vous pas me réchauffer ? ». Son visage mignon est encadré par des mèches auburn folles, coupées Dieu seul sait comment et dans quel sens. Ses lèvres pulpeuses semblent vouloir réclamer un baiser à chacun de ses mots. Sa voix douce et son rire cristallin charment les moins sensibles. Lyandra est ainsi une jeune femme charmante, au corps tout aussi charmant. Elle essaye de le mettre en valeur au maximum. Sa famille n’est pas pauvre au point de se nourrir de rongeurs (quelle horreur !) et Lyandra peut ainsi revêtir une robe qui la sépare un peu de monde des plus pouilleux. Le tissus coûtant peu cher, elle se l’ait fabriquée elle-même. Mais la plupart du temps, elle revêt des vêtements courants. En été, elle en profite pour mettre le plus de décolletés possibles. Elle déteste l’hiver qui l’oblige à se couvrir et à cacher ses jolies formes sous un épais manteau... sous lequel d’ailleurs, elle a aussi froid.


[†] Description caractérielle :

Des yeux indigo ne laissant voir aucune notion d’intelligence. Pourtant... Lyandra est, certes, une jeune femme peu cultivée, assez naïve. Ce n’est pas un soleil, et ne se vantera jamais d’en être un, bien qu’elle aime beaucoup lire (le problème vient du fait qu’elle ne retient pas ce qu’elle lit, mais que voulez vous...). Mais c’est une profonde perverse. Comment ? Cela vous étonne ? Sous des attraits de demoiselle bien sous tout rapport, Lyandra cache un esprit pervers et retord. Elle n’est pas très intelligente, mais il suffit qu’elle papillonne un peu ses longs cils recourbés pour que tout son corps ne demande qu’une chose : « Vois comme je suis frêle, ne veux tu pas me donner un peu de ta chaleur ? ». Vous l’avez remarqué, ça fait deux fois que la chaleur est motrice de son caractère et de son physique. Au cas où vous ne le sauriez pas, il fait froid en Islande, très froid. Et une femme d’une constitution aussi frêle que Lyandra a facilement des frissons, avant d’attraper la crève, puis de mourir dans un lit avec une bouillotte contre le ventre et un père qui se languit de la voir mourir car il ne veut plus nourrir de bouche malade. Scénario tout à fait charmant auquel Lyandra voudrait éviter, si possible. C’est pourquoi beaucoup de gens l’appellent plus facilement par son nom de famille « Messaline» qui évoque tout à fait son comportement. Sauf qu’elle a une bonne cause non ?

Enfin, tout comme la masse populaire, Lyandra n’aime pas beaucoup les vampires... pourtant... force lui est d’avouer qu’elle est véritablement passionnée par cette race étrangère. Personnellement, elle trouverait ça très gênant d’avoir en permanence des canines trop longues dans la bouche, ainsi que les décrivent les paysans. Et ce teint blafard ! On dit qu’ils n’ont plus de sang, mais comment pourrait-il vivre ? Ne sont ils pas tout simplement malades ? Ces pensées peu recherchées sont bien celle de Lyandra. Son côté « mélissandre » se demande également quel serait l’effet de coucher avec un vampire... mais elle ne pense évidemment pas au fait que le vampire pourrait la mordre. Ca ferait une pensée de trop pour elle. Ne surchargez pas son cerveau ! Il est trop petit !

Un petit cerveau n'empêche cependant pas de dessiner, si possible ce que l'on a devant soi, pas quelque chose dont on doit se souvenir. Elle dessine ainsi assez bien, il lui faut bien des points positifs !

Enfin, un autre détail, elle a une réelle aversion pour la viande. C’est une végétarienne. Ce qui d’ailleurs, ne lui pose aucun problème, elle n’a pas assez d’argent pour se payer de la viande... En revanche, l’alcool, elle adore ! Mais c’est de famille. Elle aime particulièrement la vodka et, comme qui dirait, ça réchauffe ! Un peu d’alcool et beaucoup d’amour (même superficiel) génial non ?

Enfin... ce personnage est une vraie catastrophe immorale...


[†] Histoire :

L’histoire qui suit est sans aucun doute la moins intéressante de tout le forum. L’histoire d’une paysanne moderne, fille d’un agriculteur qui passe plus de temps à boire qu’à travailler. Cette jeune demoiselle n’a que quelques piécettes d’intelligence, mais, au moins, elle a la présence d’esprit de s’en servir, à ses fins personnelles.


***

Jour de printemps 2150. Le soleil brille comme il ne brillera jamais plus ce jour là. C’est un jour étrangement béni ? Pas vraiment. C’est juste que, statistiquement, il faisait de plus en plus mauvais et froid depuis l’arrivée des jumeaux en Islande. Donc, statistiquement, le soleil ne brillera plus aussi fort sur l’île le troisième jour du printemps.

Une chambre délabrée, des rideaux déchirés. Ils sont tous les deux dans le grenier, à rigoler. Puis l’homme rigole tout seul, il ne s’en rend même pas compte. Aimait-il son épouse ? Oui, mais pas après une bouteille d’alcool. Cette dernière avait alors beaucoup plus de valeur sous réserve qu’elle soit pleine. Il ne voit pas sa femme qui se crispe. Il n’entend pas ses gémissements. Elle descend péniblement l’échelle et court, aussi vite que sa grosses le lui permet pour s’allonger. Il est toujours là haut. Et il y restera encore le temps de l’accouchement. Il rit, elle souffre. Il dormira dans le grenier, elle manquera le repos éternel.

Huit ans plus tard. Une jeune fille brune, très moderne, mâche un chewing-gum. La maîtresse d’école lui dit d’arrêter immédiatement, elle la regarde de travers. Elle n’a pas à me donner d’ordre, c’est moi qui la fais vivre. La petite n’en fait qu’à sa tête, et elle gagne le débat contre l’institutrice. Elle apprend à lire, mais elle n’aime pas. Elle ne voit pas l’intérêt.
« Tu pourrais tout savoir en lisant ! »
Que voulez vous que ça me fasse ? Je ne retiendrai rien...

Elle rentre chez elle. C’est la grande fiesta. Tout le monde rit aux éclats. Personne ne voit la petite fille qui se faufile entre les corps ivres des invités de ses parents. Elle en voit certains avec une seringue. Elle frissonne. Elle déteste les seringues. Et encore plus à l’issu de cette soirée.

La mère de Lyandra décède d’une overdose.

C’est la fin de la drogue pour son père, du moins pour quelques années. Il recommencera plus tard par pure crise de jalousie, mais attendez un peu. Pour l’instant, il reproche à la gamine de n’avoir pu empêché la mort de sa mère. Tu es la coupable ! Le doigt accusateur chagrine si fort la petite fille qu’elle s’enfuit et fugue pendant trois jours. Félicia est morte, rien ne pourra plus jamais la faire vivre à nouveau. Même si son père la dispute à jamais. Ce qu’il ne fit pas, il avait trop besoin d’elle. Quand Lyandra revint, elle fut chargée de l’aider à gagner de l’argent. Elle faisait le ménage chez des particuliers et cousait énormément. Elle y gagnait un modeste salaire et trouvait un grand avantage à ne plus devoir aller à l’école.

Mais la pauvreté décimait peu à peu les clients de Lyandra. Si bien qu’au bout de sept ans, elle n’eut plus aucun client.
« Tu as quinze ans, il est temps de changer de travail. »
Il y a un tavernier pas loin.
Voilà ton prochain boulot.

« Non ! »

Si.

Elle y alla. Elle servit des soirs et des soirs. A chaque fois, elle résistait aux larmes qui brûlaient ses yeux. Elle supportait les blagues érotiques des ivres, leurs caresses furtives et désagréables, l’odeur épouvantable du bar. Chaque fois elle refusait un verre. Puis son père la disputa pour une affaire banale. Et elle accepta un verre le soir même. Elle se reprocha d’avoir tant résisté. L’alcool, c’était merveilleux. Chaud en particulier. Ca réchauffe le cœur. Les baisers aussi. Une fois ivre, les jeunes clients du bar ne voyait aucune honte à abuser des lèvres tentantes de Lyandra. Et elle ne voyait pas pourquoi elle les leur refuserait.

« Catin ! »
Ce fut la première réaction de son père quand il apprit ça, mais cette injure ne lui ni chaud ni froid. N’était-ce pas lui qui voulait qu’elle aille faire l’andouille au bar ? Voilà les conséquences, assume un peu ! Le reste fut plus ennuyeux. Il se drogua à nouveau, au point de s’en rendre malade. Elle dut s’occuper de lui, et arrêta son travail au bar. Elle finit par trouver le superfuge, le disputa pour ça, mais il lui trouva assez d’occupation pour qu’elle ne sorte plus. Mais ses expériences précédente lui avait beaucoup plues. Dès qu’elle avait un moment de libre, elle sortait en ville et draguait les beaux jeunes hommes qui se faisaient tous prendre... Quand ils l’embêtaient, elle leur donnait un numéro de portable fictif – elle n’en avait pas – et partait pour ne plus jamais les revoir.

Maintenant, elle est toujours la même. Pourquoi voudriez vous qu’une jeune fille comme elle change ? C’est une perverse peu intelligente. Elle aime bien lire à présent, mais elle ne retient rien. C’est à peine si elle retient le nom des hommes qui l’embrassent.

Vivre sous l’occupation vampire n’est donc pas si affligeant pour elle. La résistance, elle en a vaguement entendu parler. Par son père évidemment. Il semblait d’accord avec les opinions de ce mouvement. Il est son libre arbitre. De son côté, bien qu’elle détestât la misère dans laquelle les vampires avaient plongé les humains, Lyandra voulait mieux les connaître, savoir qui ils étaient vraiment. Pour pouvoir faire son choix politique ? Non, pour ses connaissances personnelles qu’elle ne retiendra pas...

***

III. Dans la vie courante
[†] Style de combat : aucun ! Elle ne sait même pas éplucher correctement une pomme de terre ! Elle a néanmoins un petit canif, qui sert à personne-ne-sait-quoi mais qui en théorie lui permettrait de se défendre...
[†] Relations : Avec les hommes ou les femmes ? Avec les premiers, dans leurs bras si possible.
[†] Signes particuliers : Son seul point positif est qu’elle est assez habile (d'où son bon coup de crayon), mais ça ne va pas plus loin.


Dernière édition par Lyandra le Mer 30 Avr - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aucrepuscule.heavenforum.com
Nicolas de Valombre
.::. Vampire Baron .::.
MODÉRATEUR
.::. Vampire Baron .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 1430
Age : 33
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Baron
[S]tatut : Infant de Scylla-Sire d'Iris
Date d'inscription : 20/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Cassandra
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème
MessageSujet: Re: Lyandra Messaline [Humaine libre]   Ven 11 Avr - 20:08

C'est tout bon, fiche validée, bienvenue!

_________________
En moi amour et souffrance sont inséparables
Et elles se plaisent ensemble
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lyandra Messaline [Humaine libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Camille O'Connell - Humaine (libre)
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires :: Résistants et indépendants-
Sauter vers: