J'ai quitté ce monde et je suis revenu transformé
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lucas Alexis [Vampire Noble]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucas Alexis
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 92
[P]arti : Conserva†eur †
[F]onction : Noble †
[S]tatut : Riche †
Date d'inscription : 23/12/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de:
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 5ème génération
MessageSujet: Lucas Alexis [Vampire Noble]   Dim 30 Déc - 1:10

I. Renseignements généraux


[†] Nom : Alexis.

[†] Prénom : Lucas.

[†] Surnom : Lucifel.

[†] Âge : 137 ans.

[†] Âge apparent : 19 ans.

[†]X - Génération : 5eme.

[†]X - Lignée : Lillianite.

[†]X - Pouvoirs :
/

[†] Race : Vampire.

[†] Lieu de naissance : Strasbourg.

[†] Parti : Conservateur.

[†] Statut : Riche.

[†] Fonction : Noble.

[†] Sentiments vis-à-vis des humains: Il n’éprouve pas envers les humains l’habituelle race de ses pairs, il les considère à peu près d’égal à égal bien qu’il reconnaisse sans conteste la supériorité des vampires sur les questions d’art et de force.


II. Descriptions


[†] Description physique : Lucas, où Lucifel comme le nomme certaines personnes est d’une grande beauté, même pour les vampires, une beauté froide et inspirant pourtant la confiance. Son visage dur est effrayant pour ses ennemis et protecteur pour ses amis. Il a des cheveux noirs, de taille mi-longue. Des yeux rouges sang, profonds et emplis d’une vision du monde unique. Étrangement, sa peau est moins pâle que ses pairs de cinquième génération, peut-être est ce dû au temps qu’il a passé en compagnie des êtres humains en dehors de l’Islande. Il est fin et musclé, de taille plutôt moyenne, il a un don pour se fondre dans le décor. Il ne se départit pas de ses vêtements sombres, des chemises noires, des pantalons de cette même couleur tellement utile pour passer inaperçu.

[†] Description caractérielle : Ce vampire est froid au premier abord, ses pensées impénétrables à celui qui n’a pas un grand talent vampirique en sont d’autant plus mystérieuses. Philosophe et mélancolique, il a des idées bien à lui sur la vie et sur le monde, des idées souvent bien arrêtées. La plus grande qualité de ce nosferatu est certainement sa détermination, il ne remettra jamais au lendemain ce qu’il peut faire le jour même. Il ne reculera devant rien pour arriver à son but, malgré un grand sens de l’honneur, il sait faire des concessions et des sacrifices pour atteindre son objectif. Il apprécie l’art, la poésie la musique et la peinture, mais ces choses reste secondaire, l n’a qu’un seul rêve, rendre meilleur le monde, le façonner tel qu’il le perçoit, malgré ce que ces quelques lignes laissent à penser, Lucas est un idéaliste borné. Il a peur de s’attacher, considérant que trop d’attache le freinerait dans sa quête du pouvoir… Il a peur aussi, peur de se laisser ronger par la folie, peur de succomber a sa faim, peur de sa propre faiblesse.


III. Dans la vie courante


[†] Style de combat : Son style de combat, il le tient de Vesper, sa créatrice. En tout cas, c’est elle qui lui a enseigné toutes les bases alors qu’il vivait à Strasbourg lors de sa jeunesse vampirique. Il maîtrise le sabre avec une grande aisance, mais plus souvent il préfère utiliser le pistolet, une méthode plus radicale à son goût. Il a eu plus d’un siècle pour apprendre à parfaitement se servir des armes à feu. Il base plutôt sa puissance sur son agilité et sa vitesse que sur la force brute.

[†] Relations : La premier lien dont il se souvient est celui qu’il avait avec sa créatrice Vesper. Il se souvient aussi de comment ce lien s’est brisé facilement, depuis il a évité toute sorte de lien, jusqu’à Emy, avec elle il partagera sa vision du monde et de l’amélioration qu’il pouvait opérer… Mais elle partit et il reprit sa vie d’ « ermite ».

[†] Signes particuliers : A sa mort, sur son épaule a été gravé au fer blanc du nom « Lucifel » par vesper qui au départ voulait en faire son esclave jusqu'à ce qu'elle l'affranchisse en voyant qu'il ne partageait aucunnement sa vision du monde, il aime se faire appeler par ce nom…

IV. En plus

Bien qu’il ai du mal à faire confiance, Lucas aura besoin d’alliés partageant sa vision du monde pour renverser le pouvoir…


Dernière édition par Lucas Alexis le Mer 7 Mai - 19:48, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Alexis
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 92
[P]arti : Conserva†eur †
[F]onction : Noble †
[S]tatut : Riche †
Date d'inscription : 23/12/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de:
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 5ème génération
MessageSujet: Re: Lucas Alexis [Vampire Noble]   Dim 30 Déc - 1:13

[†] Histoire :


… Me revoilà ici… Dans cette pièce… Dans ma pièce… Celle où même pour faire le ménage, personne ne rentre… Personne, à part moi…

La plume à la main… De l’encre sur mes doigts immaculés, une goutte de sang signant le papier… J’écris, j’écris mon histoire, mon passé, l’arrière-plan de cette pièce de laquelle je suis le héros… Les rideaux sont tirés, nous sommes en pleine journée, et un seul rayon de soleil passe par la fenêtre pour se fondre dans le décor… L’instrument qui va en ce jour m’aider à écrire mon mémoire danse dans ma main… Et ça y est… L’histoire commence…


L’histoire commence une nuit d’hiver, et un liquide écarlate coule sur la neige blanche, un fleuve de sang qui prend source à ma gorge, je me réveille, je m’éveille à la nuit… Je meurs pour la première fois de ma vie… De « cette » vie tout du moins. Et cette mort est marquée par un visage. Une peau pâle, si pâle, une blancheur qui n’avait rien d’humain… Un sourire, un sourire tendre orné de lèvres rosées… Un regard rouge bordeau, et des cheveuxargentés… Elle est belle, si belle, d’une beauté surnaturelle, charmante et charismatique.
C’est elle, ce vampire, qui m’a mis au monde… Elle a pour nom Vesper...
Et puis j’ai refermé mes yeux, et j’ai dormi, j’ai longtemps dormi sans pouvoir me réveiller… Pendant un temps qui pour moi semblait durer une éternité, et j’avais froid dans ce noir profond, j’avais si froid, le néant m’enlaçait et moi je grelottais, j’avais peur, j’étais terrifié… Et j’avais soif, une soif particulière que je n’avais jamais ressentie, je ne savais ce qui pourrait me désaltérer…
Ce temps si long n’avait en réalité duré que quelques jours, des journées qui s’étaient étirées à l’infinie et qui prenaient enfin fin. Elle était là à nouveau, cette étrange femme à la beauté surnaturelle dont je ne connaissais rien. Je me redressais, je me sentais vivre différemment, non en réalité, je ne me sentais plus vivre, tout avait changé… La perception de chaque chose qui m’entourait avait soudainement pris une tout autre importance. J’étais vêtu d’une simple chemise noire et d’un tout aussi simple pantalon noir. Un contraste frappant avec une peau pâle… Je levais mes mains devant mes yeux et regardais cette pâleur de marbre, comme celle que j’avais pu admirer chez la jeune femme qui me fixait encore.

J’appris par la suite que la jeune femme n’en était pas une… Je vous écris cela naturellement aujourd’hui, mais quand elle m’a affirmé cela, j’avais éclaté d’un rire qui aurait presque était vexant pour cette femme. En effet, elle venait de m’annoncer de la manière la plus naturelle possible qu’elle était un vampire… J’avais moins ris lorsqu’elle avait prouvé ses dires en vidant sous mes yeux un homme de son sang, plantant dans sa nuque, de puissantes et belles canines d’ivoire. C’est à ce moment qu’elle me révéla son nom, un nom que personne aujourd’hui sur l’Islande n’ignore…

Dans les jours qui suivirent, je fis cette première découverte effrayante… Évidemment, j’avais souvent entendu des histoires de vampires buveurs de sang. Mais je ne pensais jamais devenirs une sangsue moi-même. De toute manière, avais-je un jour cru aux histoires de vampires… Je ne pouvais le dire clairement, les souvenirs de ma vie humaine s’estompaient tout doucement, laissant une sorte de vide en moi. Me soulageant d’un fardeau que je ne voulais ou que je ne pouvais porter dans cette nouvelle vie qui s’offrait à moi. Ces premiers jours furent malgré tout les plus excitants de mon existence. Contrairement à mon existence humaine, je n’avais pas à me soucier des conséquences, je vivais au jour le jour, je profitais de la force nouvelle qui m’était confiée… Jusqu’au prochain repas…
J’étais horrifié à l’idée de prendre des vies humaines, et leur sang qui coulait dans ma gorge m’horrifiait d’autant plus que j’adorais ça. Je me faisais peur à moi-même. Et chaque être humain tué me rappelait que j’avais été humain avant, qu’ils ne méritaient pas ce sort malgré tous leurs défauts… Et c’était un avis que ma puissante créatrice ne partageait pas.

Je ne vivais plus maintenant que du nécessaire, je me nourrissais à peine… J’étais tombé dans un autre excès certainement, malgré mes principes, j’avais besoin de force… Et quand je me nourrissais, je prenais trop peu de sang. Comment pourrais-je me contrôler si mes forces m’abandonnaient un peu plus à chaque seconde passait sans avaler la moindre goutte de sang.

C’est dans la nuit le plus froide d’hiver que mes principes me perdirent, et que trop faible, la raison m’abandonna.

Une odeur familière vint embrumer mon esprit… Une odeur trop familière, j’aperçus cette jeune fille qui pleurait… J’étais seul cette nuit et les larmes de la jeune fille qui en temps normal m’aurai attendri, ne provoquèrent rien en moi… Rien d’autre que cette faim… Insatiable, insurmontable Faim… La vicieuse compagne me rongeait l’esprit, et, sans force, je ne pouvais me battre contre elle… Les lâches s’étaient retranchées dans un endroit inconnu de mon âme, piégés car le seul moyen pour elles de refaire surface étaient de combler la Faim qui m’habitait.

Noir, si noir, je ne voyais rien, ni le visage de l’innocente victime, ni mes crocs qui se plantaient impitoyablement dans sa gorge… Et chaque goutte de sang qui coulait en moi m’était familière… Me rappelaient des souvenirs oubliés… Chaque goutte de vie qui emplissait mon âme morte me ravivait et avec moi… Une tristesse enfouie refaisait surface… Le noir s’écartait doucement, les couleurs se clarifiaient et un visage si familier était là devant moi, pourquoi n’arrivais-je pas à me souvenir de ce visage… Je savais que je le connaissais… Mes pupilles mortifiées m’envoyaient des images connues et pourtant si lointaines…

Et pour quelques instants, la lumière fut…

J’étais allongé dans une herbe verte et le soleil frappait mon visage… Je me tournais et elle me souriait… Du haut de ses 16 ans, elle avait gardé l’innocence d’une enfant… Son visage s’approchait du mien et ses lèvres se posaient sur les miennes, la caresse du vent me berçait… Le ciel bleu nous souriait, le soleil nous admirait et une rivière chantait les louanges d’un amour nouveau-né…
Bientôt mort…

Et s’assombrit la lumière…

En vérité je n’avais pas quitté ce lieu de terreur où le sang se répandait sur le sol et où la vie quittait cette âme autrefois aimée… Je savais qu’il était trop tard… Et je m’enfuyais, loin de mon crime atroce, loin de ce qui fut une vie… Je replongeais dans la mort et la douleur que j’avais appréciée aux premiers jours de mon ère vampirique… Cette fois-ci je savais que je n’en sortirais plus, plus jamais je ne pourrais m’approcher de l’humanité… Je devais me convaincre, je n’étais pas un monstre… J’étais, comme tous ceux de ma race… La suite…

Mais je ne pouvais me résoudre à écouter les paroles de La créature qui m’avait mis à la nuit… Je ne pouvais croire que les humains étaient destinés à finir comme nourriture ou comme esclave… Certes ils n’avaient pas notre force. Mais ils étaient des humains… Ils méritaient l’égalité… J’avais grandi en France qu’on appelait le pays de l’égalité peut être que cet esprit venait de là, peut-être pas. Mais c’était ainsi, je ne pensais pas comme elle. Je voyais le monde différemment, malgré tout je gardais encore un peu d’espoir…

La suite ne se passe pas ici, mais dans un pays qui ne me disait tellement rien autrefois, je le connaissais de nom évidemment mais… Quoi d’autre… Comment aurais-je pu imaginer que l’Islande était un nid de vampires…

Les 20 années qui suivirent ne méritent pas vraiment d’êtres racontés c’est pourquoi je n’en ferais qu’un bref résumé…

Je fus chaleureusement accueilli en Islande, mais je me sentais mal à l’aise au palais, avec tous ces vampires buveurs de sang avec lesquels je ne partageais pas la même façon de penser, la même vision du monde et pour lesquels je devais jouer un personnage qui était mon opposé… Je m’étais enfui sous une image de noble hautain et imbu méprisant les humains et les générations inférieurs alors qu’en vérité, je rêvais d’égalité et de justice…

C’est quand j’eus 21 ans que je partis de l’Islande pour n’y revenir que bien plus tard… J’empruntais un avion et partais en direction de la France, le pays qui m’avait vu naître et mourir… Je ne rencontrais presque aucun vampire là-bas, seulement un ou deux et c’est là que je me rendis compte de la terre d’accueil que représentait l’Islande pour les suceurs de sang… Je vivais dans un petit appartement et je côtoyais des êtres humains, évidemment le fait que je reste cloîtré chez moi le jour était suspect, mais les gens étaient trop pressés, trop occupés, pour s’en rendre compte. Je passais deux années entières en France, je m’y sentais bien, mais j’avais envie de voir du pays. Je partais alors pour les Etats-Unis…

On compare New York à une grosse pomme, mais je le comparerais plutôt à un monstre, un dragon d’acier crachant sa fumée dans les airs… L’activité ne s’y arrêtait jamais et chaque personne qui passait dans la rue les soirs sombres était un réservoir de sang que je préférais éviter… Je m’étais réfugié dans l’obscurité d’un petit manoir dans un coin perdu d’un état perdu du pays, et d’ailleurs, je n’y étais jamais… Je voyageais, même pas dans tous les Etats-Unis, mais dans toute l’Amérique… De l’Alaska jusqu’au détroit de Magellan je voyais tout, je contemplais chaque paysage s’offrant à mes yeux morts… Et je les photographiais dans mon esprit pour les emmener avec moi quand je retournerais en Islande…

Je passais pour rentrer chez moi, par l’océan Pacifique, le bateau ne me réussissait pas trop, mais je voulais emporter d’autres vues… Une étendue bleue où je savais que ni la folie de ma lignée, ni mon appétit sanguinaire ne viendrait me troubler…

Les pays que je découvris après étaient encore plus beaux, après être passé par Tokyo rapidement, encore plus monstrueuses que New York, j’avais détesté cette ville, c’est pourquoi j’en étais sorti le plus vite possible et avais continué ma route. J’avais traversé à pied, les Alpes japonaises, un voyage fatigant, car il n’y avait presque pas d’âme qui vive et que je pouvais à peine me nourrir. Pourtant je découvris des paysages si beau que ce voyage fut le plus enrichissant que j’eusse entrepris jusque-là. Dans ces endroits, je découvris des hommes à l’honneur et au courage sans faille… Et c’est certainement ici que ma vraie volonté de prendre le pouvoir pour un monde plus égalitaire vit vraiment le jour… Ces hommes… Des samouraïs… M’apprirent à me battre comme eux et renforcèrent mon sens de la justice jusqu’à ce qu’il soit inaliénable… J’en oubliais mon régime, et ce qui était déjà arrivé ne manqua pas de se reproduire, comme une malédiction, ma faim prit à nouveau le dessus sur ma raison… Et le Noir revint… Je devenais pour ces instants de folie, l’allégorie même de la bestialité et de la mort… Pour une nuit sur le camp de ceux qui m’avaient accueilli, j’étais la mort même… Et j’abattis ma faux sur chaque homme, chaque femme, chaque enfant à l’intérieur du camp… Et quand le noir s’estompa il ne laissa place qu’au rouge, une vallée enneigée couverte de sang… L’immaculé s’était teinté de pourpre et j’étais là… En armure de Samouraï dans cette plaine, assis sur le sol… J’implorais le Diable de m’emmener dans son monde en oubliant simplement que j’y étais déjà… Je savais que si j’avais été capable de pleurer, j’aurais inondé la terre… J’aurais aimé me laisser mourir de faim mais je savais que la même chose se serait reproduite, encore et encore et que ma folie meurtrière m’aurait entraîné dans le chaos de la mort, dans une danse sanguinolente qui ne pouvait s’arrêter avant d’avoir détruit mon univers…

Et c’est seul que je continuais le chemin solitaire et mélancolique je finissais mon voyage sur un ton bien plus triste que celui sur lequel il avait commencé… Les notes s’étaient assombries à la toute fin du morceau, pas une seule fausse note non, mais elles imposaient la terreur sur mon monde alors que j’avançais dans la neige vers un port… Tandis que je naviguais jusqu’à la côte chinoise et que je traversais les plaines enneigées jusqu’en Europe…

L’Europe où je pris le premier avion à destination de l’Islande… J’avais alors 42 ans, mon voyage avait duré bien plus longtemps que celui de Jules Vernes mais il m’avait paru bien moins long que les symboliques 80 jours… Qu’est ce que le temps pour un vampire ?

Après cet évènement, la saveur déjà quasiment absente de toute chose auparavant n’existât plus pour mes sens.


Dernière édition par le Jeu 10 Jan - 20:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Alexis
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 92
[P]arti : Conserva†eur †
[F]onction : Noble †
[S]tatut : Riche †
Date d'inscription : 23/12/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de:
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 5ème génération
MessageSujet: Re: Lucas Alexis [Vampire Noble]   Dim 30 Déc - 1:14

Ma plume dérape sur le papier… Il est dur de revivre de tels évènements sans se laisser envahir par la tristesse… J’ai soif, je porte le verre de sang devant moi à mes lèvres, il n’est déjà presque plus bon, le sang ne se conserve pas c’est bien connu, mais pourquoi faire souffrir les humains plus de fois que nécessaire… Je laisse s’écraser une nouvelle goutte de sang sur le papier usé, témoin de ce drame... Le liquide sucré coule agréablement dans ma gorge, mais n’efface pas complètement ma fatigue… Je ne m’arrêterais pas tant que ce ne sera pas fini… Je veux écrire cela avant que toutes les pièces soient définitivement en place et que la machine se mette à tourner, dans le bon ou le mauvais sens, seul l’avenir le décidera…

Pendant 40 longues années, je me suis renfermé, j’ai dressé une barrière de glace autour de ma personne et me suis cloîtré à l’intérieur de mon esprit. Seul chez moi, j’ai réfléchi, j’ai pensé, je me nourrissais sur mes esclaves. J’essayais de leur prendre le moins de sang possible… Je possédais un manoir dans le duché d’un baron que j’avais à peine entrevu de temps en temps et qui se nommait Nicolas de Valombre, c’était un loyaliste… Je ne l’étais pas… Je faisais semblant de l’être, mais en vérité je rêvais de ce que j’avais toujours rêvé, un monde plus juste, et pour cela je rêvais de renverser les jumeaux… Un secret qui ne sortait pas de mon manoir, j’en avais fait part à mes esclaves soigneusement sélectionnés… Évidemment c’était une faiblesse, je savais qu’il n’irait rien rapporter, mais sous la torture, je ne savais pas s’ils garderaient le silence… Ils m’aimaient et m’étaient loyaux… Je me souviendrais toujours du jour où j’avais eu un excès de colère alors que mon majordome m’avait demandé de lui couper la langue ainsi qu’à tous les esclaves dans le secret…

Pour la première fois je l’avais frappé, ensuite seulement je lui avais fait la morale… Mais c’était contre moi que j’étais en colère car, trop méfiant, j’avais eu cette idée avant lui, avant d’y renoncer… Comment aurais-je pu instaurer un ordre nouveau si je ne respectais pas mes propres valeurs morales… Mais les esclaves moururent, et de nouveaux les remplacèrent, auxquels je ne confiais rien… Je voulais éviter que de sombres idées me traversent à nouveau l’esprit…

Pendant les décennies qui suivirent, j’élaborais ce plan, ce foutu plan qui occupait mon esprit tout entier, je faisais bien attention à me nourrir, par peur… Peur de perdre le dessus… Car j’étais faible, trop faible, je ne reconnaissais pas que j’avais besoin d’aide, j’avais vécu trop longtemps tout seul et ma solitude allait me rendre fou… Je vivais en compagnie de mes esclaves, bien que je ne les nommasse pas de cette manière, je les appelais mes amis… J’avais le culot de les appeler mes amis… Alors que je restais enfermé, ne m’occupant même pas d’eux, à la fois je leur laissais une certaine liberté mais d’autre part, je ne les aidais en rien, les abandonnant à leur sort… Mais ils ne rechignaient pas… Comme les précédents, ils m’étaient loyaux… Enfin c’est ce dont je suis persuadé, mais aujourd’hui encore il m’arrive d’être méfiant… Parfois encore, je m’entraînais au combat… J’avais délaissé pendant longtemps les techniques apprises par les samouraïs et m’entraînait aux armes a feu… J’avais peur de me souvenir… De ces visages endormis, paisibles auxquels j’avais ôté la vie…

Par question de principe, je n’avais jamais engendré d’Infants, je ne voulais pas leur faire subir les horreurs que j’avais moi-même subie… Je considérais toujours que tuer un être humain était un crime et boire leur sang m’étais toujours douloureux…

Je savais ce que m’aurait dit Vesper, après tout elle n’avait pas rechigné à me mettre au monde… Vesper, je me souvenais de son visage et y repensait toujours avec respect bien que j’aspirais à renverser les jumeaux et qu'elles était des plus loyaliste… Les fêtes qu’organisaient ces derniers étaient d’ailleurs mes seules occasions de sorties, pour ne pas paraître impoli et donc suspect.

Ma vie se résumait à ça… Jusqu’à l’année 2167… Je rentrais d’une fête donnée par la jumelle du théatre eet son frère chantant… Elle était étendue sur le sol, Un regard envoûtant figé sur ses pupilles, une verte et une bleue… Elle était d’une beauté que j’avais rarement admirée chez une humaine… Pourquoi était elle étendue ainsi, je regardais sa gorge, rien, puis je regardais les alentours, de la fumée s’élevait dans les airs… Je prenais la jeune femme dans mes bras et la déposais sur la banquette de ma voiture, je rentrais ensuite jusqu’à chez moi et l’allongeait sur mon lit… J’ordonnais à une de mes « amies » de lui préparer un bain et la portais jusqu’à la salle de bain, elle était légère comme une plume… Je me retournais alors que la dame lui enlevait ses vêtements et je sortais pour aller lui préparer un lit…

Je ne savais ce que j’allais faire de cette jeune femme, était-ce son regard qui m’avait séduit, où sa faiblesse qui m’avait attendri... Elle se réveilla toujours en manque de force quelques jours plus tard… Elle me demandait ce qu’elle faisait là, je lui répondis la vérité, pour une fois j’avais envie de dire la vérité, de dire toute la vérité, sans méfiance et, sans peur, j’avais envie de tout confier à quelqu’un… Je ne savais si elle m’écoutait mais je parlais, insatiablement, encore et encore je lui servais un monologue interminable et elle ne répondait pas, elle avait décidé de garder le silence… Je lui parlais d’égalité, je lui parlais de justice… Je lui parlais de mon histoire et de mes plans… Je parlais et ma mort s’estompait presque… Pendant ces instants, je me sentais humain… Je me sentais lié à elle, et à toute chose de ce monde… Comme si sa présence comblait les trous qu’avait creusés ma transformation dans mon âme… Je trouvais enfin le moyen de chasser la noirceur, parler, déverser sur elle un flot de paroles comme un soldat déversait des balles pour se faire comprendre, mon seul combat dans cette pièce se passait dans mon esprit et les balles étaient les mots… Je voulais qu’elle me comprenne… Je voulais qu’elle me soit reconnaissante… Je désirais effacer à jamais tout ce qui avait été sombre et tout ce qui l’était encore… Et lui dire tout ça était l’instrument de cette entreprise... Et chaque soir un « bonne nuit » qui n’attendait pas de réponse venait clore notre discussion… Et cela dura jusqu’au matin où le lit sur lequel elle reposait se trouva vide… Vide… C’était le seul mot qui emplissait mon esprit… Le vide m’emplissait, si le vide pouvait emplir quelque chose… Car c’est tout ce qu’elle avait laissé derrière elle, le néant, la mort à nouveau la mort et le noir… Seul le silence maintenant retentissait sur les murs de cette pièce… Plus de bonne nuit sans réponse car plus personne à l’adresser… La mélancolie et le néant…

C’est ici que je lève ma plume, je n’ai plus rien à raconter pour le moment… La suite de cette pièce va se jouer maintenant… Je remets mon masque et entre en scène, je vais finir de mettre cette machine en place, huiler les derniers rouages et… Che sera Sera


Dernière édition par le Jeu 10 Jan - 20:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liliane Van Sogenfaur
.::. Jumelle du théâtre .::.
.::. Jumelle du théâtre .::.
avatar

Nombre de messages : 1054
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Reine Folle
[S]tatut : Royal
Date d'inscription : 08/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de:
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 1ere génération
MessageSujet: Re: Lucas Alexis [Vampire Noble]   Dim 30 Déc - 2:38

Mon dieu non ! Quand je te demandais de faire ta fiche pour voir le niveau, c'était pour avoir davantage qu'un 6ème niveau. Mais certainement pas pour la seconde génération du début ... enfin on verra

Je lirais la fiche demain, ou si un modo à le temps avant. En attendant, édite le code de ta fiche pour que seuls les titres soient en couleurs s'il te plait ^^

_________________
Rentre ! C'est le moment où la lune réveille
Le vampire blafard sur sa couche vermeille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Alexis
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 92
[P]arti : Conserva†eur †
[F]onction : Noble †
[S]tatut : Riche †
Date d'inscription : 23/12/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de:
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 5ème génération
MessageSujet: Re: Lucas Alexis [Vampire Noble]   Dim 30 Déc - 13:58

J'ai dit que je la faisais comme je la voyais au début et je peux la changer en fonction de la génération que vous me donnerez il n'y a pas grand chose à changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas de Valombre
.::. Vampire Baron .::.
MODÉRATEUR
.::. Vampire Baron .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 1430
Age : 33
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Baron
[S]tatut : Infant de Scylla-Sire d'Iris
Date d'inscription : 20/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Cassandra
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème
MessageSujet: Re: Lucas Alexis [Vampire Noble]   Sam 5 Jan - 20:19

Je m'occupe de ta fiche, mais concernant ta génération, il faut que nous en discutions au sein du staff, alors un peu de patience Wink

_________________
En moi amour et souffrance sont inséparables
Et elles se plaisent ensemble
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Alexis
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 92
[P]arti : Conserva†eur †
[F]onction : Noble †
[S]tatut : Riche †
Date d'inscription : 23/12/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de:
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 5ème génération
MessageSujet: Re: Lucas Alexis [Vampire Noble]   Dim 6 Jan - 17:54

Pas de problème, je peux aussi me contenter d'une génération plus basse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas de Valombre
.::. Vampire Baron .::.
MODÉRATEUR
.::. Vampire Baron .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 1430
Age : 33
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Baron
[S]tatut : Infant de Scylla-Sire d'Iris
Date d'inscription : 20/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Cassandra
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème
MessageSujet: Re: Lucas Alexis [Vampire Noble]   Mar 8 Jan - 14:52

Voilà qui est bel et bon, puisque nous optons plutôt pour une cinquième génération^^

_________________
En moi amour et souffrance sont inséparables
Et elles se plaisent ensemble
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Alexis
.::. Vampire noble .::.
.::. Vampire noble .::.
avatar

Nombre de messages : 92
[P]arti : Conserva†eur †
[F]onction : Noble †
[S]tatut : Riche †
Date d'inscription : 23/12/2007

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de:
[L]ignée: Lilianite
[G]énération: 5ème génération
MessageSujet: Re: Lucas Alexis [Vampire Noble]   Jeu 10 Jan - 20:48

Et bien merci, j'ai fait les modifications conséquentes et je suis prèt à jouer dés que vous me donnerez le feu vert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas de Valombre
.::. Vampire Baron .::.
MODÉRATEUR
.::. Vampire Baron .::.MODÉRATEUR
avatar

Nombre de messages : 1430
Age : 33
[P]arti : Loyaliste
[F]onction : Baron
[S]tatut : Infant de Scylla-Sire d'Iris
Date d'inscription : 20/01/2006

Carnet pourpre

[M]aître/Esclave de: [M] de Cassandra
[L]ignée: Rociélite
[G]énération: 3ème
MessageSujet: Re: Lucas Alexis [Vampire Noble]   Jeu 10 Jan - 21:00

Oh Vesper, ça me rappelle James Bond Very Happy

Bref, n'attendons pas plus longtemps...

Fiche Validée! Bon courage pour ta révolution Twisted Evil

_________________
En moi amour et souffrance sont inséparables
Et elles se plaisent ensemble
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lucas Alexis [Vampire Noble]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lucas Alexis [Vampire Noble]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ivresse nocturne
» QUI EST JUDE CELESTIN ? POURQUI ET PKWA LUI ET NON PAS ALEXIS ?
» Lucas di ke Aristide ekri sou fo nom lan entenet la ,
» STANLEY LUCAS, POUR QUI SE PREND IL?
» STANLEY LUCAS CONTRE-ATTAQUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires :: Lilianites-
Sauter vers: